background preloader

Le bonheur au Bhoutan

Facebook Twitter

Mathilde et Clément

Le bonheur national brut peut-il nous rendre heureux ? Gouverner un pays à l’aune du PIB, au XXIe siècle, est peut-être aussi stupide que d’utiliser une boussole dans un vaisseau spatial.

Le bonheur national brut peut-il nous rendre heureux ?

Le produit intérieur brut mesure la quantité de biens et de services créés. Et la croissance de ce PIB est si importante pour les décideurs politiques qu’ils jouent leurs mandats sur cette gageure, promettent de la « libérer », voire « d’aller la chercher avec les dents ». Pourtant, la corrélation entre croissance et diminution du chômage est contestée. Le Bonheur national brut peut-il remplacer le PIB ? «Le Bonheur national brut ne peut pas remplacer le PIB sur le long terme».

Le Bonheur national brut peut-il remplacer le PIB ?

C’est ce qu’affirme Claudia Senik, professeure à l’École d’économie de Paris, invitée mardi 2 avril du Forum Eco Libération-Sciences Po. L’économiste s’explique : «La façon dont on mesure le bonheur évolue au fil du temps. Une échelle allant de zéro à dix va être interprétée par les gens de manière différente d’une génération à une autre car les circonstances changent.» Le PIB fait-il le bonheur ? Les nouveaux indicateurs. Depuis la deuxième guerre mondiale, une nation est dite riche si elle produit et elle vend, si ses échanges économiques sont importants ; le bien-être est économique et matériel et n’est rendu possible que grâce à la croissance économique.

Le PIB fait-il le bonheur ? Les nouveaux indicateurs

Pourtant, la critique de cette dernière comme seule mesure de la richesse d’un pays s’accompagne de propositions de nouveaux concepts : une redéfinition du mot richesse au-delà de la simple richesse économique, le concept de bien-être ou encore de bonheur, comme dans l’Indice du Bonheur du Bouthan. Ces concepts retrouvent leurs lettres de noblesse en se rechargeant de sens. Discuter la notion de richesse, de bien-être ou de bonheur, même si cette termes sont galvaudés ou pollués par le contenu matérialiste de la société du progrès, devient un enjeu citoyen et démocratique, « une prise en charge volontaire, consciente et collective de notre destin » (Méda, 1999).

Le Bhoutan : le pays du bonheur décrété. Le Bhoutan est un petit pays asiatique, niché au pied de l’Himalaya, qui partage ses frontières avec la Chine et l’Inde.

Le Bhoutan : le pays du bonheur décrété

Avec des voisins aussi imposants, le Bhoutan a dû lutter tout au long de son histoire afin de préserver sa parcelle de territoire. De par sa difficile accessibilité et son autarcie volontaire afin de protéger une identité fragile, le pays est demeuré longtemps très isolé. Ce n’est qu’en 1971 que le Bhoutan intègre officiellement les Nations unies et seulement en 1981 que le premier aéroport est construit sur le territoire. Une grande partie de l’histoire du Bhoutan a été perdue lors de l’incendie de son ancienne capitale, en 1827.

Le Bhoutan, la patrie du bonheur. Rédigé par Annabelle, le 18 jan 2016, à 21 h 00 min Le Bhoutan est un tout petit pays, avec ses 47 000 km² sa taille est comparable à celle de la Suisse, enclavé entre les deux géants que sont l’Inde et la Chine, au coeur de l’Himalaya.

Le Bhoutan, la patrie du bonheur

Ses 750 000 habitants font des envieux puisque dans le monde entier, le Bhoutan est connu pour être le pays du Bonheur. L’histoire du Royaume du Bhoutan est bien singulière. Ce pays jamais colonisé vit coupé du reste du monde. Ce n’est qu’en 1961 que le pays du Dragon Tonnerre construit sa première route. Le BNB (Bonheur National Brut) et le Bhoutan. La poursuite du "Bonheur national brut" contribue-t-elle au développement du Bhoutan ? Bienvenue !

La poursuite du "Bonheur national brut" contribue-t-elle au développement du Bhoutan ?

{* welcomeName *} {* loginWidget *} L’indice du « bonheur national brut » remis en cause au Bhoutan - La Croix. Chef de l’opposition, nouvellement élu à la tête du gouvernement, Tshering Tobgay estime que cet indice, alternatif au développement économique, est dévoyé. Le Bonheur National Brut (BNB), qui vaut au Bhoutan une renommée mondiale, ne tiendrait plus compte des réalités nouvelles du pays. Formé à Harvard et fan de moutain-bike, le nouveau premier ministre du petit royaume himalayen, Tshering Tobgay, a remporté les élections en juillet et pris ses fonctions le 3 août dernier dans la capitale, Thimphou.

Démocrate et chef de l’opposition, il remet en cause l’indice du « Bonheur national brut » (BNB), sans pour autant l’abandonner totalement. « Je suis sceptique face à l’utilisation abusive faite par certains et qui les a détournés des problèmes réels auxquels nous sommes confrontés », regrette-t-il. Le Bhoutan, le royaume du bonheur ? La monarchie installée au pouvoir depuis 1907 a réprimé les vingt-quatre cultures minoritaires.

Le Bhoutan, le royaume du bonheur ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Béatrice Halsouet et Mathieu Boisvert, étudiant et professeur, à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) Le Bhoutan, petit royaume presque inaccessible, en plein cœur de l'Himalaya, brille dans l'imaginaire occidental : pays bouddhiste "semblable" au Tibet mais préservé du dragon chinois, destination touristique de luxe avec un visa de près de 250 dollars par jour et, bien sûr, de spectaculaires sommets enneigés.

En outre, le Bhoutan n'est-il pas le pays ayant introduit, au début des années 1990, la notion de bonheur national brut, qui fait ainsi rêver l'Occident comme le prouvent encore les assises du bonheur tenues à Sète les 9 et 10 septembre ? Le Bhoutan incarne la notion mythique de Shambala, ce royaume paradisiaque, enraciné dans les valeurs spirituelles bouddhistes.

Votre Indicateur Du Vivre Mieux. Juil. 13, 2012 Par Romina Boarini, OCDE Le PIB reste un indicateur incontournable de la performance économique, moteur fondamental du bien-être.

Votre Indicateur Du Vivre Mieux

Mais mesurer le bien-être nécessite d’aller au-delà du PIB et des autres données économiques traditionnelles. Le lien entre PIB et bien-être ne s’explique pas uniquement par le niveau de vie plus élevé que permet le revenu mais aussi par les dépenses publiques et privées générées par ce dernier et consacrées à des aspects non matériels du bien être, tels que l’éducation et la santé. Il est, néanmoins, de plus en plus admis que se concentrer exclusivement sur le PIB n’est pas suffisant pour améliorer la vie de tous. Bhoutan : au pays du Bonheur National Brut. Trente ans de "Bonheur National Brut", le Bhoutan tire le bilan. Avec Clémentine Méténier, envoyée spéciale au Bhoutan.

Trente ans de "Bonheur National Brut", le Bhoutan tire le bilan

Il y a trente ans, ce petit royaume de 700.000 habitants coincé entre la Chine et l'Inde s'est fait connaître en inventant le "Bonheur National Brut". C'est celui qu’on appelle le "quatrième Roi" qui à l'époque, propose cette nouvelle idée de bien-être alternatif au PIB et au "tout croissance", en écho aux réflexions menées sur les limites de la croissance en Europe et aux Etats-Unis. Le BNB repose sur quatre piliers : le développement équitable, la protection de l’environnement, la bonne gouvernance et la préservation de la culture dans ce pays bouddhiste. Présentation du Bhoutan. Bhoutan : au pays du Bonheur national brut. Lancé en 1972, le "nouveau paradigme" s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable.

Bhoutan : au pays du Bonheur national brut

Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vie du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (objectif : 100% biologique en 2020), l’éducation nationale, où l’on prépare les élèves à devenir des "ambassadeurs du changement", la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé - gratuite pour tous -, le tourisme - haut de gamme -, ou le commerce (non adhésion à l’Organisation mondiale du commerce). Le film raconte le développement du BNB à travers le témoignage de hauts responsables mais aussi d’acteurs de terrain, habités par une vision du bonheur et du bien commun qui a fait l’objet d’un rapport très remarqué aux Nations unies.

Comment s’est passé le tournage ?