background preloader

Les Etats-Unis et la question environnementale

Facebook Twitter

De George Bush à Donald Trump : l’économie avant le climat. Ce fut l’une des raisons avancées le 1er juin 2017 par le président américain Donald Trump pour quitter l’Accord de Paris, ce texte qui fixe le cap de la gouvernance climatique mondiale ; l’Accord serait « très inéquitable » pour les États-Unis.

De George Bush à Donald Trump : l’économie avant le climat

Les fausses « bonnes solutions » face à la montée des eaux. Les populations côtières du monde entier sont de plus en plus exposées aux dangers de la montée des eaux, qui a pris, ces vingt dernières années, une ampleur inédite.

Les fausses « bonnes solutions » face à la montée des eaux

Or la gestion d’une telle hausse se trouve parfois compliquée par les politiques gouvernementales, de même que par certains spécialistes bien intentionnés de l’adaptation au changement climatique. Les mesures en zone côtière comportent, en effet, des risques politiques, notamment celui d’opposer ceux qui attendent des solutions au problème de plus en plus pressant des inondations et ceux qui s’inquiètent de l’impact à court terme de telles mesures sur la valeur de leur propriété ou sur leurs primes d’assurance.

Pour certains encore, la menace vient davantage des politiques de prévention que de la montée des eaux elle-même. Pour écarter cet écueil, plusieurs organisations et gouvernements ont commandé ou préparé des plans d’adaptation, sans jamais les appliquer. . « L’enfer est pavé de bonnes intentions » - Journaux du Monde Entier. 7 1 usa cop23. Le «racisme environnemental» aux États-Unis va au-delà du cas de Flint. Temps de lecture: 7 min Pendant dix-huit mois à Flint, dans le Michigan, les habitants de la ville ont bu une eau contaminée au plomb car les autorités locales ont voulu économiser de l’argent en utilisant l’eau de la rivière locale pour alimenter les robinets.

Le «racisme environnemental» aux États-Unis va au-delà du cas de Flint

Cela faisait plusieurs mois que la population se plaignait de l’eau jaunâtre et de symptômes inquiétants, comme la perte de cheveux et les vomissements. Sans parler du fait que le plomb affecte le développement du cerveau des enfants sur le long terme. Pour cette eau toxique, les habitants payaient un des prix les plus élevés du pays, soit près de 100 dollars par mois. Les résidents et les associations avaient commencé à dénoncer la situation depuis avril 2014 mais la réaction des autorités s’est fait attendre, jusqu’à ce que le président Barack Obama déclare l’état d’urgence le 16 janvier 2016. «Violence étatique» Trump allège une loi de protections des espèces menacées. L’animal le plus fameux des États-Unis, l’emblème américain depuis 1782, le pygargue à tête blanche a bien failli disparaître.

Trump allège une loi de protections des espèces menacées

Il a fallu l’intervention de l’administration du président Richard Nixon et l’adoption d’une loi fédérale sur la protection des espèces menacées (l’Endangered Species Act) en 1973 pour que celui que l’on appelle aussi l’aigle pêcheur continue de survoler le territoire américain. Lundi 12 août, le président Donald Trump est revenu sur cette législation qu’il souhaite assouplir en y apportant des changements significatifs. Depuis son instauration en 1973, la loi fait pourtant figure de référence mondiale en matière de sauvegarde de l’environnement. Parmi les 1 650 espèces inscrites sur la liste des espèces menacées ou en danger d’extinction, moins de 1 % d’entre elles ont disparu.

Envoyé spécial. Etats-Unis : qui sont les climatosceptiques ? C’est le pays qui pollue le plus au monde, mais le réchauffement climatique, aux Etats-Unis, beaucoup n’y croient pas.

Envoyé spécial. Etats-Unis : qui sont les climatosceptiques ?

Certains, par provocation ou inconscience, font vrombir leur 4x4 spécialement modifié pour cracher la plus grande quantité possible de fumée bien noire. C'est le rolling coal (littéralement "charbon roulant"), "juste un symbole de puissance". D'autres dépensent des fortunes pour contrer les études scientifiques ou faire réécrire des manuels scolaires. Ces Américains qui ne croient pas au réchauffement climatique (plus d'un sur deux selon les enquêtes) sont parfois très croyants : penser que le changement climatique soit dû à l'action de l'homme, c'est presque un péché d'orgueil, car "Dieu contrôle le climat". Et ils sont souvent des électeurs du parti républicain, farouchement opposés à toute idée de régulation des émissions de gaz à effet de serre. Obama et l'écologie : «Son héritage, c’est le Clean Power Plan» We and our partners store and/or access information on a device, select basic ads, select personalised ads, measure ad performance, develop and improve products, create a personalised ads profile, create a personalised content profile, select personalised content, measure content performance, apply market research to generate audience insights, select basic ads, create a personalised ads profile, select personalised ads, create a personalised content profile, select personalised content, measure ad performance, measure content performance, apply market research to generate audience insights, develop and improve products.

Obama et l'écologie : «Son héritage, c’est le Clean Power Plan»

These technologies may process personal data such as IP address and browsing data for ensure security, prevent fraud, and debug, technically deliver ads or content. They may match and combine offline data sources, link different devices, receive and use automatically-sent device characteristics for identification. L'environnement de Bush à Obama : le poids du droit, le retour du politique. Californie : une terre de résistance environnementale. Au lendemain du choc planétaire provoqué par la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le changement climatique, le gouverneur de Californie Jerry Brown se rendait en Chine vendredi 2 juin 2017 pour parler environnement et rassurer la communauté internationale.

Californie : une terre de résistance environnementale

La Californie, sixième puissance économique mondiale fortement engagée dans les énergies vertes, serait en mesure selon lui de se substituer à l’Etat fédéral et de prendre le relais de l’administration américaine dans la lutte contre le réchauffement des températures. La Californie fait de la résistance à la décision du Président Si la nouvelle administration fédérale américaine semble peu concernée par les questions d’ordre climatique et environnemental, ce n’est pas le cas d’un certain nombre de municipalités et d’Etats outre-Atlantique qui comptent bien lutter à leur niveau pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le développement des énergies renouvelables.