background preloader

Projets

Facebook Twitter

Cases d'Histoire | Toute l'Histoire en bande dessinée. Compte Rendu de la journée d'études du 17 avril 2014 : Nature et Bande Dessinée. La journée d'études du 17 avril 2014 ayant pour cadre la représentation de la nature et de l'environnement dans la bande dessinée a été l'occasion de quatre interventions sur des thèmes variés, permettant une approche sensibilisée de la question lors de l'entretien avec Etienne Davodeau qui eut lieu l'après-midi (et qui sera disponible en podcasts et en écoute libre sur notre site sous peu).

Quatre interventions donc : Julie Le Gall, "Le monde rural en BD : une approche militante ? "Paul Arnould, "Le vivant mis en cases, arbres et forêts dans Tintin, Astérix et Les Bidochons"Véronique Servat, "Quand la BD rencontre la géographie scolaire : regards singuliers sur les risques et les ruralités"Frédéric Ducarme, "La nature dans Dragon Ball : du cosmos taoïste à l’écologie globale" Le monde rural en BD : une approche militante ?

(Julie Le Gall) Ce n’est pas si simple, il faut ajouter un point d’interrogation. Néanmoins, une diversité des activités dont témoignent les BD. Storyboard That - The Internet's Best Storyboard Creator. « Géographes et Bédéphiles, Géophiles et Bédégraphes. La géographie et le neuvième art. » Café Géographique d’Annecy du 11 juin 2015, avec Bénédicte Tratnjek (Université de Savoie) et Thierry Saint Solieux (BD Fugue Café Annecy).

Compte-rendu publié sans l’amendement des intervenants. Ce café autour de la géographie et de la Bande Dessinée a donné lieu à un dialogue éclairé entre les deux intervenants : Bénédicte Tratnjek, chargée de cours à l’Université de Savoie, membre du bureau des Cafés géographiques et Thierry Saint Solieux, libraire à BD Fugue Café Annecy. Une petite introduction d’abord sur l’intérêt que peut représenter la BD pour les géographes, alors même que la BD est encore considérée comme étant « un thème de recherche-plaisir ».

Ensuite le Café, et donc son compte –rendu, sont appuyés sur des exemples d’auteurs, d’ouvrages, autour de thèmes significatifs : Une gestion de l’espace, celui de la case, donc de la page. Ex de Tintin : Pendant que notre œil descend au file de la page, on a l’impression / la sensation que le personnage monte les escaliers. La bande dessinée, alliée pédagogique de la transmission de l'histoire de l'immigration. Quelle place pour la bande dessinée à l’école ? De nombreux détracteurs de la BD ont souvent dénoncé l’indigence du texte et le risque d’appauvrissement du langage pour les élèves, la fascination exercée par l’image seule, le contenu centré sur l’émotion voire la violence, l’inintelligibilité de la narration.

Il s’agit donc d’encadrer sa réception pour en limiter les effets néfastes pour la jeunesse ! Paradoxalement, le succès public des bandes dessinées est néanmoins vu comme une opportunité éducative. Au-delà des usages à des fins de propagande, les illustrés peuvent être au service de valeurs à promouvoir. La rupture avec ce discours de stigmatisation ou d’instrumentalisation intervient dans la décennie 1970. En 1987, une nouvelle entrée apparaît dans les programmes officiels d’enseignement : la lecture d’images. En 2008, la création de l’histoire des arts, de l’école primaire au lycée, mentionne la bande dessinée parmi les “arts du visuel”. Mémoire, mémoires et actualité.