background preloader

Politique de la ville

Facebook Twitter

Politique de la ville : quarante ans d'échecs. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Ania Nussbaum.

Politique de la ville : quarante ans d'échecs

Adieu ZUS, ZFU, ZRU et Cucs. ZUS, ZEP, CUCS… Quatre décennies de politique de la Ville. Depuis les années 1970, les gouvernements ont multiplié les mesures visant à rénover les immeubles ou à lutter contre l’enclavement des quartiers populaires.

ZUS, ZEP, CUCS… Quatre décennies de politique de la Ville

Ce vendredi, en Conseil des ministres, François Lamy, en charge du dossier, présente son plan. Selon Les Echos, le texte prévoit d’en finir avec les zones urbaines sensibles (ZUS) et les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS). Tous ces acronymes, incompréhensibles, seront remplacés par un unique classement : les « quartiers prioritaires », qui seront au nombre de 1 200.

Retour sur près de quarante années de politique de la Ville. Opérations « Habitat et vie sociale » (HVS) Adopté en 1977 sous le gouvernement de Raymond Barre, ce plan est le premier d’envergure. Zones d’éducation prioritaire (ZEP) Elles sont créées en 1981, par le ministre de l’Education nationale d’alors, Alain Savary. Contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) Les premiers contrats de ville sont signés en 1994, alors qu’Edouard Balladur est à Matignon. ONZUS.Observatoire National de la Politique de la Ville. Ce sont 1300 quartiers qui bénéficieront d'aides spécifiques de l'État pour accélérer leur développement.

Un dispositif nettement plus resserré qu'auparavant, qui se veut plus efficace. Serait-ce la fin du millefeuille des quartiers prioritaires et des dispositifs d'aides publiques dont ils bénéficient? La nouvelle carte des quartiers pauvres, révélée ce mardi par le ministère de la Ville, veut concentrer ces aides là où vivent les plus pauvres. Comme l'expliquait Le Figaro dès novembre dernier, le nouveau découpage des zones prioritaires se fonde sur le seul critère du revenu des habitants, grâce à la méthode dite de «carroyage» (division du territoire en carreaux de 200 mètres par 200 mètres) utilisée par l'Insee. 1300 quartiers défavorisés contre 2500 auparavant Au final, avec ce nouveau zonage, la France concentre ses efforts sur 1300 quartiers défavorisés au lieu de 2500 auparavant.

Au total, ce sont 300 communes qui sortent du dispositif. Carte des quartiers pauvres dévoilée. Nouvelle geo politique_de_la_ville.pdf. Nouvelle géographie prioritaire. Budget 2016 : plus de moyens pour les habitants des quartiers populaires En 2016, la politique de la ville bénéficiera d’une enveloppe de 438 millions d’euros, a indiqué Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports le 30 septembre.

Nouvelle géographie prioritaire

Ces 438 millions d’euros seront fléchés notamment sur les adultes-relais ("un dispositif qui a fait ses preuves") ; sur les 45 derniers réseaux d’éducation prioritaires REP+ situés en quartiers de la politique de la ville qui ne sont pas encore couverts par un programme de réussite éducative ; sur le soutien renforcé aux associations de proximité. Nous lançons en #polville mesures qui appuient l'égalité qui fonde notre république, avec un budget qui augmente de 4% #PLF2016— Patrick Kanner (@PatrickKanner) September 30, 2015 Ce budget est marqué par une hausse de 5 % des crédits de l’État alloués aux collectivités territoriales pour les quartiers prioritaires, qui passent ainsi de 337 à 352 millions d’euros.

Patrick Kanner 27 janvier 2015. Education prioritaire : la liste des collèges qui auront le statut de REP ou REP+ Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs et Mattea Battaglia Zone d'éducation prioritaire, ou « ZEP », le terme est entré dans le quotidien des Français.

Education prioritaire : la liste des collèges qui auront le statut de REP ou REP+

Il ne correspond pourtant plus à la définition officielle : on parle désormais de REP et REP+, pour « réseau d'éducation prioritaire ». Ceux-ci remplacent les sigles qui s'étaient multipliés au fil des ans : ECLAIR, RAR... L'Education nationale a dévoilé, mercredi, la liste du millier de collèges (1 082 précisément) qui seront classés REP ou REP +. Chaque collège qui bénéficie du classement en fait profiter les écoles primaires et maternelles de son « réseau ». Vous pouvez chercher dans le tableau ci-dessous un établissement ou une commune pour voir quels collèges sont concernés. REP.

Éducation prioritaire publiée ce mercredi. Depuis trente ans, le dispositif d’éducation prioritaire cherche à combler le handicap de départ entre les élèves issus de milieux défavorisés et ceux qui ont tous les atouts de leur côté.

Éducation prioritaire publiée ce mercredi

Ce que la ministre de l’Éducation nationale appelle le « déterminisme social ». Problème : depuis que son lointain prédécesseur Alain Savary, a inauguré cette méthode, le nombre de secteurs concernés est passé de 350 à 1 082. On a empilé les dispositifs (ZEP, Éclair, Réseaux de réussite scolaire RRS) mais les résultats n’ont pas suivi. Ainsi, 25 % des élèves ont des difficultés en français dans les collèges hors REP, 58 % dans les collèges « Éclair »… De l’aveu même de Mme Vallaud-Belkacem qui s’exprimait lundi devant la presse régionale, « les difficultés se sont aggravées par rapport aux établissements hors éducation prioritaire ».

La carte des REP ne peut être « statique » répond la ministre aux mécontents tout en s’efforçant de rassurer les établissements sortant du dispositif. Inégalités en Île-de-France. Dossier : Le Grand Paris, une métropole en marche ?

Inégalités en Île-de-France

Depuis la fin des années 1990, le constat d’une accentuation des contrastes sociaux dans l’espace métropolitain parisien fait consensus, au point que des termes extrêmes tels que « ségrégation » et « ghetto » sont désormais utilisés couramment dans la sphère publique. Le débat scientifique s’est, quant à lui, cristallisé autour de la théorie de la « ville globale » et de son corollaire, la dualisation sociale et spatiale de l’espace métropolitain (Sassen 1991). Les beaux quartiers, qui s’embourgeoiseraient toujours plus, s’opposeraient à des quartiers « en difficulté » qui tendraient à s’homogénéiser tout en s’appauvrissant (Maurin 2004). Pourtant, bien que très visibles, de telles évolutions ne peuvent pas être envisagées comme exclusives et inéluctables. Notre observation porte sur la période 1990‑2007 avec une attention plus particulière sur les années de 1999 à 2007. PNRU. Le PNRU (Plan National de Rénovation Urbaine) a été mis en place en 2003 par l’Etat français pour faire face à la détérioration du bâti dans les Zones Urbaines Sensibles -liée en grande partie à la façon dont les grands ensembles, surreprésentés dans les ZUS, ont été construits.

PNRU

Parmi les 751 ZUS, 557 quartiers (dont 215 en priorité) ont été sélectionnés. On peut voir sur la carte de répartition que ces quartiers prioritaires sont concentrés en région parisienne, dans le tiers-nord du pays et sur la Côte-d’Azur. Le principal acteur du PNRU, l’ANRU (l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine), a pour objectif d’améliorer le cadre de vie des 4,5 millions de Français résidant dans ces quartiers, grâce à plusieurs types d’aménagement décrits dans cette infographie : ce sont principalement des résidentialisations (sécurisation des entrées et espaces verts pour donner un caractère privé aux immeubles), des réhabilitations, et des destructions. Infographie – Le PNRU © Killian COURTILLE.