background preloader

Internet

Facebook Twitter

Ecosia, Lilo… Les moteurs de recherche « écologiques » le sont-ils vraiment ? Les enjeux de la circulation internationale de l’information. 1 Ingrid Volkmer, « The global network society and the global public sphere », Development, vol. 46, (...) 1Jamais les nouvelles n’ont semblé pouvoir s’affranchir aussi facilement des frontières qu’à l’heure du satellite et d’internet.

Les enjeux de la circulation internationale de l’information

Les chaînes d’information en continu déversent, 24 heures sur 24, les mots et les images du globe ; ceux-ci sont, en permanence, à portée de clics. Cela n’a pas été sans faire naître des visions enchantées, vantant les vertus de la mondialisation de l’information. On serait ainsi entrés, à en croire certains, dans une ère où chacun pourrait tout naturellement accéder à une large « variété de points de vue » sur la planète1. 2Nous voudrions ici, à rebours de ces visions enchantées, esquisser un petit état des recherches sur la circulation internationale des nouvelles. 2 Herbert I. 4La guerre froide a représenté une période décisive pour la formalisation de ces doctrines. 6 Ibid., p. 1, 3-4. 7 Ibid., p. 11. 8 Mustapha Masmoudi, op. cit., p. 13. 10 J.F.

Exposé : internet, information mondialisée et individualisée

Quand l’info devient instantanée. Chaque étape de la révolution médiatique, caractéristique de la transformation des sociétés contemporaines, est marquée par une accélération de l’information : après l’émergence de la presse de masse (fin XIXe siècle), c’est à la radio puis à la télévision d’y contribuer au XXe siècle.

Quand l’info devient instantanée

Toutefois, ni la radio ni la télévision ne bouleversent les logiques d’information établies avant leur apparition. Elles les rendent simplement plus complexes et l’existence d’une information audiovisuelle aboutit à produire un système médiatique dominé par les interactions et l’interdépendance entre les différents supports d’expression. Elles les adaptent aussi aux possibilités et aux contraintes spécifiques du son et de l’image. la radio annonce les nouvelles, la télévision les montre, la presse écrite les commente. L'ère de l'information en temps réel. Il faut aller vite, toujours plus vite. Tout savoir tout de suite sur tout. A l'heure du haut débit, de Twitter et de l'iPhone, ne pas avoir à la minute les derniers rebondissements de l'attentat au Pakistan ou la énième bourde d'un ministre du gouvernement parait incongru. En 10 ans, beaucoup de choses ont changé : les évolutions technologiques (haut-débit, wifi, internet mobile) ont permis à tous un meilleur accès à internet; ces évolutions se sont répercutées sur les habitudes du lecteur; les journalistes ont dû également s'adapter à évolution et repenser leur rôle.

Retour sur une info à trois voix et décorticage de chacune d'entre elles. Sur ces dix dernières années, les avancées d'internet et du temps réel se lisent surtout à travers les grands évènements internationaux et la réactivité de plus en plus grande dont fait preuve le réseau. L’information mondialisée n’existe pas ! Jamais, depuis la fin du XXe siècle, l’information n’a semblé pouvoir circuler aussi rapidement, à une si grande échelle.

L’information mondialisée n’existe pas !

Sitôt survenu, un événement se déroulant aux confins de la planète est réputé pouvoir être publicisé mondialement par une diversité d’acteurs, grâce à une variété de technologies numériques, sur une pluralité de supports. On serait ainsi entré dans l’âge du « partage planétaire » des nouvelles. À rebours de ces discours sur la révolution de l’information à l’heure numérique, nous voudrions ici d’abord prendre un peu de recul historique pour cerner les logiques qui structurent la production et la circulation de l’information internationale, avant d’analyser la manière dont, dans la période la plus récente, celles-ci ont été reconfigurées. En étant toutefois attentif à étudier tant les continuités que les ruptures à l’œuvre. L’information sans frontières au cœur des rivalités Est-Ouest et Nord-Sud.

Révolution numérique : les journalistes face au nouveau tempo de l’info. Il est des transformations technologiques qui produisent plus que des évolutions, mais bel et bien des révolutions. Pour galvaudé que puisse être ce terme, particulièrement dans la bouche de certains journalistes, il convient de le réhabiliter dans toute sa puissance lorsqu’il s’agit de considérer la révolution numérique de l’information. En quête d'Europe - 2. La production et la circulation des images « européennes » 1 Elle représentait en 2000 par son poids économique (252 personnes employées, un chiffre d’affaires (...) 2 De 1950 à 1992, le sigle UER (EBU, European Broadcasting Union en anglais) signifiait Union Europé (...) 3 Cf. chapitre 4. 4 Cette étude résulte d’un travail de recherches documentaires sur l’UER et s’appuie sur des entreti (...) 5 Les guillemets visent ici à signaler que ce qu’on appelle information « internationale » ou « euro (...) 6 Il n’existe pas véritablement de chiffres précis en la matière.

En quête d'Europe - 2. La production et la circulation des images « européennes »

Un document du Service Juridique e (...) 7 Appelés Eurovision News Exchange en anglais et Eurovision news en français (EVN), ils intègrent de (...) 8 On pourra se reporter utilement aux deux recherches suivantes : Cohen (A. A.), Levy (M. R.), Roeh (...) 3L’histoire de la collaboration des radios puis des télévisions en Europe et dans le Bassin méditerranéen peut être analysée comme le produit des logiques des champs politique et journalistique nationaux et de leurs relations. 30 ans du Web : « Il n’est pas trop tard pour changer le Web », affirme Tim Berners-Lee. Le Web fête, ce mardi 12 mars 2019, son trentième anniversaire. Désormais dominé par des géants avides de données personnelles, parasité par des opérations de manipulation en tout genre, miné par les cyberattaques et sur le point d’être « balkanisé », il n’a jamais été aussi contesté.

Pour autant, Tim Berners-Lee, qui a inventé le principe du Web il y a trois décennies dans un laboratoire suisse, est loin d’avoir abandonné tout espoir. Cet homme a déjà inventé le Web. Faut-il maintenant lui demander de le sauver ? Quand vous avez imaginé le Web, en 1989, anticipiez-vous qu’il allait devenir si important, ou pensiez-vous plus simplement donner naissance à un outil pour scientifiques ? Tim Berners-Lee : Non, ce n’était pas un outil seulement pour les scientifiques. Internet et démocratie, le grand désenchantement.