background preloader

Impot

Facebook Twitter

Sondage : les Français face aux impôts. Les Français et l'impôt, c'est le thème de l'enquête réalisée par Ipsos/CGI pour "Le Monde", BFMTV et la Fondation internationale de finances publiques.

Sondage : les Français face aux impôts

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Véronique Malécot Les Français et l'impôt, c'est le thème de l'enquête réalisée par Ipsos/CGI pour Le Monde, BFMTV et la Fondation internationale de finances publiques. Il s'agissait de mesurer le sentiment de rejet ou de consentement des Français à l'impôt sous ses différentes formes. Le principe de l'impôt, afin de maintenir un service public de qualité et un haut niveau de protection sociale, est admis par une majorité de Français (57 %) mais cette adhésion est fortement écornée.

Lire : "Les Français et l'impôt : le grand désarroi" Cette enquête a été effectuée du 7 au 10 octobre auprès d'un échantillon de 967 personnes interrogées par Internet. Vive les impôts ! (?) Certains d’entre vous vont me regarder de travers, surtout si vous êtes un Breton à bonnet rouge, si vous faites partie d’un centre équestre ou encore si vous êtes transporteur routier. ► Son.

Vive les impôts ! (?)

Ecoutez l’édito d’Anne Ponce Rassurez-vous cependant, je n’habite pas sur la planète Mars et j’ai moi-même fait « gloups ! » à la réception de mon dernier avis d’imposition. Cela dit, en ces temps de fronde antifiscale, risquons quand même un plaidoyer. L’impôt est ce qui permet à l’État de fonctionner. " La perte de crédibilité de l’impôt devient alors le symptôme d’une démocratie vacillante " Et ce devoir est suspendu à un droit : celui de consentir à l’impôt, par l’intermédiaire de la représentation nationale. La fraude, le recours aux paradis fiscaux, les inégalités de traitement, tout autant que le gaspillage, la complexité et la dépense mal contrôlée, peuvent miner la crédibilité du système. Tout peut alors se dérégler. Le plus vite possible, j’aimerais pouvoir écrire « Vive les impôts ! Impôts, démocratie et cohésion sociale: même combat ! Au moment où le « poujadisme fiscal » n’a jamais compté autant de colporteurs à droite et à l’extrême droite, où le parti socialiste a laissé tomber définitivement dans les oubliettes de l’histoire l’ambition d’une grande réforme de l’impôt au service de la justice fiscale, il est bon ton de rappeler quelques vérités cardinales sur les vertus d’un poids important de la fiscalité, sur la base de quelques corrélations statistiques d’une très grande importance du point de vue des choix collectifs d‘une société (1).

Impôts, démocratie et cohésion sociale: même combat !

Fiscalité et démocratie.La première corrélation statistique robuste fondamentale est celle entre vitalité démocratique et poids des prélèvements obligatoires, telle qu’elle a pu être établie par André Barilari et Thomas Brand (2). Pour illustration, reprenons la corrélation entre degré des inégalités de revenus et poids des prélèvements obligatoires dans l’économie. . (2) « Le paradoxe de Montesquieu », in Revue française de finances publiques, n° 108, octobre 2009. Quels sont les différents impôts perçus par l'État ?   - Les ressources de l'Etat Découverte des institutions.

<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.

Quels sont les différents impôts perçus par l'État ?   - Les ressources de l'Etat Découverte des institutions

</p> Dans la loi de financesLoi de financesLoi qui détermine, pour un exercice (une année civile), la nature, le montant et l’affectation des ressources et des charges de l’État, ainsi que l’équilibre budgétaire et financier qui en résulte. initiale (LFI) de 2016, les recettes fiscales nettes, c’est-à-dire après les dégrèvements et remboursements d’impôts, du budget général de l’État, s’élèvent à 288 milliards d’euros (Md€) (soit 94,8% des recettes nettes de l’État). Les recettes fiscales brutes s’élèvent à 388 Md€ et se répartissent comme suit : Parmi les autres impôts directs figurent notamment l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), ainsi que la taxe sur les salaires acquittée par certaines activités (banque, hôpitaux, secteur associatif) exonérées de TVA.

Les impôts en chiffres. L’impôt doit-il être payé par tout le monde ?