background preloader

Guerre froide

Facebook Twitter

Berlin Wall Special page. À l'occasion du 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, le CVCE propose une sélection de ressources documentaires (synthèses, photographies, infographie) et de témoignages oraux sur l'un des événements majeurs du 20e siècle.

Berlin Wall Special page

La chute du mur de Berlin, en novembre 1989, met un terme à la guerre froide et à ses divisions héritées de la Seconde Guerre mondiale. L'histoire du mur de la «honte» débute dans la nuit du 12 au 13 août 1961, lorsque près de 15 000 membres des forces armées de la République démocratique allemande bloquent les rues et les voies ferrées qui mènent aux secteurs occidentaux de Berlin et commencent la pose de grillages et de barbelés autour de Berlin-Ouest. Ce verrouillage hermétique vise à empêcher la fuite vers l'Ouest de milliers de citoyens est-allemands. À la fin des années quatre-vingts, les bouleversements géopolitiques majeurs en Europe et notamment au sein du bloc communiste vont précipiter les événements.

Pour en savoir plus: Une photo comme celle d’Aylan Kurdi peut-elle changer le monde? Les clichés montrant la réalité d’une guerre ou d’une famine marquent les esprits mais ne changent pas forcément le cours de l’histoire.

Une photo comme celle d’Aylan Kurdi peut-elle changer le monde?

Après la parution de la photo montrant un enfant syrien échoué sur le sol turc, la question était dans de nombreuses têtes: ce cliché particulièrement émouvant va-t-il changer quelque chose à la crise des migrants? Va-t-il enfin émouvoir une opinion publique française majoritairement hostile à l'accueil de réfugiés? Certains veulent le croire, d’autant qu’il existe quelques signes encourageants. Tardive, la réaction de la presse française n'en a pas moins été forte, le moteur de Google actualités listant pas moins de 371 sources sur le sujet pour la France. Une association spécialisée dans l’aide aux migrants en mer aurait par ailleurs récolté 180.000 euros de dons depuis mercredi 2 août au matin... contre 50.000 euros en deux ans. Voici trois exemples de photos qui ont particulièrement marqué les esprits, et le récit de leur réception.

Aude Lorriaux. Histoire des arts Nick Ut arts plastiques. Crise des missiles de Cuba 1962. "La fille de la photo" sort du cliché. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Annick Cojean A QUOI TIENT LA FORCE D'UNE PHOTO ?

"La fille de la photo" sort du cliché

A sa grâce, son magnétisme, son pouvoir d'interpellation ? D'où vient que, dans un déluge d'images, il en est une qui accroche le regard, imprime l'imaginaire et marque à jamais les mémoires ? Et comment expliquer qu'après avoir fait irruption dans nos vies son personnage central continue de nous hanter, qu'il devient familier et qu'on se l'approprie, qu'on se montre exigeant, qu'on souhaite entendre sa voix, donner à la photo une suite, une histoire, un destin ? Il nous a dérangés, fascinés, bouleversés ? Dans un hôtel de Toronto où elle s'apprête, ce 8 juin, à recevoir ses amis, la jeune femme, désormais canadienne, éternellement sourit. "J'ai longtemps voulu fuir cette petite fille plongée dans le chaos de la guerre du Vietnam. Images de guerre iconiques et presse : l'entente difficile. Après un siècle de photojournalisme, l’histoire nous montre que nombre de photoreporters ont capturé des images qui sont ensuite devenues des icônes.

Images de guerre iconiques et presse : l'entente difficile

Ces photographies, à l’origine publiée dans la presse, ont-elles été immédiatement identifiées comme telles lors de leurs premières publications ou sont-elles passées plus inaperçues ? À l’heure où l’on reproche à la presse internet de noyer les images, notamment dans des maquettes centrées sur le texte, il est intéressant de se demander si c’est vraiment la presse qui a créé les icônes du photojournalisme. Une fillette nue qui court sur une route devant un rideau de feu. Un homme, portant un fusil, qui s’écroule, touché de plein fouet. Un civil exécuté à bout portant par un militaire. Commençons par la photographie d’un milicien de la guerre d’Espagne prise en 1936 par Robert Capa.

Ouvrons maintenant le numéro de Paris-Match de mai 1968.