background preloader

Frontieres fermees ou ouvertes

Facebook Twitter

Cartographie. Murs, barrières, clôtures: comment le monde se referme. - Frontières ouvertes, frontières fermées. Le monde se referme : la carte des murs aux frontières. Map 4.5 murs dans le monde. Frontieresfermeesrosierepiantoni. "Fermer les frontières ne sert à rien" Un espace transfrontalier: la Mexamérique. L'impact de l'ALENAL'Accord de Libre Echange Nord Américain constitue un espace de libre circulation des marchandises et des capitaux sans droits douaniers aux frontières (pas de libre circulation des personnes) entre trois pays : les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Un espace transfrontalier: la Mexamérique

L'ALENA est entré en vigueur en 1994, cet Accord a contribué à faire émerger la dynamique spatiale de la Mexamérique. On peut estimer que l'ALENA bénéficie d'abord aux entreprises des États-Unis et à son marché intérieur puisque ce pays « exploite » ainsi la main d'œuvre mexicaine. Parallèlement à cette de libre circulation des capitaux, les États-Unis durcissent leur politique de contrôle à la frontière pour endiguer l'immigration clandestine. le renfocrement des gardes-frontière et la construction d'un mur séparant les États-Unis du Mexquis visent à maintenir au Sud les Mexicains qui veulent toujours émigrer vers le Nord malgré le développement des maquiladoras. "Une réforme globale de l'immigration" George W. États-Unis et Mexique : une frontière cruelle. « Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si près des États-Unis !

États-Unis et Mexique : une frontière cruelle

» Ce mot de Porfirio Diaz, qui fut le président mexicain de 1876 à 1911, est resté fameux dans son pays et on gage que celui-ci, par les temps qui courent, ne le juge malheureusement pas dépassé. La frontière de 3200 km qui sépare les deux nations s’est imposée emblématiquement au cœur de la dernière campagne présidentielle. Donald Trump en effet, obsédé par l’immigration venue du sud, a annoncé de meeting en meeting qu’il entendait faire construire (aux frais d’ailleurs des Mexicains) un « grand et beau mur » qui assurerait la parfait maîtrise des États-Unis sur la circulation des hommes et des marchandises d’un côté à l’autre de cette séparation désormais infranchissable. Et après son élection, le président américain n’a pas arrêté de rappeler cette promesse et d’affirmer qu’il y serait fidèle. Voilà bien qui appelle une rétrospective, propre à replacer cette question dans la longue durée. Programmation sonore : La frontière États-Unis–Mexique, entre réalité et représentations.

Un article mis en ligne en novembre 2017 aborde cette frontière sous l'angle de ceux qui l'ont traversée malgré les contrôles, en renouvelant les études migratoires sur cette région : Anna Perraudin, « Garder ses distances.

La frontière États-Unis–Mexique, entre réalité et représentations

(Dés)activation des réseaux communautaires et territoires migratoires, entre Mexique et États-Unis », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017. L'article révise la vision traditionnelle de la migration transnationale qui insiste sur l'importance des liens communautaires parmi les migrants. Son enquête au long cours sur un groupe identifié au Mexique comme des Indiens, les Santiaguenses, montre en fait l'éclatement des lieux de destination aux États-Unis et relativise l'attachement des migrants à leur « communauté » d'origine, laquelle n'est pas structurante dans leur parcours migratoire même si des solidarités existent. On peut compléter avec deux articles plus anciens : Marie L. Pour compléter avec Géoconfluences. Les murs dans le monde, en réponse aux nouvelles peurs. Si l’idée d’ériger un mur ou une clôture entre des pays est aussi ancienne que les concepts de nation et de frontière, l’Europe et le monde occidental ont un peu vite cru que la fin de la guerre froide et l’effondrement du mur de Berlin, en 1989, allaient signifier la disparition des séparations entre les peuples.

5 choses à savoir sur le mur à la frontière Mexique-Etats-Unis que Trump veut étendre. Donald Trump veut obtenir du Congrès un financement de 5,3 milliards de dollars pour poursuivre le mur de séparation entre les Etats-Unis et le Mexique, qui occupe déjà 1 052 kilomètres le long d’une frontière qui fait 3 144 kilomètres, de San Diego, sur le Pacifique, à l’embouchure du Rio Grande, dans le golfe du Mexique. Faute d’accord, le président des Etats-Unis a bloqué le financement du gouvernement fédéral, qui connaît depuis le 22 décembre le plus long shutdown (fermeture) de son histoire. 1.

Contrairement à Clinton, aux Bush et Obama, Trump n’a pas construit un seul mètre de mur George H. W. Dès la fin 2015, Donald Trump avait demandé la construction d’un mur supplémentaire de 1 000 miles (1 609,34 km) : « Nous avons vraiment besoin de 1 000 miles. Oyapock, le pont de la discorde sur Orange Vidéos. Sept images qui montrent les frontières du monde fermées par des murs - Edition du soir Ouest France - 20/08/2019. Il y a trente ans, le 19 août 1989, plus de 600 Allemands de l’Est, en vacances en Hongrie, profitent de l’ouverture d’un poste-frontière avec l’Autriche à l’occasion d’un pique-nique paneuropéen pour fuir à l’Ouest, premier exode massif de ce genre depuis 1961.

Sept images qui montrent les frontières du monde fermées par des murs - Edition du soir Ouest France - 20/08/2019

C’est une première brèche dans le Rideau de fer, cette barrière de miradors et barbelés qui courait sur près de 3 000 km en Europe, entre les pays de l’Ouest et ceux sous influence soviétique. Elle allait aboutir, le 9 novembre de la même année, à la chute du mur de Berlin. Trente ans après, les murs de béton et clôtures électrifiées n’ont pas disparu du paysage. Selon la géographe québécoise Elisabeth Vallet, de l’université de Québec-Montréal, dont l’étude de 2016 fait référence, il y en a 77 construits ou en projet. Leur longueur cumulée fait environ 41 000 km. 1. 2.

Il n’y a rien de plus semblable que la Turquie et la Bulgarie. 3. 4.