background preloader

EU Nourrir les hommes

Facebook Twitter

Savoir plus: Les producteurs africains de coton et la loi agricole des États Unis. Les prix mondiaux du coton s’enfonçaient jusqu’à la fin des années 1990, les producteurs africains de coton, du Brésil et d’autres pays en développement subissaient la baisse des prix, pendant ce temps, les agriculteurs américains recevaient des subventions importantes.

Savoir plus: Les producteurs africains de coton et la loi agricole des États Unis

Selon Daniel Summer, économiste agricole à l’Université de Californie : « Il y avait des moments où les producteurs américains de coton recevaient plus de la moitié de leur chiffre d’affaires du gouvernement américain » . C’est donc dans ces circonstances que le Brésil , en 2002, a porté plainte contre les États-Unis devant l’Organisation Mondiale du Commerce ( l’OMC) .Les États-Unis ont perdu. Ils ont fait appel au premier jugement et ont perdu pour la deuxième fois.

« Le nouveau Farm Bill protège les agriculteurs américains contre les chutes des cours » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Alain Faujas Vendredi 7 février, la signature d'un nouveau Farm Bill par Barack Obama a redistribué les cartes sur les marchés mondiaux des matières premières agricoles, car les 956,4 milliards de dollars d'aides qui seront attribués aux agriculteurs américains risquent de fausser la concurrence, mais aussi de pousser à des productions ne correspondant pas à la demande des marchés.

« Le nouveau Farm Bill protège les agriculteurs américains contre les chutes des cours »

Comme l'explique Philippe Chalmin, professeur à Paris-Dauphine, ce retour à une politique interventionniste met les Etats-Unis en contravention avec les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les Etats-Unis mettent fin aux subventions directes aux agriculteurs. Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Soren Seelow La condamnation, lundi 13 février, du géant américain de l'agroalimentaire Monsanto, poursuivi par un petit agriculteur charentais intoxiqué par un herbicide, est une première en France.

Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires

Monsanto, un demi-siècle de scandales sanitaires. Coca-Cola se défend de favoriser l'obésité. Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le | Par Pauline Pellissier Le 30 mai 2012, la décision de Michael Bloomberg, le maire de New York, de faire interdire, dans les cinémas, les snacks et les restaurants de la ville, la vente de sodas de plus d'un demi-litre, a résonné comme une déclaration de guerre pour la firme d'Atlanta, plus grand fabricant au monde de boissons non alcoolisées, accusé de jouer un rôle majeur dans le développement de l'obésité.

Coca-Cola se défend de favoriser l'obésité

Les dirigeants de Coca-Cola organisent désormais la riposte. A commencer par Katie Bayne, la PDG de Coca-Cola Amérique du Nord, interrogée le 7 juin par USA Today. La quadragénaire au physique longiligne est devenue le nouveau visage de la marque, chargée de la contre-offensive sur les questions d'obésité. Cette dernière se targue de boire des sodas à longueur de journée. Bien évidemment, ses enfants profitent du même régime.

Interdiction du soda XXL : l'Etat va trop loin pour garantir la santé publique. La Big Apple est en pleine agitation.

Interdiction du soda XXL : l'Etat va trop loin pour garantir la santé publique

Michael Bloomberg, maire de New York depuis 2002, vient de déclencher une mini tempête. Le 31 mai, assis devant un étalage de boissons gazeuses, avec l’équivalent en sucre contenu dans chaque (huit morceaux pour une cannette de coca cola, par exemple) il a proposé de limiter la vente de ces boissons à des verres de 16 onces (48cl), dans les restaurants et débits de boisson de la ville ainsi que dans les stades (tant il est vrai aux États-Unis que quand les dieux du stade se dépensent, les spectateurs, en tribune, se remplissent la panse). Sachant que la Grosse Pomme a inventé le « Big Gulp », verre gigantesque de 64 onces (1,92 l) on mesure l’ambition d’une telle proposition… Son objectif, a dit Monsieur le Maire, sera de lutter contre « l’obésité, le diabète, et les déséquilibres métaboliques liés à une consommation excessive de sucre ».

De fait la proposition peut faire rire. Aux Etats-Unis, Coca-Cola assure lutter contre l'obésité. "Lorsqu’on en boit une canette [de Coca-Cola], on avale l’équivalent de six morceaux de sucre", prévenait en juin l'association 60 millions de consommateurs.

Aux Etats-Unis, Coca-Cola assure lutter contre l'obésité

Pourtant, le géant américain du soda diffuse, à partir de lundi 14 janvier, une publicité abordant le problème de l'obésité, sur des chaînes câblées nationales. L'objectif de ce spot : "[encourager] chacun à garder à l'esprit que toutes les calories comptent pour gérer son poids, y compris celles des produits Coca-Cola et de toutes les nourritures et boissons". Aux Etats-Unis, l'effet sur la santé de la consommation des sodas fait l'objet d'un vif débat, alors que la municipalité de New York a banni en septembre les gobelets XXL. Fruits moins chers et sodas plus chers pour réduire la mortalité cardiovasculaire - 02/03/2016 - ladepeche.fr. (AFP) - Une réduction de 10% du prix des fruits et légumes combinée à une hausse équivalente des sodas pourrait éviter un nombre important de décès dus aux maladies cardiovasculaires aux Etats-Unis, selon une étude présentée mardi.

Fruits moins chers et sodas plus chers pour réduire la mortalité cardiovasculaire - 02/03/2016 - ladepeche.fr

"Modifier son régime alimentaire peut être difficile mais des changements sur le marché (des produits alimentaires, NDLR) pourraient permettre d'y parvenir avec des effets importants sur la santé cardiovasculaire", a expliqué le Dr Thomas Gaziano, professeur à la faculté de santé publique de l'université Harvard (Massachusetts, nord-est). 1506 ci resinter fi etats unis. Le buzz des Etats-Unis : la lutte contre l’obésité se durcit. Go to the Atlas. L'Atlas alimentaire des États-unis - Asteur Amérique. Les habitudes alimentaires et physiques des Américains ont des conséquences graves sur une bonne part de la population.

L'Atlas alimentaire des États-unis - Asteur Amérique

Les taux d’obésité, de sur-poids, de diabète sont parmi les plus élevés au monde. Même l’armée s’inquiète de ne plus pouvoir avoir assez d’hommes capables de combattre ou, du moins, de servir dans ses rangs. Beaucoup d’Américains ont faim, beaucoup mangent mal. Le mal n’est cependant pas répartis partout de la même façon. L'obésité, une menace pour l'Amérique ? - Asteur Amérique. Les États-Unis sont le pays des gens gros.

L'obésité, une menace pour l'Amérique ? - Asteur Amérique

C’est connu, c’est cliché. Sauf que... ce n’est plus un cliché. Le problème devient général et menacerait l’avenir du pays. Du moins, c’est en ces termes forts que s’alarme le Trust for America’s Health (le groupe pour la santé américaine) en titre de sa nouvelle étude annuelle sur le sujet : F as in Fat, How Obesity Threatens America’s Future 2011 (G comme être gros : comment l’obésité menace l’avenir de l’Amérique 2011) L’Amérique prend du ventre Il faut dire que les chiffres sont préoccupants. Mais la situation évolue rapidement et surtout s’aggrave . Il y a 20 ans, aucun état n’avait des taux d’obésité au-dessus de 15%. Qui est gros ? De la sous alimentation aux U.S.A, pays au plus grand P.I.B mondial. - Prismo Esse sur LePost.fr (11:05) La réalité d'un rêve.

De la sous alimentation aux U.S.A, pays au plus grand P.I.B mondial. - Prismo Esse sur LePost.fr (11:05)

Celui des État-Unis d'Amérique, pays dit providentiel, est purement et simplement en train de tourner au cauchemar. Dans l'état du Massachussetts situé au Nord Est des U.S.A, au dessus de New York, un constat lourd de conséquences vient d'être fait par les médecins des urgences du grand hôpital de Boston. Le Docteur Megan Sandel, Maître de conférences en pédiatrie et en santé publique au centre médical de Boston a établi que pour l'année 2010, 18 % des enfants de moins de trois ans présentaient un poids insuffisant par rapport à leur âge. Alors que la plus part de nos médias nous martélent qu'il n'y aurait qu'un problème d'obésité dans les pays riches, en 2007, au commencement de la crise économique dite des "Subprime", le pourcentage ci-dessus attestant de l'impossibilité d'un nombre croissant de familles américaines à nourrir de façon suffisante leurs enfants était déjà de 12 %.

ETATS-UNIS. Les Américains pèsent 11 kg de plus qu'en 1960 - 8 septembre 2014. L'obésité chez les adultes a encore augmenté dans six États des États-Unis, et marque le pas dans tous les autres, estime un rapport annuel qui s'alarme d'un niveau d'obésité dans le pays "intolérablement élevé", établi par l'organisation washingtonienne Trust for America's Health. Les taux d'obésité sont intolérablement élevés ÉTATS.

Pour la première fois, le taux d'obésité dépasse les 35 % chez les adultes dans deux Etats, le Mississippi (sud) et la Virginie Occidentale (est), selon ce rapport. Dans vingts Etats, un tiers des adultes sont obèses et ce taux n'est nulle part en-dessous de 21 % dans le pays. Taux d'obésité chez les adultes par État en 2013. DISPARITÉS. Le taux d'obésité moyen chez les adultes américains est de 34,9%, et deux-tiers (68,5 %) sont en surpoids ou obèses. Plus de 33 % des adultes qui gagnent moins de 15.000 dollars par an sont obèses SALAIRES. De l'aide alimentaire à l'obésité... Aux Etats-Unis, un programme de bons alimentaires « Food Stamp Program » (FSP) a été mis en place dans les années 1970 afin d'aider les populations pauvres à lutter contre la faim, tout en permettant l'écoulement de la production agricole alors en plein essor. Aujourd'hui, certaines données laissent penser que le FSP pourrait être impliqué dans l'épidémie d'obésité à laquelle les États-Unis sont confrontés.

En effet, des données collectées entre 1988 et 1994 (NHANES) ont montré que les adultes qui reçoivent des bons alimentaires ont un IMC plus élevé que les personnes dans la même situation économique mais qui ne bénéficient pas du FSP. Chez les femmes notamment, 42 % de celles qui perçoivent de l'aide sont obèses versus 30 % pour celles qui, à niveau de vie équivalent, n'en bénéficient pas, et 22 % chez celles qui ont des revenus supérieurs à la limite d'éligibilité au programme. Malbouffe Etats unis causes consequences. 15% de la population des États-unis se nourrit à l'aide de tickets de rationnement - News360x.

FY14%20State%20Activity%20Report. États des États-Unis par population. Les Etats-Unis ou le pays de l'aide alimentaire. La première puissance économique du monde seraient devenus le «pays des bons alimentaires» («food stamps nation»), estime l’agence de presse Reuters. Près de 46 millions de personnes vivent de l’aide alimentaire aux Etats-Unis, soit 15% de la population. Depuis 2007, leur nombre a augmenté de 74%, principalement à cause de la forte récession qu’a connue le pays. Près de 46 millions d'Américains vivent grâce à des bons alimentaires. Près de 46 millions d'Américains, soit 15 % de la population, vivait en avril 2011 grâce à des bons alimentaires, a indiqué vendredi 5 août le ministère de l'agriculture des Etats-Unis. Ce chiffre record a augmenté de 2,5 % entre mai 2010 et avril 2011. Les Etats où les allocataires sont les plus nombreux sont le Texas (3,9 millions), la Californie (3,7 millions), la Floride (3 millions) et New York (3 millions).

ETATS-UNIS. Les Américains pèsent 11 kg de plus qu'en 1960 - 8 septembre 2014.