background preloader

Daech Al Qaida

Facebook Twitter

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste » Depuis la fin des années 1990, on a vu naître et se développer des mouvements islamistes fondamentalistes transnationaux sans vraiment pouvoir en faire une cartographie plus précise que d’indiquer de vagues localisations géographiques où ces groupes opéraient, ou encore les lieux des attentats qui leur étaient attribués.

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste »

Ces mouvements qui semblaient disparates et agir indépendamment les uns des autres, à l’exception d’Al-Qaida, se sont structurés petit à petit, tout au long des années 2000, et surtout après le début des révoltes arabes en 2011. Ils se sont transformés en organisations politiques, idéologiques et militaires, qui commencent à tisser entre elles des liens étroits. Depuis 2013, elles ont même entrepris de se « territorialiser » - avec plus ou moins de succès (certaines tentatives de territorialisation sont « contrariées » par des interventions militaires occidentales). Cette toute première approche ignorait tout de ce qui se passait au sud du Sahara. La stratégie hybride de lÉtat islamique. FD001270. Fs87 hecker tenenbaum. Terrorisme, les réponses globales. Coalitions militaires et policières, partage de renseignements, coopération diplomatique… Face au terrorisme jihadiste, les États tentent des ripostes concertées, avec des résultats décevants.

Terrorisme, les réponses globales

Où sont les failles ? Coopérer entre états pour mieux contrer la menace terroriste ? L’idée s’impose aujourd’hui comme une évidence. Pourtant, elle est récente à l’échelle de l’histoire. Pendant la guerre froide, les actions terroristes ne font pas l’objet d’une qualification consensuelle. Cette tendance s’amplifie avec les attentats du 11 septembre, accentuant une dynamique de coopération au sein des Nations unies. Cette convergence à l’œuvre produit-elle les effets escomptés ? 1 - « Faire la guerre »Les limites de la réponse militaire En choisissant les expressions « guerre contre la terreur » puis « longue guerre », l’administration Bush a privilégié l’instrument militaire face à Al-Qaïda. La réponse militaire au terrorisme est toutefois partielle, incomplète, et restrictive. Frédéric Ramel. 2. [correction] Les guerres irrégulières d'Al Qaïda et de Daech. Les 8 contradictions de la stratégie d'Obama face à l'Etat islamique.

«Ceci est notre stratégie».

Les 8 contradictions de la stratégie d'Obama face à l'Etat islamique

La phrase est tombée au milieu du discours de Barack Obama consacré mercredi soir à la lutte contre les jihadistes de l’Etat islamique. Ces quelques mots résument le mieux l’esprit de cette allocution solennelle, prononcée en quinze minutes à peine depuis la Maison Blanche, visait avant tout à faire oublier sa petite phrase désastreuse du 28 août, avouant au sujet de cette même lutte contre l’Etat islamique en Syrie: «Nous n’avons pas encore de stratégie.» Comme le souligne aussi Jim Sciutto, de CNN, le discours de ce mercredi se voulait «l’antidote» de cette bourde. Si la «stratégie» énoncée ce mercredi soir est ainsi née d’une négation, c’est surtout parce qu’elle repose sur un faisceau de contradictions fondamentales, qui ont fait la trame même de ce nouveau discours.

En voici au moins huit. I. II. III. IV. Les Etats-Unis «dirigent» encore… mais seulement une coalition. [Archives] Clausewitz contre l’Etat islamique. Juin 2014.

[Archives] Clausewitz contre l’Etat islamique

L’EI parade à Mossoul, avec du matériel militaire américain pris, souvent sans combattre, à l’armée irakienne. Photo Associated Press. Avant-propos Le présent article a été écrit en juillet 2016, et publié par la Revue Militaire Suisse (RMS+) dans son numéro thématique 1-2016 paru en août. Le thème de ce numéro était le jihadisme et ses activités combattantes et terroristes. Qu’il me soit permis, pour conclure cet avant-propos, de remercier la RMS+ et le capitaine Grégoire Chambaz, avec qui j’ai eu grand plaisir à échanger dans le cadre de ma contribution à ce numéro thématique. Le choc : l’offensive de l’été 2014 en Irak A l’été 2014, les médias occidentaux, incrédules, accrurent nettement leur couverture de l’actualité irakienne quand un groupe jihadiste déferla sur le nord du pays.

Aux premiers jours d’août, la tragédie des Yazidis alarma le monde. L’EI : une vieille connaissance perdue de vue, plus qu’un petit nouveau dans l’arène Abu Musab al-Zarqaoui en Irak. Perspectives. Al Qaïda et le brouillard de la guerre contre le terrorisme. Save Le 25 août, j’ai publié dans Le Monde un article intitulé « Al Qaïda et le brouillard de la guerre contre le terrorisme« .

Al Qaïda et le brouillard de la guerre contre le terrorisme

La rédaction du Monde a procédé à quelques coupes et changements. Voici la version intégrale de l’article : Le choc des attentats du 11 septembre 2001 a poussé les Etats-Unis à se lancer dans une véritable guerre contre Al Qaïda. Dix ans plus tard, le brouillard de la « guerre contre le terrorisme » ne s’est pas encore dissipé.

Expose Al Qaida et Daech