background preloader

1GM

Facebook Twitter

Comment les belligérants ont financé 1914-1918. La France et l'Allemagne eurent recours à l'usage de la planche à billets et à l'emprunt pour faire face aux dépenses occasionnées par la première guerre mondiale.

Comment les belligérants ont financé 1914-1918

LE MONDE | • Mis à jour le | Pierre Bezbakh (maître de conférences à l'université Paris-Dauphine) Archéologie de la Grande Guerre. L'Atelier numérique de l'Histoire. Après avoir subi depuis la fin janvier 1918, les bombardements des Gothas, la capitale est exposée, à partir du 23 mars, aux bombardements des canons à longue portée que les Allemands ont installé au nord-ouest de Crépy-en-Laonnois, à quelque 120 km de Paris.

L'Atelier numérique de l'Histoire

Le 23 mars 1918, le premier projectile tombe à 7h 20 devant le n° 6 du quai de Seine dans le 19e arrondissement et à 8h15, le 4e arrondissement est touché, au 15 rue Charles V. Une demi-heure plus tard, le même arrondissement est touché rue François-Miron au numéro 8. Une vingtaine d’obus s’abat sur la capitale jusqu’à 15 heures sans que les autorités, et encore moins les Parisiens, ne comprennent ce qui se passe. Serait-ce une attaque aérienne à très haute altitude comme le laisse entendre un communiqué du ministère de la Guerre vers le milieu de la matinée ? L’obus tombé sur l’immeuble du 15 rue Charles V, juste derrière le lycée Charlemagne, tue un habitant selon les relevés de Jules Poirier. Bibliographie. Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève... À la fin du XIXe et au début du XXe siècle des règles avaient été édictées pour, en principe, protéger les populations non-combattantes durant les conflits.

Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève...

Si les civils ne sont pas au cœur même des combats de la Grande Guerre, ils sont affectés de bien des manières par la violence de guerre : l'invasion, les bombardements, les souffrances affectives, sont trois épreuves parmi tant d'autres analysées par Anne Duménil dans "La guerre au XXe siècle, l'expérience des civils" (La Documentation photographique n° 8043, 2005). Invasion. MA fiche objet affiche france or. Vers la guerre totale - Le tournant de 1914 1915 - John Horne.

La mobilisation des esprits du dossier « L'armistice du 11 novembre 1918 » - Pour mémoire - CNDP. Magazine Le Miroir du 28 février 1915 La mobilisation des esprits est un caractère essentiel de la guerre.

La mobilisation des esprits du dossier « L'armistice du 11 novembre 1918 » - Pour mémoire - CNDP

Dès les débuts du conflit on note une volonté des gouvernements de contrôler l'information. La guerre de 14-18. La Première Guerre mondiale mobilise l’ensemble des sociétés des pays belligérants, à l’arrière comme au front, aussi est-elle parfois qualifiée de « guerre totale ».

La guerre de 14-18

Cette mobilisation intégrale de la société civile est une nouveauté, que personne ne pouvait imaginer au déclenchement du conflit. Mais comment les civils de l’arrière ont-ils vécu la guerre ? Les voix des femmes, notamment, à qui incombe la marche du pays, et qui parlent du quotidien, non des combats, n’ont-elles pas été quelque peu oubliées par les historiens ? L’économie toute entière se met progressivement au service de la guerre, d’autant plus qu’en France, les départements du Nord industrialisé sont occupés par les Allemands : alors que la guerre s’enlise dans les tranchées, il faut transformer les usines en fabriques d’armement, dans lesquelles les femmes remplacent en partie les hommes partis au front, aux côtés des ouvriers qualifiés que l’on fait revenir dès 1915.

Intérieur de l’église Saint-Gervais, après le bombardement du Vendredi saint, 29 mars 1918. Grande Guerre Paris Fiche 07 Paris ville bombardee. Atrocites allemandes en Belgique. Les atrocités allemandes. LE MONDE DES LIVRES | • Mis à jour le | Par Nicolas Offenstadt 1914.

Les atrocités allemandes.

Les atrocités allemandes, de John Horne et Alan Kramer, apparaît d'abord comme une enquête sur les traces de l'armée allemande, pour établir avec minutie chacun des faits, chacune des exactions perpétrées en Belgique et en France au début de la Grande Guerre. Parmi elles, celles commises au village de Soumagne, près de Liège. Là, des hommes sont choisis et abattus devant femmes et enfants.

Les survivants de l'exécution sont achevés à coups de baïonnette. Mais l'historien doit aussi situer et expliquer. 1914. De la SDN à l'ONU. De la SDN à l'ONU - L'ONU, acteur de la paix dans le monde. La Société des Nations (SDN) et l'Organisation des Nations unies (ONU) sont les manifestations successives du même espoir de soumettre au droit les relations entre Etats, la première en bannissant le recours à la force, la seconde en mettant l'usage de la force sous la coupe du Conseil de sécurité.

De la SDN à l'ONU - L'ONU, acteur de la paix dans le monde

L'ancêtre de l'ONU : la SDN Séance inaugurale de la Société des Nations à Genève, 15 novembre 1920. Agrandir l'image Selon Edouard Dufour dans la revue Questions internationales "L'ONU à l'épreuve" (n° 11, janvier-février 2005, La Documentation française), la SDN fut la première ébauche d'un système de sécurité collective : « Au XVIIIe siècle, les projets de paix perpétuelle de l'abbé de Saint-Pierre (1713) et de Kant (1795) ont jeté les bases conceptuelles de la sécurité collective.

Leur mise en œuvre a cependant été tardive. Terreursurlaville.