background preloader

Et si on sortait ?

Facebook Twitter

La proximité de Paris aidant, si l'envie vous prend d'une sortie culturelle en famille, voici quelques idées en lien avec le programme de 6e ou avec le nouveau programme de 5e.



- Le Louvre :
1/ département des antiquités : vous retrouvez les héros historiques et mythologiques ainsi que les divers dieux abordés en français en histoire-géographie
2/ département des peintures : vous trouverez beaucoup de sujets mythologiques et bibliques
3/ département des Arts de l'Islam : collection récente très riche qui ouvre sur des textes non abordés en classe ATTENTION : visites fermées jusque fin juillet

- Cluny : Musée national du Moyen-Âge, pour découvrir les arts en lien avec le programme de 5e

- Le Château de Versailles, en particulier les jardins avec ses bassins, bosquets et sculptures inspirés de la mythologie gréco-romaine. A NOTER : plusieurs nocturnes (payantes) qui permettent de découvrir les jardins avec spectacle pyrotechnique et musique, pour imaginer les fastes de la vie royale sous Louis XIV.

Le Louvre : exposition jusqu'au 4 juillet. Présentée dans la Petite Galerie tout au long de l’année scolaire, l’exposition « Mythes fondateurs.

Le Louvre : exposition jusqu'au 4 juillet

D’Hercule à Dark Vador » raconte comment dessinateurs, sculpteurs, peintres, marionnettistes, cinéastes ou musiciens du monde entier se sont nourris des mythes et leur ont donné forme et vie.Qu’est-ce qu’un mythe ? Comment les mythes sont-ils représentés ? Comment nous sont-ils parvenus ? Comment les artistes s’en sont-ils emparés ? Racontés, chantés, transcrits, illustrés, les mythes sont présents dans toutes les cultures et civilisations, jusqu’à la culture populaire contemporaine.

L’exposition présente environ 70 oeuvres, réparties en quatre sections. Le Louvre : département des antiquités grecques, étrusques et romaines. La constitution de la collection La section des antiques ouverte dès 1793 se constitue autour des anciennes collections royales enrichies par les saisies révolutionnaires.

Le Louvre : département des antiquités grecques, étrusques et romaines

Le musée s'installe en 1800 dans les appartements d’été d'Anne d'Autriche et en 1807, sont achetés plus de cinq cents marbres de la collection Borghèse suscitant l’aménagement de la salle des Cariatides, du rez-de-chaussée du pavillon du roi et des appartements d’hiver de la reine. Après la restitution des œuvres en 1815, E.Q. Visconti (1751-1818), premier « surveillant des antiques » mène une active politique d'acquisition. En 1821, la Vénus de Milo offerte par le marquis de Rivière à Louis XVIII rejoint les collections. Le Louvre : département des peintures. L'histoire des collections L'origine du département des Peintures remonte à la volonté de François Ier de former dans son château de Fontainebleau une galerie de peintures telle qu'on pouvait en admirer dans les palais d'Italie.

Le Louvre : département des peintures

Il acquiert les chefs-d’œuvre de grands maîtres italiens (Michel-Ange, Raphaël) et invite certains artistes à sa cour (Léonard de Vinci, Rosso ou Primatice). Les collections de la Couronne transmises de souverain en souverain sont sans cesse enrichies selon les goûts et les modes du temps par des acquisitions importantes comme celle de la collection du banquier Jabach par Louis XIV ; si sous le règne de ce dernier la collection connaît une exceptionnelle expansion dans le domaine italien, c'est sous Louis XVI qu'entreront les premières peintures espagnoles (Murillo) et des séries d'œuvres françaises (Le Sueur).

Les écoles du Nord, quant à elles, font progressivement leur entrée au 17e et surtout au 18e siècle. Les donateurs Une histoire de la présentation. Le Louvre : département des arts de l'Islam. L'histoire du département C’est en 1893 qu’une section des « arts musulmans » est créée au musée du Louvre et en 1905, une première salle dédiée à la collection islamique est ouverte au sein du département des Objets d’art.

Le Louvre : département des arts de l'Islam

La collection s’agrandit ensuite considérablement sous l'impulsion de conservateurs et notamment de Gaston Migeon. Le legs de la baronne Delort de Gléon, en 1912, enrichit la section d'objets prestigieux issus de la collection de son mari et débouche sur l’ouverture d’une salle « Delort de Gléon » en 1922, dans le pavillon de l'Horloge. En 1932, un département des arts asiatiques est créé et les collections islamiques lui sont rattachées. Après la seconde guerre mondiale, en 1945, alors que les œuvres d'Extrême-Orient sont transférées au musée Guimet, une section islamique est créée au sein du département des antiquités orientales.

La section des arts de l’Islam devient un département à part entière en 2003, date de sa création. Versailles : les Jardins et le Parc. En 1661, Louis XIV charge André Le Nôtre de la création et de l’aménagement des jardins de Versailles qui, à ses yeux, sont aussi importants que le Château.

Versailles : les Jardins et le Parc

Les travaux sont entrepris en même temps que ceux du palais et durent une quarantaine d’années. Mais André Le Nôtre ne travaille pas seul. Jean-Baptiste Colbert, Surintendant des bâtiments du Roi, de 1664 à 1683, dirige le chantier ; Charles Le Brun, nommé Premier Peintre du Roi en janvier 1664, donne les dessins d’un grand nombre de statues et fontaines ; un peu plus tard, l’architecte Jules Hardouin-Mansart ordonne des décors de plus en plus sobres et construit l’Orangerie. Enfin, le Roi lui-même se fait soumettre tous les projets et veut le « détail de tout ». Aborder la 5e à Cluny, le Musée national du Moyen-Âge.