background preloader

La colère

Facebook Twitter

Militer c’est chiant. Toutes ces injustices dans le monde t’indignent?

Militer c’est chiant

Tu pense qu’un monde meilleur est possible? Tu crois en des valeurs égalitaristes, féministes, antispécistes et autres trucs très chouettes en -iste? C’est bien, tu es mur pour militer! Ou pas. Militer n’est pas une obligation. Militer peut aussi être un privilège. Militer nécessite des ressources Militer, c’est donner de son temps et de son énergie pour faire le monde un peu meilleur qu’il ne l’est. Je pense qu’on pourrait trouver beaucoup, beaucoup d’exemples pour illustrer ce que j’essaie d’expliquer. Quand mon fils est né, je n’avais parfois plus l’énergie de me cuisiner un bol de pâtes. Malgré cette condition, je me suis évertuée à continuer les actions Food Not Bombs dans ma ville. Arguments anti-féministes (2) "Tu es trop agressive, cela nuit à ton message". Agressive: se dit en particulier d’une féministe avec laquelle on est en désaccord.

Arguments anti-féministes (2) "Tu es trop agressive, cela nuit à ton message"

Étrangement, c’est l’un des arguments les plus difficiles à contrer. Pourquoi? Parce que ce n’en est pas vraiment un. C’est surtout un moyen de détourner ou clore le débat, de discréditer la personne d’en face sans avoir à répondre à ses arguments. Dans les milieux féministes en ligne, ce phénomène est connu comme le « tone argument » (argument de/du ton). [C’est] un argument utilisé dans des discussions, […] suggérant que les féministes auraient plus de succès si elles (ils) s’exprimaient sur un ton plus agréable.

L’argument de ton est une forme de détournement de la conversation [derailment], ou un leurre, car le ton d’une affirmation est indépendant du contenu de l’affirmation en question, et le fait d’attirer l’attention sur le ton détourne du problème dont il est question. C’est sûrement l’un des arguments les plus entendus et les plus stéréotypés. Et deux jours avant l’élection: AC Husson J'aime : Ça dessert ta cause... Christine Delphy - rester en colère. Christine DELPHY : « Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles », extrait.

Christine Delphy - rester en colère

L’accès des questions féministes au rang de questions académiques apparaît souvent comme un progrès pour la lutte féministe elle-même ; non seulement parce que l’université leur donne ainsi un gage de « sérieux » ; mais aussi parce que le cadre universitaire assure, mieux, exige une dépassionalisation des problèmes ; et qu’en retour cette dépassionalisation semble garantir une approche plus rigoureuse parce-que plus sereine. Ceci est un piège du Diable, c’est à dire de l’idéologie dominante qui a crée un mythe de la Science.

Mais si nous y succombons aussi facilement, c’est que cette dépassionalisation nous intéresse aussi plus directement, affectivement. Avant même d’y chercher les intérêts de la Science, nous y trouvons une protection contre notre propre colère. Let’s talk. Au risque de redire, d’enfoncer de nouvelles portes, d’affirmer l’évident, laissez moi vous expliquer une nouvelle fois une chose simple : on fait ce qu’on veut.

Let’s talk

Et pour paraphraser Les Valseuses, on s’énervera quand on aura envie de s’énerver. Alors bien sur, on ne fait pas exactement ce qu’on veut, nous, hommes, femmes, sommes soumis aux lois, au contrat social, à la vie en bonne intelligence, mais en dehors des grandes lignes, nous sommes absolument libres de nos réactions, de nos sentiments, de nos émotions même, n’ayons pas peur des vilains mots. L’expression de la colère. Partie 3 : l’expression de la colère Partie 1 : l’occupation de l’espace Partie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversation Vajrapani, un bodhisattva Nous avons vu que prendre de la place dans l’espace, et contrôler la conversation, étaient deux façons d’affirmer son statut social.

L’expression de la colère

Or, ces comportements sont considérés comme inappropriés pour les femmes. Colère et pouvoir La colère est une émotion, fortement inconfortable, qui répond à la perception d’une offense ou d’une négligence1. Afficher sa colère semblerait être lié à la notion de pouvoir. Anger.