background preloader

Anti-spécisme / droit animal

Facebook Twitter

Citations. "Il faut devenir végétarien pour sauver l’environnement [...] Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s'entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut en effet récolter la joie et l'amour" Pythagore, mathématicien, philosophe et astronome de la Grèce antique "Ce sera un grand progrès dans l’évolution de la race humaine quand nous mangerons des fruits et que les carnivores disparaîtront de la Terre. Tout sera faisable sur cette Terre à partir du moment où nous viendrons à bout des repas de viande et des guerres.

"George Sand (1804–1876) Ecrivain française. "Tant que nous sommes nous‐mêmes les tombeaux vivants d'animaux assassinés, comment pouvons nous espérer des conditions de vie idéales sur cette Terre ? " George Bernard Shaw - 1856-1950, Dramaturge irlandais, Prix Nobel de Littérature 1925. "Peu d'hommes pourraient supporter pendant 5 minutes l'observation d'un animal se débattant, avec un membre écrasé ou déchiqueté.

"Quʹest‐ce que la vie ? "Soyons subversifs. Comment sait-on que les animaux souffrent ? « Quel est le principal problème des végétariens? Les protéines? Les restaurants? Les carences? Non. Mon ami Mathieu m’a récemment envoyé un article de la BBC où l’on expliquait que les plantes pouvaient se souvenir et réagir à de l’information contenue dans la lumière grâce à des signaux électro-chimiques qui rappellent notre système nerveux . La question de l’empathie envers les animaux qui souffrent est le point de départ de la modification des habitudes alimentaires de la plupart des végétariens. Qu’est-ce que la douleur ? D’un point de vue physiologique, nous avons, comme les mammifères, les invertébrés, les poissons et même les mouches à fruits (!) Mais la douleur engendre aussi des sensations et des émotions.

Un médecin peut observer qu’une peau est brûlée au troisième degré ou faire faire une radiographie pour vérifier si un os est brisé afin d’offrir les soins appropriés. Comment sait-on que les bébés souffrent ? Ce qu’on ne sait pas ne nous fait pas mal Conclusion : Like this: Filmer la cruauté envers les animaux devient un crime aux Etats-Unis.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Sur une vidéo filmée en caméra cachée, des ouvriers agricoles brûlent les chevilles de chevaux du Tennessee avec des produits chimiques. Une autre montre des éleveurs dans le Wyoming donner des coups de poings et de pieds à des porcs et porcelets, les bousculer ou les jeter en l'air. Et chez l'un des principaux fournisseurs d'œufs du pays, on découvre des poules en cage aux côtés de cadavres en décomposition d'oiseaux, tandis que des ouvriers brûlent et cassent le bec de poussins.

Ces films d'une cruauté extrême, réalisés au cours des deux dernières années par des militants de la cause animale, essentiellement Mercy for Animals, The Humane Society of the United States et PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), ont choqué l'opinion publique et entraîné une réaction rapide : le dresseur de chevaux du Tennessee a été reconnu coupable d'avoir enfreint la loi. Les vegans sont-ils des extrémistes? Tout d'abord, c'est quoi un "vegan"? Le terme est l'invention de Donald Watson, co-fondateur de la Vegan Society créée en 1944, composé de la première et dernière syllabe du mot "vegetarian". Le véganisme se distingue du végétarisme ou du végétalisme en ce qu'il représente le refus de cautionner l'exploitation animale sous toutes ses formes et plus exactement le refus de participer à sa légitimation.

Au-delà de l'alimentation sans produits d'origine animale, les vegans n'achètent pas de cuir, de laine, de produits testés sur les animaux, n'assistent évidemment pas aux corridas, etc. Les vegans sont donc pour la plupart "abolitionnistes" puisque dans une société où l'exploitation animale, fondamentalement violente (dans le sens de la contrainte par la force), n'est plus une nécessité, sa perpétuation paraît à leurs yeux comme une absurdité. L'extrémiste s'oppose au modéré. Le premier pousse sa réflexion jusqu'aux "extrêmes" tandis que le deuxième, pragmatique, préfère le consensus. La France se contrefout du droit des animaux. Photo via Le 15 avril dernier, les parlementaires français décidaient de reconnaître aux animaux la qualité « d'êtres vivants doués de sensibilité », alors qu'ils étaient encore considérés comme des « biens meubles » dans le code civil. 89% des Français interrogés se sont déclarés favorables à cette décision ; après tout, les animaux sont nos amis, pourquoi s'y opposerait-on ?

En réalité, les seuls animaux qui semblent potentiellement concernés par cette décision sont les animaux domestiques – pour ne pas dire les chiens et les chats. D'ailleurs, il est assez intéressant de jeter un œil aux illustrations choisies par les sites relayant l'information : des petits chats, des chiens adorables et des légendes éloquentes – de quoi freiner les ardeurs de bourreaux d’animaux tels que Farid de la Morlette ou Keanu Reeves. Malheureusement, la situation ne risque pas de changer pour les autres espèces – et notamment tout ce qui est laid, envahissant ou comestible. Photo via. Le carnisme c’est quoi ? - Insolente Veggie. English version Oui, moi aussi je connais des religions alimentaires. Pour des informations un peu plus sérieuses sur le carnisme (parce que là c’est vraiment n’importe quoi) (quoi que), veuillez consulter les Cahiers Antispécistes, ou encore les écrits et vidéos de Melanie Joy, principale théoricienne du carnisme.

Vous pouvez me suivre sur et sur , mais pas sur. "Why We Love Dogs, Eat Pigs, and Wear Cows: An Introduction to Carnism" with French Subtitle. Melanie Joy – Carnisme. Publications Valéry Giroux. Street Interviews Questioning Ethics. Pour un monde sans respect. Je me rappelle encore bien d'une discussion que j'ai eue il y a plusieurs années, et qui m'avait beaucoup frappé parce que j'y avais eu la compréhension brutale de ce que signifiait vraiment l'idée de « respect ». J'avais longuement discuté avec un copain écolo de la justesse qu'il pouvait y avoir à manger de la viande, et progressivement, à la suite de nombreux arguments et contre-arguments, je voyais venir le moment où il lui faudrait logiquement convenir que manger des animaux était une injustice à leur égard, et que cette injustice était ni plus ni moins importante que s'il s'agissait d'humains.

En fait, déjà à l'époque, on m'avait plusieurs fois opposé en des circonstances similaires cette notion de respect, et j'ai eu depuis fréquemment l'occasion de l'entendre à nouveau. C'est parce que cet argument revient si souvent dans les conversations que je juge utile d'en dire deux mots. Respectable, le respectqu'éprouvent les dominants ? Tolérance, galanterie, et tutti quanti - etc. Notes : Chaque année, on tue plus d’animaux qu’il y a eu de morts durant toutes les guerres de l’humanité | Frédéric Côté-Boudreau. Nombre d’animaux d’élevage tués par année. Statistiques de la FAO. Cliquez pour agrandir. Dans mon billet « Statistiques astronomiques », j’avais détaillé le nombre d’animaux tués à chaque année pour la consommation alimentaire, soit 56 milliards. Non seulement ce chiffre augmente d’année en année, mais il ne représente même pas le nombre total de tous les animaux tués par les humains: il ne s’agit que des animaux tués pour la production de viandes, produits laitiers et oeufs (et encore, il en exclut beaucoup).

Par hasard, je suis récemment tombé sur les statistiques évaluant le nombre de morts durant les guerres des derniers siècles. 16e siècle: 1,6 million17e siècle: 6,1 millions18e siècle: 7 millions19e siècle: 19,4 millions20e siècle: 109,7 millions Le rapport souligne également que l’on estime à 191 millions le nombre de victimes indirectes durant les 25 plus grands cas de violences collectives du 20e siècle. Prenons une autre perspective. Mais vous savez quoi? 1. Sivard RL. 2. 3. INSOLITE • Dis maman, quand on mange les animaux, ils meurent ? Courrier international | Claire Maupas | 3 juin 2013 | Découvrir qu’on mange des animaux morts, ça peut être un choc. En tous cas, c’est est un pour ce petit Brésilien, qui se rend soudain compte qu’il a un poulpe trépassé dans son assiette .

Incrédulité, désarroi, cri d’amour pour le règne animal : le manifeste de ce végétarien en culotte courte cartonne sur You Tube, avec plus de 1,5 millions de vues en quinze jours. L’échange, version française Luiz : Ca va ? Les Cahiers antispécistes.