Libre-échange ou protectionnisme, Arnaud Montebourg et Pierre Lellouche ont choisi Dans une conférence intitulée « Démondialisation et Protectionnisme, des solutions à la crise ? », le président du conseil général de Saône et Loire, Arnaud Montebourg et le secrétaire d’État au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, ont eu plus de points d’accords que l’on aurait pu croire. « On va le refaire! » Le débat n’a pas encore démarré que les deux hommes politiques prennent déjà date pour la revanche. Libre-échange ou protectionnisme, Arnaud Montebourg et Pierre Lellouche ont choisi
Politique : Les nouveaux combats de Montebourg Le député de Saône-et-Loire continue de mettre en garde contre l'Allemagne. «Vouloir exporter le modèle allemand, c'est vouloir ruiner toute l'Europe», affirme-t-il. Que reste-t-il de la démondialisation? Qu'est devenu ce thème qui avait fait la bonne fortune d'Arnaud Montebourg durant la primaire du PS, lui permettant de s'installer à la troisième place et de distancer Ségolène Royal? Passée au tamis du projet de François Hollande, la démondialisation paraît désormais bien terne. Politique : Les nouveaux combats de Montebourg
J’ai évoqué hier, au cours d’une émission argumentée le nom de Bismarck, pour illustrer ce que je crois être devenue la politique européenne de Madame Merkel. La comparaison avec Otto von Bismarck, premier Chancelier de la Confédération Allemande qui réalisa l’unité de l’ Allemagne, créa les assurances sociales et fit la guerre à la France en 1870, n’est pas de moi : elle est de Sigmar Gabriel, Président du SPD allemand. C’est une comparaison faite devant le Bureau National du Parti Socialiste français, rue de Solférino, au printemps dernier. Je crois aussi me souvenir que « Le Retour de Bismarck » est le titre d’un livre de Georges Valance, qui a été directeur de la rédaction de L’Expansion et de L’Express et paru en 1990. Je ne cite pas Messieurs Gabriel ou Valance pour m’abriter derrière quelques alibis mais pour souligner que nous vivons, depuis une vingtaine d’années, un « retour du réel » dans nos relations avec l’Allemagne qu’il faut comprendre pour agir différemment. Madame Merkel, Bismarck, l’euro et nous, les autres Européens… Madame Merkel, Bismarck, l’euro et nous, les autres Européens…
Non au Merkozysme oui au patriotisme industriel Non au Merkozysme oui au patriotisme industriel extrait de Marianne n° 764 du 10 au 16 décembre 2011 Propos recueillis par Gérald Andrieu Accusé de germanophobie par la droite, le député de Saône-et-Loire se défend et plaide pour une relocalisation industrielle et un désendettement au service de la reconstruction du pays. Marianne : Lorsque vous avez accusé Angela Merkel de mener une « politique à la Bismarck », vous avez été qualifié de « germanophobe » par la droite. Ce qui démontre, de la part de l’UMP, une certaine méconnaissance du personnage – la comparaison n’a d’ailleurs suscité aucune réaction négative en Allemagne.
Germanophobie ?

Agences de notation : la solution Montebourg Agences de notation : la solution Montebourg Le président du Conseil général de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg (PS) a opposé lundi une fin de non recevoir à l'agence de notation financière Fitch qui avait contacté la collectivité pour lui proposer ses services en mettant en avant "l'intérêt" d'une note pour le département. Arnaud Montebourg affirme qu'il ne sera pas donné suite à cette demande : "Nous émettons les plus expresses et rigoureuses réserves quant à votre prétention à "déterminer" la capacité de notre département à "honorer, en temps et en heure, sa dette, intérêt et principal", poursuit le courrier du président du Conseil général qui qualifie l'activité des agences de notation de "nuisible". "La seule institution que nous considérons fiable et capable d'évaluer nos comptes publics est la Chambre régionale des comptes", "sous le contrôle de la Cour des comptes", ajoute-t-il.
Le communiqué final du G20 "Nous, chefs d'Etat et de gouvernement du G20 , nous sommes réunis à Cannes les 3 et 4 novembre 2011. Depuis notre dernier sommet, la reprise mondiale s'est essoufflée, notamment dans les pays développés, le chômage atteignant des niveaux inacceptables. Dans ce contexte, les tensions sur les marchés financiers se sont accentuées, essentiellement en raison des risques liés aux dettes souveraines en Europe. Par ailleurs, des signes clairs de ralentissement de la croissance apparaissent dans les marchés émergents. Le communiqué final du G20
Accord de la zone euro : Montebourg dénonce un "programme d'austérité à perpétuité" Le député PS Arnaud Montebourg, qui a été candidat à la primaire socialiste, a dénoncé jeudi, après l'accord de sauvetage de la zone euro, un "programme d'austérité à perpétuité". "Les négociations de la nuit passée ont abouti à un accord prévoyant de réduire la dette grecque à 120 % de son PIB en 2020. Les banques ont, au cours de la négociation, accepté de perdre 50 % de leur créance. Pourtant les contribuables ont été une nouvelle fois malheureusement mis à contribution. En effet le niveau de garantie publique implique un effort fiscal accru des citoyens", a souligné le député de Saône-et-Loire dans un communiqué. "En outre, les banques, laissées libres de leur comportement, chercheront à compenser ces pertes relatives et provoqueront une hausse ultérieure des taux d'intérêt : ce sont bien les classes moyennes et populaires qui paieront au final", a-t-il assuré. Accord de la zone euro : Montebourg dénonce un "programme d'austérité à perpétuité"
PARIS - Plan d'austérité: des mesures qui "font payer la population", selon Montebourg PARIS - Le député PS Arnaud Montebourg a estimé dimanche sur Canal + à la veille de l'annonce d'un nouveau plan d'austérité que ce sont "des mesures qui font payer la population au lieu du système financier". "Ce sont des mesures qui font payer la population au lieu du système financier qui a la lourde responsabilité de la crise actuelle", a-t-il commenté au cours de l'émission Dimanche Plus. "Les agences de notation devraient être mises hors la loi", a-t-il ajouté. "Elles n'ont jamais vu arriver les sinistres dans la crise des subprimes et donnent des leçons aux Etats!" PARIS - Plan d'austérité: des mesures qui "font payer la population", selon Montebourg
Montebourg : "décision intelligente et justifiée" de Papandréou - France - Toute l'actualité en France Arnaud Montebourg estime que la décision de Papandréou est "une décision intelligente et justifiée par le fait qu'on n'a pas le droit d'infliger à des populations entières des souffrances, des appauvrissements (...) décidés par des gouvernements sans leur demander leur avis. C'est (aux Grecs) de choisir s'ils veulent garder l'euro au prix de souffrances considérables ou bien (s'ils veulent) une autre stratégie pour leur pays". _ Et Arnaud Montebourg d'enchainer en félicitant George Papandréou "pour son courage, (pour) avoir pris une décision de retour vers le souverain, le corps électoral". "Beaucoup de dirigeants de droite européens devraient s'inspirer de cette sage décision. Au lieu d'infliger des plans d'austérité à perpétuité, ils auraient avantage à respecter les choix de la population. Montebourg : "décision intelligente et justifiée" de Papandréou - France - Toute l'actualité en France
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Michel Onfray, philosophe, fondateur, en 2002, de l'Université populaire de Caen François Hollande sera donc le candidat dit "socialiste" à l'élection présidentielle. Voilà, nous aurons donc un candidat socialiste et libéral. Onfray : Avec François Hollande, les vaches libérales seront bien gardées ! Onfray : Avec François Hollande, les vaches libérales seront bien gardées !
Résignés…indignés…révoltés… | Le Blog Il y a une semaine, les grands médias d’information dévoilaient le résultat sans grand suspens des « primaires citoyennes » organisées par les militants socialistes. Le résultat ne laissait guère de place au doute quand on analyse les résultats de la palanquée de sondages en tous genres parus ce week-end. En fait, même si souvent ces enquêtes d’opinion paraissent d’une précision douteuse et orientées, il serait absurde de ne pas reconnaître que, plus qu’une prévision de résultat, ils donnent une tendance. C’est ainsi que l’on peut apprendre dans celui que publie le « Journal du Dimanche » les raisons essentielles du succès relatif de Montebourg au premier tour. En fait, il a simplement rassemblé, en plus des « militants » qui le suivent plus ou moins fidèlement depuis des années, des électrices et des électeurs plus « révoltés » que les autres.