Education populaire

La France a besoin d’une élite élargie, forte, renouvelée, utile à notre pays et non composée presqu’exclusivement de ceux qui ont les codes du système et les gardent jalousement pour eux. La réponse que nous proposons est l’égal accès à la réussite. C’est une grande tâche, un grand et difficile projet de société. Comme tous les grands desseins, il appelle à lui une société qui ne peut se satisfaire de l’état de son école et qui a décidé de se remonter les manches pour la faire changer. Le Projet Le Projet
Lisez dans la visionneuse ci-dessous ou téléchargez (en PDF) le livre numérique d'Arnaud Montebourg intitulé "Mon projet pour l'école". Pour une école juste et performante L’objectif n°1 : donner un égal accès à la réussite pour donner à la France une élite élargie Tout le monde ne fera pas Polytechnique, mais l’accès à la réussite doit être démocratisé. La France a besoin d’une élite élargie, forte, renouvelée, utile à notre pays et non composée presqu’exclusivement de ceux qui ont les codes du système et les gardent jalousement pour eux. La réponse que nous proposons est l’égal accès à la réussite. Mon projet pour l'école Mon projet pour l'école
Ecole : le constat du système actuel Ecole : le constat du système actuel En un mot, si l’on regarde par-dessus notre épaule, notre système scolaire a réussi la massification, permettant l’accès à l’instruction à tous les enfants, mais il a raté la démocratisation, c'est-à-dire l’égal accès à la réussite scolaire entre les enfants de tous milieux. Voilà l’enjeu. Si tous les enfants vont à l’école (massification), il faut désormais leur donner un égal accès à toutes les filières de l’enseignement supérieur sans exception (démocratisation). Ecole : le constat du système actuel
« Mon projet pour l’école » et sa méthode « Mon projet pour l’école » et sa méthode Ce texte est le fruit d’un travail qui a associé tous les acteurs qui vivent l’école au quotidien : parents, étudiants, professeurs certifiés comme agrégés ou professeurs des écoles, chercheurs en sociologie et science de l’éducation, inspecteurs généraux, syndicalistes, anciens responsables d’IUFM, mais aussi des principaux de collège, des gens politisés et d’autres pas. C’est un texte mûri dans des pratiques, dans les salles des professeurs, dans les cours de récréation, dans les arcanes du ministère, ou dans les familles à l’heure des devoirs. « Mon projet pour l’école » et sa méthode
Pour en finir avec la reproduction des élites à l’école : vers un enseignement différencié Samedi 19 mars 2011, aura lieu une journée nationale d’action de syndicats et d’associations d’enseignants, d’éducation populaire et de familles réunis en un collectif "L’école est notre avenir" ( http://www.uneecole-votreavenir.org/ ). Leur revendication porte essentiellement sur l’arrêt de la suppression massive, par la droite, et à la hache, de postes d’enseignants à l’éducation nationale. Notre école s’est en effet vue amputée, dans le cadre de la RGPP, de 50 000 postes en 5 ans et va devoir se délester encore de 16 000 postes à la rentrée prochaine alors que le dernier Tableau de bord de l’emploi public (établi par le premier ministère) indique que la France a déjà le taux d’encadrement le plus bas des pays de l’OCDE. Les nouveaux chemins de l'école Les nouveaux chemins de l'école
A. Montebourg et les suppressions de postes dans l’Education nationale | Primaires socialistes
A. Montebourg et la jeunesse | Primaires socialistes
Primaires 2012 :Arnaud Montebourg : "Une école plus juste et plus performante" Primaires 2012 :Arnaud Montebourg : "Une école plus juste et plus performante" Quelle Ecole pour 2012 ? Le premier tour des primaires citoyennes aura lieu le 9 octobre. Elles désigneront le candidat qui portera les couleurs de la gauche socialiste et radicale aux présidentielles. Le Café pédagogique ne pouvait pas ne pas saisir l'occasion d'interroger les candidats sur leur vision de l'Ecole. Nous avons contacté les principaux de ces candidats. Tous ne nous ont pas encore répondu.
«[Pour la carte scolaire], je défends le libre choix régulé. On donne le choix aux gens dans un cadre où nous protégeons la mixité et l’hétérogénéité des écoles, des collèges et des classes, de sorte à se retrouver avec un cadre de carte scolaire beaucoup plus large et où on met des bons établissements et des mauvais. On oblige finalement les parents à accepter une part de mixité, tout en permettant d’avoir des vœux. […] Je sais à quel point il est difficile de mélanger des classes sociales. Arnaud Montebourg: « Protéger la mixité et l’hétérogénéité des écoles» Arnaud Montebourg: « Protéger la mixité et l’hétérogénéité des écoles»
Université : les candidats des primaires citoyennes au banc d’essai « UNIVERSITAS EXCLUSIF. - De leur rapport à l’université, on ne sait pas forcément grand chose. Les sites sur les candidats aux primaires citoyennes donnent bien quelques clés : on y apprend par exemple que François Hollande a découvert à l’Institut d’études politiques de Paris la passion du syndicalisme étudiant. Que pendant ses études d’histoire à Paris 1 (qu’Arnaud Montebourg a également fréquenté en droit), Manuel Valls a adhéré à l’UNEF-ID et conseillé Michel Rocard pour les affaires étudiantes. Que Jean-Michel Baylet est devenu journaliste en 1971 après des études de droit lui aussi. Université : les candidats des primaires citoyennes au banc d’essai « UNIVERSITAS
Ecole : Montebourg, peut mieux faire ! Ecole : Montebourg, peut mieux faire ! Du même auteur Dès les premières pages de son livre programmatique sur l’école, Arnaud Montebourg oppose une vision républicaine de l’école - la sienne - , à une conception « libérale » véhiculée par les tenants du sarkozysme. Un moyen plutôt habile de tenter de sortir de l’éternel clivage qui, à gauche, divise les « pédagogistes » tendance Philippe Merieu et les « traditionnalistes » sans bannière identifiée. Ce qui lui permet de développer des propositions qui pourraient réunir ces deux courants traditionnellement antagonistes. Prenons la question des devoirs à la maison. Les « pédagos » voudraient les supprimer, estimant qu’ils creusent les inégalités entre les foyers riches et pauvres.
OPINION : Arnaud Montebourg veut un nouveau cap pour l'école - Bienvenue sur Creusot Infos
Un nouveau cap pour notre Ecole – communiqué Un nouveau cap pour notre Ecole – communiqué sept 27 2011 Les enseignants, les personnels de direction et les personnels administratifs nous font part aujourd’hui massivement de leur mécontentement vis à vis de la politique de la droite qui va vers une destruction systématique du service public de l’Education Nationale. Le gouvernement de Nicolas Sarkozy, sous couvert « d’égalité des chances », donne de moins en moins aux élèves des établissements des quartiers populaires (ces établissements ont perdu en moyenne 2,5 % de leurs heures, alors que les plus favorisés ont vu les leurs légèrement augmentés) et diminue régulièrement le nombre de cours à effectifs réduits, déjà très insuffisant.
éducation : le travail (très) inégal des candidats socialistes Pas de blabla, des résultats… Le jour de la mobilisation sans précédents des enseignants à la fois du public et du privé pour protester contre le démantèlement du système scolaire français, au point que l’on puisse se demander si ce ne serait pas volontaire, dans le but de favoriser une école à deux vitesses dans laquelle les boîtes à fric pourraient plus facilement éclore et se gaver, … et à la veille du deuxième débat télévisé des primaires socialistes, sur i-télé cette fois, il m’a semblé intéressant de comparer les propositions des candidats… par delà le fait de recréer 60 000 postes d’enseignants, mesure démagogique destinée à tromper l’ennemi mais qui cache bien mal l’indigence du propos… et du travail de l’équipe du chouchou des médias… La preuve ici. Je me suis basé pour cela sur l’excellent travail de Maryline Baumard pour Le monde, en changeant simplement la présentation, pour rendre le tout plus synthétique.
Maya Akkari : Tous les messages sur Maya Akkari - Des idées et des rêves 77
Arnaud Montebourg, célèbre pour ses prises de positions républicaines fracassantes à l’intérieur d’un PS imprégné par l’idéologie dominante, a rendu public son « Mon projet pour l’école par Arnaud-Montebourg ». Projet séduisant, généreux, attendrissant même par la façon dont il se penche sur les destins de cas typiques (Jennifer, Kevin, Ahmed, Pascal, etc.). Mais les bonnes intentions suffisent-elles pour lutter contre la machine à broyer capitaliste ? De bonnes idées, assurément, pour contrebalancer les déterminismes sociaux et pour briser la fatalité de la reproduction sociale à l’école. Le projet d’école d’Arnaud Montebourg : de la générosité à l’angélisme équivoque
Etre citoyen, c’est se confronter à des débats toujours plus complexes : énergie,climat,rapports hommes-femmes et théorie du genre,désordres économiques et financiers... Pour comprendre un monde complexe et être en mesure de faire des choix politiques, il faut donner aux citoyens l’accès au meilleur des connaissances contemporaines, sans quoi adviendra soit le règne des experts, soit celui des démagogues et de leurs solutions simplistes. Il est de notre tâche de donner à chacun des outils pour être plus créatifs dans leurs métiers et maîtriser les évolutions technologiques. Alors qu’à l’orée du XXe siècle le jalon symbolique des études était le certificat d’études, remplacé plus tard par le bac, c’est aujourd’hui la licence qui devient le niveau fondamental auquel nous devons porter une majorité de nos jeunes. A l'université aussi, il faut changer de République !