background preloader

SIC

Facebook Twitter

Les notions essentielles de l’Information-Documentation. Quelles sont les notions « essentielles » de l'Information-Documentation ? Cette question est souvent posée par les professeurs documentalistes pour qui le temps d'enseignement est compté et qui doivent opérer des choix difficiles dans l'étendue de leur programme. Connaître ces notions essentielles leur permettrait de cibler le « noyau dur » de la discipline, de faire le tri entre le nécessaire à acquérir et le secondaire.

Le didacticien Michel Develay (1992) a proposé le terme de « concept intégrateur » pour désigner ces notions qui, « à la manière des poupées gigognes, emboîtent les poupées plus petites et constituent en quelque sorte les principes organisateurs, au niveau notionnel, d'une discipline enseignée ». Les concepts intégrateurs d'une discipline constituent, ajoute-t-il, sa trame organisatrice, laquelle permet de la structurer et de la mettre en cohérence. Les théories et les modèles de communication. Le modèle de Jakobson développe une réflexion sur le message dans le communication verbale. Ce modèle est composé de 6 facteurs : le destinateur; le message; le destinataire; le contexte; le code; le contact. Le message suppose un codage et un décodage, d'où l'introduction du facteur code. Le contact est la liaison physique et psychologique entre l'émetteur et le récepteur.

Le contexte est l'ensemble des conditions sociales. La principale originalité de ce modèle, c'est qu'a ces 6 facteurs correspond 6 fonctions: La fonction expressive : Consiste à informer l'émetteur sur la personnalité de celui qui transmet le message : volonté d'exprimer les pensées, les critiques à leur égard (communication de crise). La fonction conative : cette fonction va efforcer le destinateur à agir sur le destinataire (inciter à écouter, à agir, à émouvoir). La fonction phatique : cette fonction est relative au contact. La fonction poétique : Ne se limite pas à la seule poésie, car tous message est expressif. L'Utopie de la communication. Des informations de cet article ou de cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(avril 2015).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. L'Utopie de la communication – Le Mythe du "village planétaire" est un essai écrit par Philippe Breton, chercheur français au CNRS, paru aux éditions La Découverte en 1992. Il analyse l'avènement de la communication comme valeur centrale de notre société. Présentation[modifier | modifier le code] Pour Breton, l’utopie de la communication remonte aux années quarante, à la naissance d’un nouveau courant de pensée. Le mathématicien Norbert Wiener, le père de la cybernétique, postulait que le fonctionnement du cerveau humain était comparable à une machine et qu’ainsi tous les phénomènes naturels pouvaient être observés et étudiés sous l’angle des relations.

Liens externes[modifier | modifier le code] Penser la communication (Wolton, 1997, essai) Penser la communication est un ouvrage de Dominique Wolton, publié chez Flammarion en 1997 (republié dans la collection « Champs Science » en 1998). (ISBN 2080814133) Le livre se compose de 18 chapitres, rassemblés en 6 parties. Les 5 dernières parties résument le travail de 20 ans d'études de Dominique Wolton dans le domaine de la communication, alors que la première partie dévoile les aspects théoriques de sa pensée, une méthode qu'il nomme lui-même "empirique-critique" : empirique car il souligne l'importance d'enquête concrète, critique car pour l'auteur, l'interprétation prime sur la description. « Le domaine de recherche de Dominique Wolton concerne, au travers de très nombreux ouvrages, l’analyse des rapports entre culture, communication, société et politique.

Après avoir beaucoup écrit sur les médias, la communication politique, l’Europe, Internet, il étudie les conséquences politiques et culturelles de la mondialisation de l’information et de la communication ». D. D. Enfin, D. Communication - Dominique WOLTON. Que faut-il entendre par communication ? Essentiellement quatre phénomènes complémentaires qui vont bien au-delà de ce que l’on entend souvent par communication, identifiée aux médias. La communication est d’abord l’idéal d’expression et d’échange qui est à l’origine de la culture occidentale, et par la suite de la démocratie. Elle présuppose l’existence d’individus libres et égaux. On devine les terribles batailles, menées depuis le XVII ème siècle, pour asseoir ces concepts inséparables du concept de modernisation.

C’est aussi l’ensemble des médias de masse qui, de la presse à la radio et à la télévision, ont considérablement bouleversé en un siècle les rapports entre la communication et la société. C’est également l’ensemble des nouvelles techniques de communication, qui, à partir de l’informatique, des télécommunications, de l’audiovisuel et de leur interconnexion, viennent en moins d’un demi-siècle de modifier les conditions d’échange, mais aussi de pouvoir au niveau mondial. Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer. 1Informer n’est pas communiquer, voilà le titre de cet essai que Dominique Wolton commet dans le but de montrer pourquoi la communication est le vrai défi du XXIe siècle.

Après plus de trois décennies dédiées aux travaux sur la communication, le directeur de l’Institut des sciences de la communication (iscc) du cnrs dénonce le stéréotype dominant selon lequel l’information est plus sérieuse que la communication et cette dernière se limiterait à la manipulation. Aux yeux de l’auteur, cette idée erronée se serait imposée du fait que l’information et la communication sont inséparables de l’histoire de l’émancipation de l’homme. En effet, la révolution de l’information, survenue au XIXe siècle, a permis la connaissance du monde et le développement de l’esprit critique. Le XXe siècle s’est imposé comme celui du progrès technique.

Marshall McLuhan. Étudiant les transformations culturelles apportées par l'imprimerie dans le monde occidental, il en arrive à la conclusion que le média de communication peut avoir, à long terme, plus d'importance que le contenu qu'il transmet car il est une extension de nos sens et, de ce fait, détermine la façon dont nous abordons le monde et la société. Outre l'imprimerie, McLuhan s'intéresse aussi à l'effet de la radio et tente de prévoir les bouleversements qu'entraînera la télévision.

Il anticipe même, à certains égards, l'impact d'un ordinateur portable miniaturisé. Biographie[modifier | modifier le code] En 1934, il demande une bourse Rhodes pour aller étudier à Oxford, mais sa candidature est rejetée parce qu'il a défendu en entrevue la validité de l'étude des bandes dessinées[2]. En revanche, il est accepté à Cambridge (Royaume-Uni), où il passera deux ans. Il est initié à la théorie littéraire du New criticism par F. En 1940, il retourne enseigner à Saint-Louis, où il restera quatre ans. Les 10 textes essentiels de l’histoire de la communication et de l’information.

Réfléchir à notre monde de communication, ce n’est pas picorer en permanence sur la Toile, écouter les analyses d’experts en communication ( qui se trompent souvent ), ou suivre les liens qu’on vous transmet ( par tweeter, facebook, ..). Généralement, nous restons frustrés. Par le buzz, qui s’éteindra aussi vite. Par la pauvreté de l’information. Par les intérêts économiques de l’article. Faites votre shopping dans mon magasin. Les étudiants en sciences de l’information et de la communication peuvent aussi être perdus.

Car la communication n’est pas une science, mais une croisée de chemins de plusieurs disciplines. C’est ce qui en fait sa richesse. Dans un monde aussi imprégné que l’information, sous toutes ses formes, c’est un métier passionnant que de s’intéresser à ce domaine. Voilà pourquoi se nourrit ici ces ébullitions. Voici les textes essentiels qui permettent à chacun de prendre du recul, d’avoir la pertinence dans l’analyse de notre monde réel ou virtuel. Mais il y en a un onzième.