background preloader

Fonctions cognitives

Facebook Twitter

Attention
Mémoire
Imagerie mentale

Cerveau des tout-petits : l’importance du soutien et du réconfort. Cerveau des tout-petits : l’importance du soutien et du réconfort Offrir beaucoup de soutien et de réconfort pendant la petite enfance permettrait au cerveau des tout-petits de mieux se développer, révèle une étude américaine réalisée auprès de 127 enfants et de leur mère.

Cerveau des tout-petits : l’importance du soutien et du réconfort

Les chercheurs ont en effet observé que la croissance de l’hippocampe était deux fois plus importante chez les enfants pour lesquels le réconfort et le soutien maternels étaient plus importants que la moyenne. L’hippocampe est une région du cerveau impliquée dans l’apprentissage, la mémoire, la réponse au stress et la régulation des émotions. Cette croissance plus importante du cerveau était également associée à un meilleur fonctionnement émotionnel à l’adolescence, soulignent les auteurs de l’étude.

De plus, ces observations étaient spécifiques à la petite enfance. Le cerveau des jeunes enfants aurait en effet une plus grande plasticité que celui des enfants plus âgés, expliquent les auteurs de l’étude. Les fonctions cognitives - Association québécoise des neuropsychologues. Attention Fonctions exécutives Fonctions intellectuelles Fonctions visuo-spatiales Gnosies Langage Mémoire Mémoire de travail Praxies Vitesse de traitement de l’information Attention L’attention est une fonction cognitive complexe qui fait référence à la capacité à être alerte à son environnement et à maintenir son attention sur une durée de temps appropriée pour son âge.

Les fonctions cognitives - Association québécoise des neuropsychologues

UNICOG, laboratoire de recherche en neuro-éducation. Neuro-imagerie et psychologie cognitive Installée au centre de recherche NeuroSpin du Commissariat à l’énergie atomique à Saclay, l’unité de neuro‐imagerie cognitive UNICOG mène depuis 2002 des recherches innovantes sur les opérations cognitives du cerveau humain.

UNICOG, laboratoire de recherche en neuro-éducation

En combinant des techniques d’imagerie cérébrale avec des protocoles de recherche issus de la psychologie cognitive, les chercheurs d’UNICOG s’intéressent tant au cerveau normal que pathologique. Leurs travaux sur l’adulte et sur l’enfant visent à connaître et comprendre les architectures cérébrales des fonctions qui n’ont que peu ou pas d’équivalent chez les autres espèces animales : la lecture, la compréhension du langage, l’arithmétique et la prise de conscience d’informations du monde extérieur. Aider les apprentissages par les neurosciences UNICOG est dirigée par Stanislas Dehaene, membre de l’Académie des Sciences, professeur au Collège de France et lauréat du prix Coup d’élan pour la recherche française. Haut de la page. Brain Gym® : l'importance du corps pour apprendre. Pour que les apprentissages soient efficaces et durables, nous ne pouvons pas dissocier activité intellectuelle et activité physique.

Brain Gym® : l'importance du corps pour apprendre

Comme je le soulignais dans l’article Pourquoi l’exercice physique est-il indispensable aux enfants ? , il ne faut pas oublier que certaines notions se construisent avec le corps, comme se repérer dans l’espace et le temps ou se situer par-rapport à un point spatial par exemple. Le corps est donc un vecteur d’apprentissage et son utilisation dans les situations d’apprentissage facilitent les acquisitions intellectuelles.

Audrey Akoun et Isabelle Pailleau insistent sur la nécessité de faire des pauses « qui bougent » pendant les phases d’apprentissages : votre enfant doit se défouler et recharger ses batteries entre deux moments de travail. Dans Apprendre autrement avec la pédagogie positive, Audrey Akoun et Isabelle Pailleau nous font découvrir des exercices de Brain Gym® pour réconcilier mouvements du corps et apprentissage. Se concentrer mémoriser. Les fonctions cognitives de l'enfant et leurs dysfonctionnements. L’INSERM a organisé et mis en ligne en 2013 un séminaire de formation qui explique, pour les parents et les enseignants, le cerveau de l’enfant, ses principales fonctions cognitives, et la manière dont elles peuvent dysfonctionner chez certains enfants “dys”.

Les fonctions cognitives de l'enfant et leurs dysfonctionnements

Destiné aux associations de parents concernées par les troubles de la cognition chez l’enfant, ce séminaire de formation est organisé à l’initiative de la Mission Inserm Associations. Il a été conçu et animé par Michèle Mazeau, médecin en rééducation, spécialisée en neuropsychologie infantile et Pierre Laporte, psychologue clinicien spécialisé en neuropsychologie, docteur en psychologie. seminaires-de-formation-ketty-schwartz Le Cerveau, organe d’apprentissage, avec Michèle Mazeau & Pierre Laporte Accéder à la vidéo Quelques notions de bases sur les réseaux neuronaux et la plasticité cérébrale, leurs relations avec les fonctions cognitives et les comportements.

Le langage oral, avec Michèle Mazeau Le langage écrit, avec Michèle Mazeau. Augmentez vos capacités cognitives en une minute. Interactions entre fonctions cognitives. Les fonctions cognitives n’agissent pas indépendamment les unes des autres.

Interactions entre fonctions cognitives

Il est souvent nécessaire de faire appel à plusieurs d’entre elles selon la tâche que nous sommes en train d’effectuer. Par exemple, les jeux HAPPYneuron sont présentés et classés par catégorie, cependant ils stimulent la plupart du temps plusieurs aspects cognitifs. Les jeux de mémoire notamment requièrent une attention particulière pour optimiser le processus de mémorisation.

L'attention et la mémoire L'interaction entre les deux fonctions cognitives attention et mémoire est très grande. L'attention se portera sur une information familière principalement si elle diffère du contexte habituel (dans notre exemple, un élément aurait été déplacé) ou si nous recherchons volontairement un objet dans l'environnement. Notons que notre (pré)nom, entendu dans des contextes divers (dans la rue, au restaurant...) captera aussi immédiatement notre attention, même si cette information nous est extrêmement familière.