background preloader

Pduc INTOLERANCE AU GLUTEN

Facebook Twitter

Le sans gluten : un marché pérenne ou une opportunité marketing, Grandes cultures. Globalement, le marché du sans gluten devrait continuer à afficher une dynamique de croissance élevée du fait d’une demande grand public soutenue et d’une diversification de l’offre. Notons : La maladie coeliaque impose l’éviction totale et à vie du gluten du régime alimentaire. La demande en produits « sans » comme les produits sans lactose, sans huile de palme, sans sucre ou sans gluten est en forte progression depuis des années, faisant suite au boom des produits « plus » complémentés en ingrédients santé comme les vitamines ou les minéraux.

Dans ce contexte, le marché du sans gluten est certainement le marché le plus emblématique de par sa dynamique de croissance mais également de par la rapidité et l’ampleur de la transition d’un produit thérapeutique à destination d’un public restreint vers un produit bien-être à destination d’un public plus large frôlant ainsi le « mass market ». Qu’est-ce que le gluten Le sans gluten : une réponse thérapeutique historique à la maladie coeliaque. 19/03/2015 Le marché du sans-gluten affiche 20 à 30 % de croissance par an. Le marché agroalimentaire du sans-gluten enregistre une croissance à deux chiffres depuis cinq ans au niveau mondial. Lors du Carrefour des fournisseurs agroalimentaires (CFIA) à Rennes, Sophie de Raynal, directrice de Nutrimarketing, a mis l'accent sur les relais de croissance possible. Dans un marché agroalimentaire mondial des produits contre les intolérances alimentaires estimé à 5,65 Mrd€ en 2012, la place du sans-gluten devrait prendre de l'ampleur dans les années à venir. « On estime le marché du sans-gluten à 6,45 Mrd€ de chiffre d'affaires sur le plan mondial d'ici 2019 », indique Sophie de Raynal, directrice marketing de Nutrimarketing, agence de veille de tendances agroalimentaires lors du salon international des fournisseurs de l'agroalimentaire (CFIA) à Rennes, début mars.

Affichant une croissance de 20 à 30 % par an, ce marché constitue un réel relais de croissance pour les industriels de l'agroalimentaire. Violaine Pondard. Le boum des aliments sans gluten. Son marché a plus que doublé l'an dernier en France. Au niveau mondial, les spécialistes prévoient que ce créneau atteindra les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2020. La consommation de produits sans gluten, protéine contenue dans de nombreux aliments à base de farine de blé, d'orge, de seigle ou d'avoine dont au moins 1% de la population française est allergique, ne connaît pas la crise.

Son marché a plus que doublé l'an dernier en France, passant de 35 à 78 millions d'euros de chiffre d'affaires. «Nous tablons sur une croissance de 30% de nos ventes cette année, après 40 % en 2014 où nous avons réalisé près de 15 millions de ventes», confirme Didier Péréol, Pdg fondateur d'Ekibio, leader tricolore grâce à sa marque «Ma vie sans gluten» et ses tartines «Pain des fleurs». Au niveau mondial, les spécialistes prévoient que ce créneau atteindra les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2020. A cette époque, il s'agissait d'un marché très étroit. Le sans-gluten poursuit son envolée - Epicerie, alimentation. Encore qualifié de « niche », ce marché fait de plus en plus d’adeptes parmi les consommateurs, les industriels et même les distributeurs. Et les acteurs du marché ont rapidement identifié quatre profils de consommateurs.

Guillaume Hannebicque, directeur marketing alimentaire chez Jardin bio’, les détaille : « Les premiers adeptes du sans-gluten sont les personnes cœliaques, qui sont intolérantes à cette molécule et qui ne peuvent donc pas en consommer. Ils sont 600 000. Ensuite, il y a ceux qui sont juste sensibles, soit 6 millions de personnes. C’est en priorité pour répondre aux attentes de ces consommateurs que les industriels se lancent sur le marché. En 2014, le leader mondial des pâtes, Barilla, a pris le parti d’intégrer ces nouveaux clients à son panel de consommateurs. Le petit déjeuner à l’honneur Autre segment en forte croissance, les produits pour le petit déjeuner. Le pain, au cœur de la demande Mais en GMS, la cohérence de l’offre en linéaires reste compliquée. Au Sial de Villepinte : le "sans gluten", un marché prometteur.

FRANCE 3 PARIS ILE-DE-FRANCE  Dans les travées du salon international de l'alimentation, qui se tient à Villepinte du 16 au 20 octobre, les produits sans gluten sont à l'honneur. C'est un régime qui pèse lourd sur le marché de l'alimentaire. Le "sans gluten" reprèsenterait un marché de près de 40 millions d'euros. France 3 Ile de FrancePublié le , mis à jour le © AFP SIAL (Salon International de l'Agroalimentaire) à Villepinte Le SIAL, le salon International de l'alimentation se tient à Villepinte depuis dimanche et jusqu'à jeudi ( du 16 au 20) est "le" salon des tendances alimentaires, destiné aux professionnels.

Un nouveau marché sur lequel surfent les industriels et les petites entreprises. . ► Reportage Floriane Olivier et Frédéric Askienazy Le "sans gluten", un marché prometteur Bière, farine, des produits sans gluten florissent dans les rayons des supermarchés. Intolérance alimentaire, le mal qui monte. Régime sans gluten, sans œuf, sans lactose… Les intolérances alimentaires toucheraient de plus en plus de Français, enfants comme adultes. Que se cache-t-il derrière cette pathologie ?

Quelle différence avec une allergie alimentaire ? Sommes-nous aussi nombreux que nous le pensons à être concernés ? Anne-Laure Vaineau Sommaire A découvrir Intolérances alimentaires : « Je ne veux plus être malade », du Dr Jean-Pierre Willem (Guy Trédaniel, 2012). 15 à 20 % de la population a été, est, ou sera un jour, confrontée à une maladie allergique, estime l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). L’intolérance alimentaire, c’est quoi ? L’intolérance alimentaire est l’hypersensibilité d’un individu à un aliment ou un ingrédient habituellement toléré par la plupart des gens.

Dans les faits, être intolérant alimentaire, c’est, au départ, souffrir au quotidien de troubles dont on parvient difficilement à trouver la cause. Allergie, intolérance : quelles différences ?