background preloader

Economie

Facebook Twitter

Fourth Industrial Revolution/Quatrième révolution industrielle. Les coûts irrécupérables — Crétin de cerveau #3. Frédéric LORDON "L' euro, que faire ?"(+ Brexit) Nuit debout 26/06/2016. Spécial Investigation, Hollande : pacte avec le MEDEF 30 mai 2016. Soldes : voici comment sont fixés les prix. L 9. Tu penses comme tout le monde., “L'économie est une science” Neoliberalism Debunked « The Firestick. The fundamental beliefs of neoliberalism all represent extreme simplification of complicated processes with one goal in mind: To establish that the needs of corporations are the only focus of ‘good’ government.

This obviously extremist view has been propagated for decades to now become a strange orthodoxy that has remained largely unquestioned by economists or society at large. Sustained economic growth is the only way to human progress In neoliberal philosophy this growth is always defined as a global function. The global economy must continually increase in size, or the whole system will come crashing down. If that sounds like a Ponzi scheme[1], you’re right, that is exactly what must be created to fulfill infinite growth on a finite planet. The debt is not real and should be treated as such. Free markets without government interference would be the most efficient and socially optimal allocation of resources Who are these ‘shareholders’ we are all working to benefit? Rethinking Unions. Neoliberalism was always nonsense | Better Nature: commentary by Geoff Davies.

Neither Prime Minister Kevin Rudds recent debunking of neoliberalism in The Monthly nor various commentaries (e.g. here, here, and here) have identified the core of the problem with neoliberalism. The core problem is that there is no justification, in theory or in evidence, for the claim that free markets produce desirable results, let alone optimal results. This claim arises from the neoclassical theory of free markets, and is the foundation of the neoliberal ideology. Very few seem to be aware of this foundational weakness of the radical right. Viewed from my perspective as a scientist, the assumptions on which the neoclassical theory is built are blatantly and hopelessly unrealistic. For example, we are all supposed to be able to predict the future, to have complete information, to have timely information, to sensibly digest vast amounts of such information, and to be coldly rational, never responding to fashions or the insecurities that marketers constantly cultivate and milk.

Neoliberal Pseudo-Science | Better Nature: commentary by Geoff Davies. Also published at Online Opinion. The Global Financial Collapse, which is rapidly becoming the Global Economic Collapse, is provoking deserved criticism of the neoliberal ideology that has dominated the world for three decades. Prime Minister Kevin Rudd, in his recentdebunking of neoliberalism inThe Monthly, says markets need to be managed, but clearly many free-marketeers will resist reforms. We therefore need to be very clear. This was not an imperfection. It was not an unfortunate episode in an otherwise glorious record. The core problem with neoliberalism is that there is no justification, in theory or in evidence, for the claim that free markets produce desirable results, let alone optimal results.

The assumptions on which the neoclassical theory is built are blatantly and hopelessly unrealistic. Nor is the neoclassical theory even remotely a useful first approximation. This implies there is no single best way to organise an economy. So much for theory, what about evidence? Neoliberalism, the Revolution in Reverse. By any reasonable measure, the neoliberal dream lies in tatters. In 2008 poorly regulated financial markets yielded a world-historic financial collapse. One generation, weaned on reveries of home ownership as the coveted badge of economic independence and old-fashioned American striving, has been plunged into foreclosure, bankruptcy, and worse. And a successor generation of aspiring college students is now discovering that their equally toxic student-loan dossiers are condemning them to lifetimes of debt.

Both before and after 2008, ours has been an economic order that, largely designed to reward paper speculation and penalize work, produces neither significant job growth nor wages that keep pace with productivity. In the face of all this catastrophism, the placid certainties of neoliberal ideology rattle on as though nothing has happened.

Open and Shut The Mont Pelerin faithful congregated around the Austrian anti-Keynesian economist F. Interesting Wishes Got that? Who’ll Stop the Rana? Know Your Enemy: Debunking Neoliberal Mythology | aNtiDoTe Zine. La France en face, le scandale du logement | documentaire francais. The number of hours you should work a week to be the most productive: 35 – A Life of Productivity. Takeaway: To be the most productive and creative, studies have shown that you should work 35 hours a week. Estimated Reading Time: 2 minutes, 9s. A lot of people think that to be the most productive they should work for 60 hours a week, but study after study has shown that the optimal number of hours you should work is about half that number, at 35.

An interesting thing happens after you work more than 35 hours a week:1 Though your productivity may spike up at first, over time, as you don’t step away from your work, your productivity takes a nosedive as you become increasingly fatigued and stressed, even though you might not notice it at first. It also costs you because you can’t take a step back from your work to see it from a higher, more elevated perspective. The problem is that even though people aren’t actually more productive when they work overtime, they feel more productive (multitasking has a similar effect): Fresh productivity posts delivered to your inbox each Monday morning. Clash entre Emmanuel Macron et un ex salarié de Goodyear. #OVMQC - Mon passage chez les chefs (témoignage) Quelques idées reçues sur la dépense publique - Les économistes atterrés. Environnement économique et social - La pensée marxiste. Karl Marx est souvent présenté comme un économiste Classique. Il est vrai qu'il s'interroge dans une perspective macro-économique au fonctionnement du circuit et aux conditions de sa croissance.

Cependant, et cela constitue l'originalité de sa démarche, Marx vise à comprendre, à travers l'économie, la dynamique des sociétés (Marx le sociologue) en s'appuyant sur une conception philosophique nouvelle (Marx le philosophe) et sur une vision particulière de l'histoire (Marx l'historien). Il en résulte une complexité de sa pensée, d'autant plus difficile à cerner que son œuvre majeure, Le capital, est restée inachevée et en grande partie publiée après sa mort. Marx occupe également une place à part car sa théorie ne le conduit pas à proposer une politique économique comme les libéraux et les keynésiens. On tentera dans ce qui suit de synthétiser les traits saillants de la théorie marxiste. A) Les concepts de base • La valeur. . • La plus-value et profit. . • L'exploitation. . • Le capital. Processus. Robotisation et chômage de masse : à quoi ressemblera la société de demain ? Trois millions d'emplois vont être supprimés en France d'ici à 2025 à cause des robots.

Telle est la prédiction de Roland Berger Strategy Consultants, une société internationale de conseil stratégique. Faut-il s'inquiéter de ce chômage à venir, dû aux progrès technologiques ? Ou réfléchir déjà à quoi ressemblera la société à ce moment-là ? Pour y répondre, Francetv info a rencontré Charles-Edouard Bouée, PDG de Roland Berger Strategy Consultants, auteur de Confucius et les automates (Grasset), ouvrage sur "l'avenir de l'homme dans la civilisation des machines". Francetv info : Pourquoi l'automatisation est-elle amenée à progresser dans les usines ?

Charles-Edouard Bouée : Aujourd'hui, les robots des usines sont de grosses machines qui sont "en cage" car elles ne savent pas interagir avec les êtres humains. L'usine se déshumanise, comme ce fut le cas dans le passé pour l'industrie militaire, qui est toujours un bon indicateur du futur. Je juge cette théorie trop utopique. Carte : le revenu universel et ses expérimentations dans le monde. La Finlande va tester le 1er janvier 2017 une forme de revenu universel, une idée qui a été expérimentée sous de nombreuses formes depuis trente ans.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé C’est l’une des innombrables ironies de l’histoire : l’un des seuls exemples viables, actuellement, du principe du « revenu universel » vient d’une tribu indienne aux Etats-Unis, les Cherokees. Or, ce sont des Indiens qui ont inspiré, trois siècles plus tôt, le père spirituel de ce concept : l’un des premiers à théoriser le revenu universel, Thomas Paine, s’était notamment basé sur l’observation d’un accès égal à l’usage de la terre chez les Indiens au XVIIIe siècle, pour en déduire la nécessité d’une dotation (chaque adulte recevant un lopin de terre à sa majorité) afin de corriger la dérive historique qu’est l’appropriation de la rente foncière.

Lire aussi : Le revenu universel, généalogie d’une utopie Le projet finlandais commence le 1er janvier 2017. La difficile évaluation des expériences. Pas de rebond pour l’économie mondiale en 2016. Le discours a des airs de ­déjà-vu. Après le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, lors de leur assemblée de printemps en avril, c’est au tour de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de tirer la sonnette d’alarme.

Ce « club » de 34 pays riches estime que la croissance mondiale sera tout juste de 3 % cette année. Et mise, pour 2017, sur un très léger rebond à 3,3 %. « Le monde est piégé dans une croissance molle », a alerté le secrétaire général, Angel Gurria, lors de la présentation des dernières Perspectives économiques de l’OCDE, mercredi 1er juin, soulignant que l’économie mondiale est de surcroît menacée par un éventuel Brexit ou encore par « les perturbations financières » sur les marchés émergents. « Il y a urgence », a de son côté martelé la chef économiste, Catherine Mann, qui constate que l’économie mondiale n’est toujours pas sortie de la crise huit ans après. Un héritage de la crise financière de 2008. DIRECT. Regardez sur France 2 l'émission "L’Angle éco" consacrée à "la guerre des âges" Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LANGLECO 23h37 : #langleco On est dans un pays dirigé par des vieux pour des vieux qui ne veulent rien lâcher de leur ancien monde 23h33 : Pour Agnès Verdier-Molinié, la #fiscalité désincite les propriétaires à louer leurs biens #Langleco 23h30 : Pour renforcer l'employabilité, sécuriser le revenu minimum universel pour tous et faciliter l'axée en formation continue ou pro #Langleco 23h30 : Agnès Verdier-Molinié, Alain Costes et @chrstphe_robert vont débattre de l’accès au #logement des jeunes #Langleco 23h28 : #langleco difficulté de logement : ne pas comparer Paris et la Provence....

Paris est une des pires ville européenne pour le logement 23h23 : #langleco à quand le revenu universel ?? 23h23 : Salaire d'embauche a baissé ?? 23h19 : 30% des métiers de 2030 n'existe pas encore ! 23h19 : Les entreprises en France ne veulent pas investir dans l'humain tout simplement, elles veulent avoir du résultat, vite, facilement #Langleco 22h53 : VIDEO. Fondation Copernic – Pour remettre à l'endroit ce que le libéralisme fait fonctionner à l'envers. Direct | 24/24 en video et en streaming | France 2. Génération stagiaire - Envoyé Spécial. Spécial investigation 2016 Travailler Plus Pour Gagner Rien Reportage Canal+ Incultures 5 Le travail Franck Lepage Gaël Tanguy.

Chomage

Spécial investigation 2016 Travailler Plus Pour Gagner Rien Reportage Canal+ Cash investigation - Quand les actionnaires s'en prennent à vos emplois / intégrale. Argent publique : Prends l'oseille et tire toi ! - Spécial Investigation.