background preloader

Entreprise physique et service en ligne

Facebook Twitter

E-commerce : les conséquences d’une... Si les Français sont friands des achats en ligne, ils restent intraitables sur la qualité du service attendu. Et en cas de mécontentement, 66% d’entre eux boycottent définitivement le site « fautifs », comme le démontre un sondage de Youstice, créateur d’une application web qui permet aux entreprises de gérer les plaintes de leurs clients en ligne. Réclamations et commentaires web Et ces insatisfaits ne restent pas les bras croisés. 64% annoncent avoir la ferme intention d’effectuer une réclamation si le produit est endommagé, en panne ou s’il n’est pas fidèle à la description. Pour 66% l’envoi d’un mail de mécontentement est privilégié. 41% avouent qu’ils n’hésiteraient pas à aller parler de leur mauvaise expérience sur un site dédié ou à leur entourage. Une affirmation à prendre en compte car les avis des internautes sont très consultés avant un achat. 55% des e-consommateurs les consultent et déclarent en tenir compte, bien plus que pour un magasin physique.

Une entreprise sur deux n'a pas de site internet ! Untitled. Untitled. E-commerce VS magasins : complémentaires plus qu'adversaires. En terme de fréquentation, l'e-commerce et les magasins physiques font désormais quasiment jeu égal sur les comportements d'achats à l'année. Ainsi, alors que 95% des Français déclarent avoir effectué au moins un achat dans les enseignes traditionnelles sur l'année, ils sont également 82% à l'avoir fait sur un "pure player", un distributeur uniquement présent sur internet.

En revanche, l'étude réalisée sur un échantillon représentatif de 1.007 personnes, montre que les magasins restent plus régulièrement fréquentés qu'internet. 90% s'y rendent au moins une fois par mois contre seulement 45% sur internet. Les magasins traditionnels remportent eux la palme de la confiance (81%), de la convivialité (72%) et des services (82% jugent qu'ils ont des services après-vente de qualité). "Le match entre acteurs internet et enseignes traditionnelles est donc plutôt équilibré", estime Frédéric Michaud. Le Drive et le Click & Collect développent le e-commerce. Le développement des canaux online transforme en profondeur le Retail partout en Europe. L’Angleterre, qui joue le rôle de baromètre du e-commerce sur le continent, est aujourd’hui en tête de ce marché avec des dépenses en ligne estimées à 107 milliards de Livres Sterling en 2014 (Source : IMGR).

Les pays comme la France et l’Allemagne sont des marchés moins matures pour le Retail online, mais tous deux devraient bénéficier d’une croissance soutenue au cours des prochaines années. Selon le cabinet d’analyse IGD, le e-commerce en France devrait doubler tous les cinq ans. Cette croissance étant largement tirée par l’essor du Click & Collect et du Drive. Lee Gill, Vice-Président Retail Strategy EMEA chez JDA Software Si l’évolution du shopping en ligne a été plus lente France qu’en Angleterre et en Allemagne, c’est en raison de densités économiques plus faibles, qui expliquent que les livraisons à domicile ne sont pas économiquement rentables pour la majorité des marques et des enseignes. E-commerce : le commerce traditionnel est‐il menacé ? Les nombreuses initiatives de transformation digitale remettent en jeu cette question qui existe depuis un certain nombre d’années.

Internet étant de plus en plus présent dans notre quotidien, 86,6% des français ont navigué sur le web en novembre 2015, j’ai trouvé intéressant de parler de l’impact du digital sur le commerce traditionnel c’est-­à-­dire l’achat et la vente de produits ou de services sans l’utilisation de la toile. L’ascension du e-­commerce, un secteur en constante évolution Ces 15 dernières années, le développement du e-­commerce a été impressionnant, le commerce en ligne a conquit le cœur de nouveaux consommateurs. En effet, selon les données chiffrées de la Fédération E-­commerce et vente à distance (FEVAD), l’activité du e-­commerce est en progression de 14% en 2015. Les ventes en ligne ont représenté un chiffre d’affaires de 64,9 milliards d’euros en 2014. Le e-commerce progresse et bouleverse nos habitudes avec une rapidité stupéfiante Claire Sorel.