background preloader

Challenge coréen sur Ma petite Médiathèque

Facebook Twitter

Petit panier gourmand de manga. J’avais prévu de présenter tout un tas de manga culinaire pour le mois Des livres en cuisine mais… j’ai choisi le pire des mois ! Je n’ai vraiment pas eu le temps de m’occuper du blog du coup je vais faire une version accélérée de ce que j’avais prévu. Mitsuko Attitude – tome 1 et 2 résumé : Après la mort de son père, Mitsuko s’installe chez son oncle. Elle découvre alors une famille surprenante qui, obsédée par sa santé, adopte des pratiques qu’elle juge extrêmes. D’abord réticente, Mitsuko apprendra à leurs côtés qu’une bonne hygiène de vie est essentielle pour vivre plus heureux avec soi-même mais aussi avec les autres.

Mon avis : J’ai été surprise par ce manga assez étonnant. Heartbroken chocolatier – tome 1 : résumé : Souta, qui suit des études dans une école de confiseries, sort avec Saeko, une fille qui a un an de plus que lui. Geonbae -tome 1 résumé : Moi qui aime tant le makgeolli (alcool de riz), j’ai sauté de joie quand on m’a confié le scénario de Geonbae. Mamette – tome 1. Couleur de peau miel – la boucle est bouclé. Ce n’est que 4 ans après avoir découvert Couleur de peau : miel avec les 2 premiers tome de ce triptyque autobiographique Jung, que je lis enfin sa conclusion.

Dans ce troisième tome, Jung quadragénaire, décide enfin de retourner en Corée. Pour ce premier voyage sur la terre qui l’a vu naître, il sera accompagné par une équipe de tournage qui filme ce retour pour l’adaptation cinématographique de Couleur de peau : miel. Dans ce troisième volet Jung devenu adulte se remémore quelques souvenir de jeunesse, parle avec son enfant intérieur, échange avec l’équipe de tournage et réfléchi beaucoup à son expérience et a ses sentiments d’abandon et de déracinement.

Il est enfin apaisé, mais la blessure est toujours là et elle lui laissera pour toujours une cicatrice. Dans ce troisième tome il y a beaucoup d’émotion. C’est très touchant. Bien que ce soit moins amusant à lire que le premier tome ou les farces joué par la fratrie faisant rire malgré la réflexion sus-jacente sur l’adoption. ABC … K Seoul de A à Z. C’est dans le cadre du Challenge coréen et ses partenariats que je découvre ce petit livre illustré. ABC… K Seoul de A à Z (non ce n’est pas une erreur, pas d’accent « pour respecter le nom coréen » nous précise l’auteure) est écrit par Seutepanie (Stéphanie prononcée à la coréenne) Lapointe est publié par la mini maison d’édition (1 seul livre à son actif) Seuseulo.

Dans ce petit livre de 63 pages Seutepanie nous invite à découvrir la ville de Séoul, où elle a effectué plusieurs séjour, à travers 26 lettres un jeu d’opposition présentant 2 mots pour chaque lettre. Ses opposition sont parfois tirées par les cheveux (l’auteur elle-même nous préviens dans l’introduction, mais permettent d’explorer différents aspects de la ville et du quotidiens des coréens. Ce petit carnet, joliment illustré, est une invitation au voyage. On a même une page pour prendre ses propres notes en vue du voyage. Gayageum par Ji Aeri. Winterplay. Qui a tué grand maman. Kangwondo Arirang par Youn Sun Nah. Couleur de peau miel – la boucle est bouclé.

Trois albums jeunesse coréens sous le signe de l’humour. Aujourd’hui je vous propose 3 albums coréens tous plus drôles les uns que les autres Le fils du tailleur de pierre un album de Moon-hee Kwon (illustrations), Claire Lanaspre et Michèle Moreau (texte), aux éditions Didier Jeunesse Petite histoire inspirée d’un chant traditionnel coréen, « joute verbale » entre le fils du tailleur de pierre et son amis. -Quand tu seras grand, tu seras tailleur de pierre comme ton père ? -Ah non, surtout pas tailleur de pierre !

Moi, quand je serai grand, je serai riche, très riche. C’est l’escalade et de fil en aiguille le fils de tailleur de pierre fini par vouloir devenir… tailleur de pierre. Simple mais drôle. Tigres à la queue leu leu Avec les deux prochains albums on passe dans un humour un peu scato mais qui plait bien aux enfants. Tigre à la queue leu leu, encore un livre de Moon-hee Kwoon, publié cette fois par Quiquandquoi, m’a interpellé par sa couverture avec un drôle de tigre vraiment pas majestueux. Princesse Prout. Les petits pains de la pleine lune. Aujourd’hui je vais vous parler d’un roman jeunesse coréen. Il était dans ma PAL depuis très longtemps. Je l’avais acheté il y a quelques années pour Yomu-chan et depuis je souhaitais le lire mais je ne trouvais pas le bon moment.

Profitant du challenge coréen je me suis enfin lancé dans cette lecture. Le héro de ce conte moderne est un jeune adolescent qui vit avec une belle-mère qui le déteste, la jeune fille de cette dernière et un père absent qui préfère ne rien voir de ce qui se passe sous son toit. Le garçon, abandonné encore enfant par une mère suicidaire se renferme de plus en plus. Un joli conte initiatique moderne où le héro doit apprendre à se faire un place malgré un climat familial hostile. Ici la héro n’est pas épargné. J’ai aimé cette approche sans conditions de la réalité de la vie qui parfois peut se montrer très cruelle entremêlé au récit fantastique d’un sorcier qui vendrait de redoutable pâtisseries magiques sur un site internet.

Coy- Crush on you, une romance coréenne. C’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur ce manhwa d’occasion. Je ne connaissez pas du tout Kyung Ha Lee, l’auteur de ce shonen-aï coréen, je ne savais même pas qu’il s’agissait d’un shonen-aï (romance entre garçon). Je l’ai pris parce que je trouvais le dessin plaisant et que le challenge coréen est un excellent prétexte pour développer ma bibliothèque manhwa (comme si j’avais besoin de prétextes pour m’acheter des livres…) C’est le hasard qui m’a conduit à cette lecture et ce fut un agréable surprise. Je m’attendais à un shôjo eau de rose sans grand intérêt et finalement j’ai trouvé ça pas mal du tout ! Il y a un ton que j’aime bien. -Ah ouais ?! Bon n’exagérons rien, ici l’héroïne est amoureuse d’un garçon qui ne l’aime pas et elle se dit toute de même prête à tout sacrifier pour lui. Le héro est peut-être un peu plus fleur bleu que l’héroïne. Quoi qu’il en soit j’ai trouvé la lecture de ces trois premiers tomes très sympa et… c’est la que là mauvaise nouvelle arrive !

Ch∃ de Kim Yong-hwe. J’avais repéré ce manhwa au moment où je préparais la thématique manhwa pour K.BD en octobre dernier. Ce titre n’avait finalement pas été retenu comme lecture commune mais je le gardais dans un coin attendant l’occasion d’y plonger. Cette occasion est arrivée avec la semaine coréenne de Choco. Kim Yong-hwe retrace dans ce one-shot les grandes lignes de la vie du Che pour permettre aux jeunes (et moins jeunes) qui arborent fièrement le portrait du Che sur leur t-shirt de vraiment savoir qui était cet homme dont effigie, d’abord symbole de révolution et devenu un produit marketing par excellence (drôle de destin posthume).

On passe très brièvement sur l’enfance et l’adolescence d’Ernesto Guevara, né dans une petite famille bourgeoise argentine, asthmatique mais très volontaire. Après une brève introduction de quelques pages on retrouve Ernesto jeune homme, près a se lancer dans des études de médecine. Graphique ce manhwa n’a rien de remarquable, mais il reste agréable à l’œil. 3 grammes ~ Jisue Shin. La semaine dernière je vous ai parlé de Massacre au pont Nogunri, un magnifique manhwa retraçant un tragique épisode de la guerre de Corée. Aujourd’hui je vous propose à nouveau un manhwa tout ce qu’il y a de plus sérieux : 3 grammes de Jisue Shin. Dans ce récit autobiographique l’auteur nous raconte sa lutte contre le cancer des ovaires, : comment elle découvre sa maladie, le traitement, le long séjour à l’hôpital, la peur puis la rémission. Le dessin, assez simpliste, n’est pas franchement attirant. Et il m’a fallu quelques pages pour entrer en empatie avec l’héroïne. Finalement l’auteur malgré la simplicité de son trait arrive à nous faire ressentir ses émotions.

Le titre se lis très rapidement. Les pages sont très aérées, le texte très court. Je n’ai pas était transporté par cet album, je n’ai pas été surprise ou choquée, le graphisme de Jisue Shin n’est pas remarquable, mais son témoignage est touchant et plein d’espoir. A lire aussi les avis de David, Yvan. Histoire couleur terre. C’est amusant de constater comment le même livre ne nous laisse pas la même impression selon la période à laquelle on le lit. C’est exactement le sentiment que j’ai eu en relisant quelques années après une première lecture dont je gardais un fabuleux souvenir Histoire couleur terre de Kim Dong-Hwa (Casterman). Je vais tenter de vous présenter cette courte série en 3 tomes en tenant compte à la fois de mes souvenir lointains et de mon ressenti actuel. une histoire couleur terre : L’histoire c’est celle d’Ihwa et de sa mère.

Ihwa a sept ans, elle vit dans un village de la campagne profonde coréenne, sans doute au début du siècle dernier, seule avec sa mère, une veuve qui tient la taverne du village. Pourquoi couleur terre ? Parce que c’est à la campagne que ça se passe, là où ce sont les saisons qui dictent leur rythme aux hommes. Un goût doux-amère C’est la beauté et la délicatesse du dessin, la poésie fleurie du propos qui m’avaient marqué. A lire aussi les avis de Yvan, Lunch et Badelel. Massacre au pont de Nogunri – Park Kun-woong. Voilà un manhwa qui ne me laisse pas indemne.

Tant et si bien que je ne trouve même pas mes mots pour vous en parler. Cela fait 4 fois que je recommence ma phrase. Massacre au pont Nogunri est magnifique, voilà un ouvrage qui n’a pas été facile à dénicher mais que je suis vraiment heureuse d’avoir découvert. Enfin, heureuse n’est pas le terme approprié car du bonheur ce manhwa ne vous en apportera point ! Magnifique ne convient guère non plus.

Si le dessin est saisissant et la narration parfaitement maîtrisé, cet imposant album (611 pages!) Le récit commence le 25 juin 1950. Là, près de ses vieux parents, il se sent en sécurité, mais cela ne vas pas durer longtemps, les nord-coréens avances rapidement et l’armée sud-coréenne est incapable de stopper leur avancées. Dans toute cette première partie on suit l’exode de Eun-yong, d’abord avec sa famille, puis seul. -Les enfants… où sont les enfants ?

Le 26 juillet on oblige les réfugiés à se rassembler sur le chemin de fer. A vos papilles ! Du manhwa en cuisine. Pour honorer le partenariat entre Des livres en cuisine et le challenge coréen de PatiVore, j’ai ressorti de mes étagères le manhwa A vos papilles ! Voyage culinaire en Corée que Yomu-chan m’avait offert il y a 2 ans. Dans ce manhwa scénarisé par Kim Young-bin et dessiné par Hong Dong-kee on découvre la cuisine coréenne ordinaire, celle que l’on mange tous les jours, son titre original est d’aillaurs Everyday foodies. On y découvre les plats familiaux traditionnels, les cérémonies autours de la table mais aussi les friandises populaires, la junk food... bref la vie quoi. J’ai beaucoup aimé cette très courte série (2 tomes seulement) qui est en fait le spin off de Geonbae , également sorti chez Clair de lune, une série sur l’alcool coréen que je ne connais pas encore mais ça ne serait tarder. Ce qui est intéressant aussi dans ce manhwa c’est la relation qui est faite entre la cuisine, les saveurs et les souvenirs.

Pour plus d’info retrouvez A vos pailles sur Manga Sanctuary et Manga News. Adulteland. Et si l’intelligence artificielle existait déjà ? Et si cette intelligence était aux service d’hôtesse cybernétique dont la seule utilité était de tenir compagnie à des hommes souffrant d’une trop grande solitude ? C’est le pari que fait Oh Yeong Jin dans Adulteland aux allures sf. Ces robot-hôtesse sont le seul aspect sf de cette histoire qui raconte la dérive d’hommes d’âge mur dans une société qui laisse de plus en plus de place à la solitude. La solitude est un sujet qui revient régulièrement aussi bien dans le manga que dans le manhwa destiné à un public adulte.

Sans doute la BD occidentale en parle aussi, mais je n’en lis pas assez pour que cela m’aie marqué. Je ne veux pas en dire plus pour vous laisser le plaisir de la découverte. Bref je n’ai rien à redire sur ce titre. A ceux qui ont aimé Adulteland je ne serais que conseiller Brève Cohabitation (et inversement). Merci Champi pour cette lecture A retrouver bientôt sur K.BD → Du même auteur : Le visiteur du sud.