Débats 2012

Facebook Twitter
La politique de santé version François Hollande La politique de santé version François Hollande Le candidat socialiste à l'élection présidentielle a basé ses priorités sur des valeurs différentes de celles régissant à ses yeux la loi Hôpital patients santé territoires (HPST) mise en place en 2009 par l'actuel gouvernement. "La santé comme progrès, condition de la justice, vecteur de croissance, enjeu démocratique, je ne reconnais pas ces valeurs dans la politique menée depuis cinq ans", a-t-il déclaré à la Faculté de médecine de Paris-Descartes. "Il n'y a aucun courage à affaiblir le soutien aux plus fragiles, à renchérir l'accès aux soins, à comprimer les moyens de l'hôpital public sans effet sur le rééquilibrage des comptes sociaux, et pourtant nous en sommes là", a-t-il dit devant plusieurs centaines de personnes réunies dans un amphithéâtre. Il a présenté la philosophie de son projet sans détailler comment il entendait résorber le déficit de l'assurance-maladie, qui a dépassé en 2009 dix milliards d'euros.
Le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), Jean-Louis Bal, a profité de la présentation d'un livre blanc des énergies renouvelables pour indiquer que le photovoltaïque avait détruit 7.000 emplois sur 25.000, en 2011. Parmi les causes de ces suppressions de postes figurent le moratoire de trois mois décidé en décembre 2010 sur le rachat de nouveaux projets et le nouveau cadre tarifaire de rachat adopté en mars 2011, qui prévoit un tarif décroissant au fil des trimestres et un système d'appels d'offres pour les parcs supérieurs à 100 kilowatts-crête (kWc). Le tarif en vigueur pour le premier trimestre 2012 n'est pas connu, mais le président du SER craint "une baisse de 9,5%". Pour "reconstruire" la filière, les industriels proposent de modifier le système de décroissance du tarif et de "généraliser le photovoltaïque dans les règles d'urbanisme et de réglementation thermique". Le photovoltaïque a enregistré 7.000 pertes d'emplois en France en 2011 Le photovoltaïque a enregistré 7.000 pertes d'emplois en France en 2011
Le Logement au coeur de la campagne
Une autre voie pour l'Europe Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par François Hollande, candidat du Parti socialiste et Parti radical de gauche à l'élection présidentielle L'Union européenne affronte la plus grave crise de son existence. Elle tient moins à la force des marchés qui menace la zone euro, qu'à la faiblesse de la gouvernance politique pour la conjurer. Le 9 décembre, le compromis de Bruxelles à l'occasion du 16e sommet européen depuis le déclenchement de la défaillance grecque en a été une nouvelle illustration. Je partage la nécessité d'adresser de nouveaux signes de crédibilité par des procédures de contrôle des engagements budgétaires des Etats. Mais je constate que la proclamation d'un nouveau traité n'a pas permis de restaurer le calme sur les marchés et d'instaurer la confiance chez les citoyens. Une autre voie pour l'Europe
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Michel Rocard, ancien premier ministre, et Pierre Larrouturou, économiste Ce sont des chiffres incroyables. On savait déjà que, fin 2008, George Bush et Henry Paulson avaient mis sur la table 700 milliards de dollars (540 milliards d'euros) pour sauver les banques américaines. Une somme colossale. Pourquoi faut-il que les Etats payent 600 fois plus que les banques ? Pourquoi faut-il que les Etats payent 600 fois plus que les banques ?