background preloader

Mutineries

Facebook Twitter

Justice militaire. Jean-Julien Chapelant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Julien Chapelant

Jean-Julien Chapelant (1891-1914) Biographie[modifier | modifier le code] Engagé volontaire au 99e RI le 4 juin 1909, il y est nommé caporal le 5 octobre 1909 puis sergent le 28 septembre 1910. Rengagé le 15 décembre 1911 au 98e RI de Roanne, il est chef de la 3e section de mitrailleuses lors du déclenchement de la première guerre mondiale, promu au feu au grade de sous-lieutenant à titre temporaire. Réhabilitation[modifier | modifier le code] Très peu, environ une quarantaine de soldats fusillés pour l'exemple, sur six cents ont été rétablis dans leur honneur dans les années 1920 ou 1930. Jean-Julien Chapelant n'a pas été réhabilité en 2012 mais déclaré « Mort pour la France » à l’occasion des cérémonies du 11 novembre[2]. Bien avant cette attribution de la mention "mort pour la France" notifiée le 31 octobre 2012 par Kader Arif, une nouvelle rue de son village natal Ampuis, celle de la nouvelle gendarmerie, fut nommée Jean Julien Chapelant.

Les Crimes des Conseils de Guerre : 1914-1918 - Le Musée Virtuel. Théophile Maupas - Les caporaux de Souain - Mutineries de 1917 wikipédia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mutineries de 1917 wikipédia

Les mutineries de 1917 sont une série de mutineries qui ont eu lieu pendant la Première Guerre mondiale , en 1917 . Le contexte [ modifier ] L'échec de l'offensive Nivelle [ modifier ] En 1917 , après trois années d'une guerre meurtrière et indécise, la lassitude touchait l'ensemble des armées européennes dont le moral était au plus bas. À l'intérieur des troupes françaises, le coût humain élevé de l' offensive Nivelle sur le Chemin des Dames au printemps 1917, dont les gains sont seulement tactiques, les conditions de vie effroyables dans le froid, la boue, les bombardements d'artillerie et la rareté des permissions, tous ces facteurs s'additionnent et provoquent une montée de la protestation parmi les hommes au front. L'espoir suscité par l'offensive avait été énorme à la veille du 16 avril 1917 : le général Nivelle promettait la fin de la guerre et donc, pour chaque soldat, le retour chez soi.

Une influence russe ? Mutineries 1917. Les mutineries de 1917 bdic. Désobéir > Les mutineries de 1917 Les mutineries qui éclatent dans l’armée française au printemps 1917 constituent la forme extrême de désobéissance collective des soldats.

Les mutineries de 1917 bdic

La lassitude des soldats. Rapport_fusilles.pdf. Affaire des caporaux de Souain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire des caporaux de Souain

L'affaire des caporaux de Souain (Théophile Maupas, Louis Lefoulon, Louis Girard et Lucien Lechat), fusillés pour l'exemple, est un des cas parmi les plus flagrants et les plus médiatisés de l'injustice militaire durant la Première Guerre mondiale. Les faits[modifier | modifier le code] Devant eux, le terrain est déjà jonché de cadavres et se trouve directement pris sous le feu des mitrailleuses allemandes. De plus, la préparation d'artillerie habituelle avant l'attaque, au lieu de secouer les positions allemandes, envoie ses obus sur la tranchée française et laboure le terrain d'assaut. Dans ces conditions, les hommes de la 21e compagnie, épuisés après plusieurs jours de tranchée, démoralisés par les précédents insuccès, et ayant sous les yeux le spectacle des cadavres de leurs camarades tombés dans les fils de fer intacts, refusent, ce jour-là, de sortir des tranchées.

Ces tranchées de la fraternité. LE MONDE | • Mis à jour le | Christian Carion (Cinéaste) Dans le petit coin de l'Artois où je suis né, le souvenir du premier conflit mondial est partout.

Ces tranchées de la fraternité

Après s'être retirée, la guerre a laissé au milieu des champs des cimetières au gazon impeccable. Les cultures ont appris à épouser les contours de ces espaces où reposent des gamins de 20 ans venus d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Canada, de Grande-Bretagne et d'ailleurs. Chaque automne, mon père et moi ramassions des obus ramenés à la surface par les labours. Nous les portions dans nos bras pour les déposer à l'entrée de nos champs.