background preloader

Aviation

Facebook Twitter

Les aviateurs de 14 18 - 14 18, LE 87EME RI, LA GRANDE GUERRE. L'entrainement: La plupart des pilotes, des observateurs et des mitrailleurs accomplissaient un stage en école d’aviation pour perfectionner l’apprentissage du tir à la mitrailleuse.La méthode la plus utilisée était le tir sur avions-cible. Ces avions-cible ont été dessinés de façon à représenter la position dans laquelle ils se trouvent par rapport au tireur ennemi.Le tir sur avions-cible se fait soit avec une mitrailleuse Vickers munie du collimateur Chrétien, soit avec une Lewis munie de la ligne de mire Reille-Soult (dessus doc et commentaires de "le rampant" membre du site la grandeguerre...) (Dessus, cible....doc de "Le rampant") (dessus: détail de la cible du dessus, doc de "le rampant" membre du site la grandeguerre...) Georges Guynemer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Georges Marie Ludovic Jules Guynemer, né le à Paris 16e [1] et mort le à Poelkapelle (Belgique), est l'un des pilotes de guerre français les plus renommés de la Première Guerre mondiale [2].

Biographie[modifier | modifier le code] Origine familiale et enfance[modifier | modifier le code] Par sa mère, Julie Noémi Doynel de Saint-Quentin, issue d'une famille aristocratique, Georges Guynemer est un descendant des rois de France Louis XIII et Louis XIV, par Bathilde d'Orléans (1750-1822), mère du duc d'Enghien[3]. Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code] Lorsque la guerre éclate, il se rend à Bayonne pour s'engager, mais les médecins militaires le trouvent trop chétif et le déclarent inapte. Le , il est engagé au titre du service auxiliaire comme élève mécanicien à Pau. Le , il devient élève pilote. Liste d'as de l'aviation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste d'as de l'aviation

Normalement, le statut d'as s'obtient au bout de cinq victoires en combat aérien et ce en référence au nombre de signe sur la carte a jouer « As ». Mais ce comptage ne prend pas en compte les victoires « probables » (la victoire n'a pas été confirmée par d'autres observateurs que le pilote), ou bien les comptent comme une demi-victoire. Cependant, il est difficile de comparer les scores d'un pays à l'autre, puisque les critères d'homologation sont différents. C'est vrai aussi d'une guerre à l'autre : ainsi, les critères d'homologation en France ont considérablement changé entre la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. En ce qui concerne les listes suivantes, seuls sont pris en compte les 5 meilleurs As par nation et conflit.

Manfred von Richthofen. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manfred von Richthofen

Manfred Albrecht, baron von Richthofen (Breslau, - Vaux-sur-Somme, ) est un aviateur allemand qui est resté une légende de l'aviation de la Première Guerre mondiale. Du temps de cette guerre il était connu en France sous les surnoms de « Petit Rouge » ou de « Diable Rouge » mais depuis ce temps le surnom que lui donnèrent les aviateurs britanniques (the Red Baron, « le Baron Rouge ») a finit par s'imposer dans le monde entier pour se référer à lui, au point de remplacer en popularité son nom authentique. Avec quatre-vingt victoires confirmées, il est l'as des as officiel de la Grande Guerre. Hauptmann dans la célèbre Jasta 11, sa célébrité est liée à celle de son Fokker Dr.I peint d'un rouge vif, ce qui lui valut son surnom.

Il a pour frère cadet Lothar von Richthofen, un autre pilote émérite de l'armée de l'air allemande. Les As de l’aviation de 1914-1918 - Monde. Empruntant la rue Nungesser et Coli tous les jours, j’ai fini par m’interroger sur ce qu’ils avaient fait de remarquable pour figurer sur une plaque.

Les As de l’aviation de 1914-1918 - Monde

Juste un vague souvenir de pionniers de l’aviation des années 1920. Honte à moi ! Le_20parachute_20pendant_20la_20Grande_20Guerre_1. Ballons captifs d'observation - guerre 14-18. Un premier "bond" de l'aviation. A) L’aviation et la guerre (1914-1918) A l’aube de la grande guerre, la France mobilisait, sur le front occidental, 156 avions et l’Angleterre 63, soit un total de 219 appareils.

un premier "bond" de l'aviation

L’Allemagne en possédait 258. Ces avions étaient des monoplans et des biplans dont la vitesse maximale approchait les 120 km/h. Les avions les plus performants plafonnaient à 3000 m. Ces appareils étaient fabriqués en série mais aucun n’était armé. Le premier combat aérien a lieu le 5 octobre 1914, et la victoire revient aux français Quénault et Frantz ayant abattu un équipage allemand.

Le rôle de la chasse, plus spectaculaire, est aussi plus connu. Les ''As'' oubliés de 14-18. Histoire de l'aviation française de la 1ère guerre mondiale. Complémentaires avec le site, Les Cahiers des As Oubliés de 14-18 paraissent quatre fois par an.

Les ''As'' oubliés de 14-18. Histoire de l'aviation française de la 1ère guerre mondiale