background preloader

DM - La laïcité-émancipation-individus-religion ?

Facebook Twitter

346893. Centre d'Authentification de l'Université Paris Ouest.

A lire

Enquête IFOP pour le CNAL - Laïcité. Jean-Louis Bianco doit démissionner de l'Observatoire national de la laïcité. Depuis sa création, l'Observatoire national de la laïcité, sous l'impulsion de son président, Jean-Louis Bianco, n'a cessé de privilégier les accommodements irraisonnables et le repli communautariste au détriment de l’esprit d’une véritable République laïque, diverse et métissée, que dessinent la loi de 1905, aussi bien à travers sa lettre qu’à travers sa philosophie, et l'application stricte des lois de 2004 sur le port des signes religieux ostentatoires à l'école et celle de 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

Jean-Louis Bianco doit démissionner de l'Observatoire national de la laïcité

Les propos d'Elisabeth Badinter déchirent l'Observatoire de la laïcité. Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame (J. Glavany, P. Kessel, F. Laborde, 11 jan. 16) La réaction du Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, par Twitter, à l’interview sur France Inter de Elisabeth Badinter le 6 janvier dernier est à la fois dérisoire, risible et inacceptable.

Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame (J. Glavany, P. Kessel, F. Laborde, 11 jan. 16)

Dérisoire et risible car le travail de ce monsieur en matière de Laïcité n’arrivera jamais à la cheville de celui d’Elisabeth Badinter. Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame, c’est dérisoire et risible. Mais c’est aussi inacceptable car ce monsieur est un fonctionnaire, payé par l’argent des contribuables et tenu au devoir de réserve. Ses propos sur une intellectuelle engagée, respectable et estimable ne sont en rien acceptables.

C’est pourquoi nous décidons de suspendre notre participation aux travaux de l’Observatoire de la laïcité tant que le Rapporteur général ne se sera pas excusé ou qu’il n’aura pas été désavoué. Elisabeth Badinter : "Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe" Un an moins un jour après l'attentat contre Charlie Hebdo, l'équipe du journal satirique avait carte blanche ce mercredi 6 janvier dans la matinale de France Inter, et a notamment fait le choix d'inviter Elisabeth Badinter.

Elisabeth Badinter : "Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe"

L'occasion pour la philosophe de se lancer dans un vibrant plaidoyer pour la laïcité. "C'est affreux à dire, les évènements de novembre ont donné au peuple français une espèce de retour à l'importance de la laïcité", analyse-t-elle. "Je pense que c'est une valeur qu'on nous envie beaucoup dans d'autres pays qui ne l'ont pas, notamment en Angleterre. " Avis laicite et gestion du fait religieux dans lenseignement superieur public definitif. Prise de distance avec l'Observatoire de la Laïcité (KESSEL/LABORDE/GLAVANY) Laïcité : "La loi de 1905 est une loi de liberté" L’affaire de l’agression d’un homme portant une kippa à Marseille a, une énième fois, relancé le débat sur la façon dont la laïcité doit s'appliquer en France.

Laïcité : "La loi de 1905 est une loi de liberté"

En déconseillant le port de la kippa, le président du consistoire israélite de la cité phocéenne a contenté les partisans d’une religiosité strictement cantonnée à la sphère privée, sans aucun signe ostentatoire dans la sphère publique. Pour Jean Baubérot*, fondateur et ancien directeur du "Groupe sociétés, Religions, Laïcités" du CNRS, cette vision dévoie purement et simplement l’esprit de la loi de 1905, celle qui a institué la laïcité en France. La loi de 1905 n’évoque à aucun moment le port de vêtements religieux ou de signes ostentatoire d’une religion. Comment faut-il interpréter cette absence ? Pour aborder la laïcité, il faut rappeler le droit, seulement le droit.

Par Asif Arif, Valentine Zuber, Raphaël Liogier et Marc Cheb Zoun Les polémiques sur la laïcité se multiplient sans pour autant que les Français puissent saisir les enjeux qu’elles impliquent.

Pour aborder la laïcité, il faut rappeler le droit, seulement le droit

Elisabeth Badinter. Elisabeth Badinter : "Je ne pardonne pas à la gauche d'avoir abandonné la laïcité" Marianne : En 1989, lors de la première affaire médiatisée de voile à l’école, à Creil, vous avez, avec quelques autres, lancé dans le Nouvel Observateur un appel à défendre la laïcité.

Elisabeth Badinter : "Je ne pardonne pas à la gauche d'avoir abandonné la laïcité"

Où en sommes-nous un quart de siècle plus tard ? Elisabeth Badinter : Il s’est produit un renversement à gauche sur la laïcité, produit d’une gêne considérable face à la montée de l’islamisme. Tétanisée à l’idée d’être taxée de stigmatisation d’une population d’origine immigrée, la gauche s’est empêchée de traiter cette situation nouvelle, mais pas si différente de l’affrontement avec l’Eglise un siècle plus tôt.

Qu'est-ce que l'Observatoire de la laïcité? FOCUS - Le différend qui oppose le président de l'Observatoire Jean-Louis Bianco et le premier ministre Manuel Valls illustre les clivages qui agitent la gauche au sujet de la laïcité et les limites de cette structure voulue par Jacques Chirac. » Quand l'Observatoire de la laïcité a-t-il été créé?

Qu'est-ce que l'Observatoire de la laïcité?

Cet organisme public existe depuis 2007, créé par Dominique de Villepin, alors premier ministre. Mais c'est seulement en avril 2013 que Jean-Marc Ayrault, premier ministre de François Hollande, l'installe, par un décret publié au Journal officiel, avec davantage de prérogatives. Manifeste pour un Printemps républicain — Printemps Républicain — Medium. Pour nous, la République, c’est ce qui nous est commun.

Manifeste pour un Printemps républicain — Printemps Républicain — Medium

C’est à la fois notre bien commun, notre territoire commun et notre projet commun. Ce n’est ni un simple régime politique ni la projection dans les institutions des opinions et croyances de la société. La République s’incarne dans un double combat : pour l’émancipation de chacun et contre toutes les dérives, assignations ou discriminations identitaires. Pour nous, la laïcité est le ciment du contrat social républicain.