background preloader

A lire

Facebook Twitter

Printemps républicain : intervention de Patrick Kessel (Paris, 20 mars 16) Le nombre et la diversité des signataires du Manifeste pour un Printemps républicain, le nombre des présents ce jour démontrent combien l’attente est grande d’un retour de l’idée républicaine.

Printemps républicain : intervention de Patrick Kessel (Paris, 20 mars 16)

L’histoire retiendra que les attentats barbares de 2015 auront marqué les journées les plus noires de notre pays depuis l’occupation nazie. Les propos d'Elisabeth Badinter déchirent l'Observatoire de la laïcité. Elisabeth Badinter ou le « racisme chic » Mercredi 6 janvier, Elisabeth Badinter tenait les propos suivants au cours de la matinale de France Inter : « Il faut s’accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe, ce qui a été pendant pas mal d’années le stop absolu, l’interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité » Passée la stupeur d’entendre une figure intellectuelle respectée revendiquer son islamophobie (tout comme Michel Houellebecq l’avait fait en septembre dernier dans une interview au Guardian), on peut raisonnablement s’interroger sur les récentes capacités d’écoute de l’auteur de L’Amour en plus.

Elisabeth Badinter ou le « racisme chic »

Il y aurait un « stop absolu » à l’islamophobie ? Une « interdiction de parler » imposée aux islamophobes ? A eux seuls, les derniers ouvrages des auteurs explicitement islamophobes Michel Houellebecq, Eric Zemmour et Alain Finkielkraut dépassent le million d’exemplaires vendus. Dans quel contexte Elisabeth Badinter revendique-t-elle son islamophobie ?

Valls, Bianco, Badinter et la laïcité : ma réponse au Premier ministre. Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 12 janvier 2016 (P.

Valls, Bianco, Badinter et la laïcité : ma réponse au Premier ministre

KOVARIK / AFP). Monsieur le Premier ministre, Le 15 novembre 2015, en réponse aux attentats ayant à nouveau frappé Paris, "Libération" publia la pétition "Nous sommes unis", portée par des personnalités politiques, intellectuelles, associatives, religieuses, de tous horizons. Cet extrait résume l’esprit du texte : "Les terroristes nous ont adressé un message. Nouvelle démission à l’Observatoire de la laïcité. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Françoise Fressoz La crise s’envenime au sein de l’Observatoire de la laïcité où deux conceptions de la place de la religion s’affrontent désormais au grand jour.

Nouvelle démission à l’Observatoire de la laïcité

Jeudi 21 janvier, le juriste Hugues Portelli, sénateur du Val-d’Oise, membre du parti Les Républicains a décidé de démissionner de l’Observatoire en mettant en cause son fonctionnement. Il a fait part de sa décision au président du Sénat en lui demandant de ne renommer personne pour le remplacer tant que l’abcès ne sera pas crevé. « Je ne nommerai personne sans y voir clair » a affirmé Gérard Larcher. Trois autres membres (Jean Glavany, député socialiste des Hautes-Pyrénées, Françoise Laborde, sénatrice PRG de Haute-Garonne et Patrick Kessel, président du comité laïcité République) avaient déjà décidé de suspendre leur participation à l’Observatoire en dénonçant ses méthodes de fonctionnement.

Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité. Pourquoi Elisabeth Badinter a provoqué un clash à l'Observatoire de la Laïcité. L'affaire a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux.

Pourquoi Elisabeth Badinter a provoqué un clash à l'Observatoire de la Laïcité

Jean-Louis Bianco doit démissionner de l'Observatoire national de la laïcité. Depuis sa création, l'Observatoire national de la laïcité, sous l'impulsion de son président, Jean-Louis Bianco, n'a cessé de privilégier les accommodements irraisonnables et le repli communautariste au détriment de l’esprit d’une véritable République laïque, diverse et métissée, que dessinent la loi de 1905, aussi bien à travers sa lettre qu’à travers sa philosophie, et l'application stricte des lois de 2004 sur le port des signes religieux ostentatoires à l'école et celle de 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

Jean-Louis Bianco doit démissionner de l'Observatoire national de la laïcité

La loi du 15 mars 2004, par exemple, contrairement à ce que prétendent, dans leur propagande, les islamistes et leurs alliés, a eu des résultats positifs, protégeant, notamment dans les quartiers populaires, de nombreuses jeunes filles de cette atteinte à leur émancipation et délivrant plusieurs directeurs d’établissement, jadis livrés à eux-mêmes, de problématiques insolubles. La laïcité "en danger" pour plus de 81% des Français, selon un sondage. Plus de huit Français sur dix (81%) jugent que la laïcité est "en danger" et sont favorables à l'interdiction du port du foulard islamique pour les mères accompagnatrices de sorties scolaires, selon un sondage Ifop pour le Comité national d'action laïque (Cnal) publié mercredi.

La laïcité "en danger" pour plus de 81% des Français, selon un sondage

La loi sur la laïcité en question. Alors que la République fête mercredi le 110e anniversaire de la loi de 1905 séparant les Eglises et l'Etat, seuls 48% des sondés jugent ce texte "équitable" (-6 points en dix ans) tandis que 38% l'estiment dépassé (-8 points). Ils sont 59% à le trouver "utile" (-6 points). Plus de huit personnes interrogées sur dix (81%) estiment que la laïcité est plutôt ou tout à fait en danger en France (+23 points en dix ans). Laïcité : nul n'est à l'abri du débat en France.

La pétition lancée par Mohamed Sifaoui et Laurence Marchand-Taillade s'appuie d'une part sur des appréciations subjectives, d'autre part, sur des mensonges quant à la teneur des travaux de l'Observatoire de la laïcité.

Laïcité : nul n'est à l'abri du débat en France

Par exemple, concernant le dernier (accessible en cliquant ici), sur l'enseignement supérieur, nous invitons les lecteurs de Marianne à lire l'avis de l'Observatoire, pour qu'ils constatent d'eux-mêmes qu'il ne nie aucun problème mais qu'il apporte un constat et propose des solutions réalisées avec l'ensemble des acteurs de terrain. Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame (J. Glavany, P. Kessel, F. Laborde, 11 jan. 16) La réaction du Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, par Twitter, à l’interview sur France Inter de Elisabeth Badinter le 6 janvier dernier est à la fois dérisoire, risible et inacceptable.

Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame (J. Glavany, P. Kessel, F. Laborde, 11 jan. 16)

Dérisoire et risible car le travail de ce monsieur en matière de Laïcité n’arrivera jamais à la cheville de celui d’Elisabeth Badinter. Un petit monsieur qui s’attaque à une grande dame, c’est dérisoire et risible. Mais c’est aussi inacceptable car ce monsieur est un fonctionnaire, payé par l’argent des contribuables et tenu au devoir de réserve. Ses propos sur une intellectuelle engagée, respectable et estimable ne sont en rien acceptables. Elisabeth Badinter : "Je ne veux pas qu'on me ferme la bouche avec l'islamophobie" (marianne.net , 6 jan. 16)

[...]

Elisabeth Badinter : "Je ne veux pas qu'on me ferme la bouche avec l'islamophobie" (marianne.net , 6 jan. 16)

"Il faut s’accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe, qui a été pendant pas mal d’années le stop absolu, l’interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité. A partir du moment où les gens auront compris que c’est une arme contre la laïcité, peut-être qu’ils pourront laisser leur peur de côté pour dire les choses. " Invitée un peu plus tard à préciser ses propos, Elisabeth Badinter assume : "On ferme le bec de toute discussion sur l’islam en particulier ou d’autres religions avec la condamnation absolue que personne ne supporte : ’Vous êtes raciste ou vous êtes islamophobe, taisez-vous !’

Et c’est cela que les gens ne supportent plus : la peur, pour des gens de bonne foi, qu’on puisse penser que vous êtes raciste ou anti-musulman fait que vous vous taisez. C’est la meilleure arme qu’on pouvait trouver à l’égard des gens de bonne foi. " 3232 1 annexe file. Code de l'éducation - Article L141-5-1.