background preloader

Collaboratif

Facebook Twitter

De l'intelligence collective à un collectif intelligent. L’avènement de l’informatique a renouvelé le mythe de la machine intelligente.

De l'intelligence collective à un collectif intelligent

Si les films du début du XXè siècle avaient mis en scène ce nouvel être machine, les réalités étaient bien sommaires, jusqu’à l’arrivée de l’informatique et de l’imaginaire collectif qui s’en est emparé. Ainsi la machine détiendrait de l’intelligence. Des langages de programmation comme LISP puis comme Prolog ont montré l’étendue mais auss les limites de l’idée d’une machine intelligente. D’ailleurs les japonais qui y avaient investi des sommes importantes ont ramenés leurs projets à des dimensions raisonnables. Collaboration et culture numérique : disruption. Non, nous ne savons pas vraiment collaborer !

Collaboration et culture numérique : disruption

Posons clairement les termes du problème plutôt que d’envahir l’espace médiatique de discours qui ne se traduisent pas dans la réalité. La sociologie des organisations a mis en évidence le dynamisme et la réussite de celles qui font travailler les gens « en groupe » ou « ensemble ». Mais une littérature abondante scientifique ou non a décliné ce fait en de nombreux termes, acronymes et autres expressions donnant l’impression d’une évidence, d’un incontournable.

HCL Technologies: « Nos employés priment sur nos clients ! » « Nos employés d’abord.

HCL Technologies: « Nos employés priment sur nos clients ! »

Les clients seulement après ! » L’expression est provocante. Elle illustre néanmoins à merveille le nouvelle système managérial mis en place depuis la fin des années 2000 chez HCL Technologies, fameuses société de services informatiques indienne. Le modèle de gestion démocratique de HCL est aujourd’hui unanimement salué par les penseurs modernes du management, tels que Gary Hamel ou Tom Peters. . « Grâce à cette nouvelle culture managérial, affirme Vineet Nayar, CEO de HCL Technologies, la multinationale (3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires, pour 55.000 employés) a connu une croissance plus rapide que nombre de ses pairs, malgré le ralentissement économique des trois dernières années ».

Le poste de travail collaboratif - partie 2... point zéro! Dans la première partie de ce billet, et après s'être libéré des 5 contraintes qui l'empêche d'émerger, le poste de travail collaboratif est vu comme un terminal d'accès aux ressources et espaces partagés par les collaborateurs.

Le poste de travail collaboratif - partie 2... point zéro!

Il leur permet de développer de nouveau modes de collaboration et notamment ceux portés par "l'entreprise 2.0". Le terminal, fixe ou mobile, n'est finalement qu'un moyen d’accès et non un conteneur. Car ce poste est virtuel, en ligne dans un Cloud public ou privé, utilise des ressources interopérables et est personnalisé par rapport aux activités de chacun. Le poste de travail collaboratif en mode agile - Partie 1. Le 16 Mai je suis intervenu à la conférence Webcom à Montréal pour aborder l'évolution du poste de travail en entreprise, tirée par les outils collaboratifs et le développement de l'entreprise 2.0.

Le poste de travail collaboratif en mode agile - Partie 1

Un débat intéressant dont je reprends ici en deux parties, les principales idées de ruptures qui ont été discutées. Partant du constat qu'en quelques années, les principaux outils collaboratifs mis a disposition du grand public comme Facebook (réseau social), Youtube (vidéos), Flickr (photos), Slideshare (présentations), Foursquare (check-in géolocalisés)... atteignent des centaines de millions d'utilisateurs, pourquoi les mêmes partages sociaux, de vidéos, de photos, de document, d'applications géolocalisées demandent, une fois dans l'entreprise, des efforts important d'adoption et parfois échouent tout simplement? Archive du blog De l'intérêt de mettre les tâches aux coeur de la collaboration.

L’email, les outils bureautiques, les applications métier et autres ERP font partie du quotidien des salariés.

Archive du blog De l'intérêt de mettre les tâches aux coeur de la collaboration

Formulé autrement : Les travailleurs du savoir passent la majeure partie de leurs journées devant un écran, et plus spécifiquement sur leur application de messagerie. J’ai déjà eu l’occasion de vous expliquer les limites de l’email et le moyen d’en limiter l’usage (Cinq étapes pour tuer l’email), mais comme la situation est grave, je me permets d’en rajouter une couche. Pour résumer une longue explication, la dynamique collaborative que nous avons connue ces 10 dernières années repose principalement sur les messages. L’email est en effet utilisé pour tout et n’importe quoi : Informer, notifier, planifier, affecter, partager, consolider… Cette situation ne peut plus durer, car l’email utilisé à outrance est non seulement inefficient, mais aussi terriblement stressant. L'Actualité des outils collaboratifs. La fabrique de la confiance.

Le mal-être français est réel.

La fabrique de la confiance

Peut-on se fier à la « société de défiance » ? Recensé : Yann Algan, Pierre Cahuc, La Société de défiance : comment le modèle social s’autodétruit, Éditions de la Rue d’Ulm, coll.

Peut-on se fier à la « société de défiance » ?

CEPREMAP, 2007. La crise globale, financière et économique, déclenchée au printemps 2007 a placé au centre du débat public mondial le thème de la confiance : confiance dans les relations interbancaires, confiance des ménages et des entreprises dans l’avenir, confiance des marchés dans la signature de la puissance publique [1]. Travail collaboratif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Travail collaboratif

La notion de travail collaboratif désigne aujourd'hui un travail qui n'est plus fondé sur l'organisation hiérarchisée traditionnelle, et plus spécifiquement un nouveau mode de travail (éventuellement intégré dans un modèle économique de production) où collaborent de nombreuses personnes grâce aux technologies de l'information et de la communication. Les outils nouveaux permettent de maximiser la créativité et l'efficience d'un groupe associé à des projets d’envergure même si elles sont très dispersées dans l'espace et le temps.