background preloader

Racisme

Facebook Twitter

Quel regard économique sur l’esclavage atlantique ? L’esclavage négrier a-t-il permis l’édification du capitalisme et quelles en sont les conséquences pour les pays africains ?

Quel regard économique sur l’esclavage atlantique ?

Les économistes tendent à se poser la question, même si ce sujet est loin d’être prioritaire dans la pensée économique dominante (libérale). La traite négrière suscite depuis de nombreuses décennies des controverses chez les historiens, notamment depuis la promulgation de la loi Taubira de 2001, reconnaissant l’esclavage négrier comme “crime contre l’humanité”.

Racisme anti-asiatique

Ma réponse aux 14 arguments les plus courants contre le voile. © Trait(s) pour trait(s) Je commence à en avoir un petit peu marre d’user ma salive pour répondre encore et encore aux mêmes arguments contre le hijab.

Ma réponse aux 14 arguments les plus courants contre le voile

Alors toi qui voudrais entamer un énième débat ou me demander de justifier mes croyances et mes choix personnels, lis ceci, ça nous fera peut-être gagner du temps à tou-te-s les deux. 1) Je n’aime pas le voile. Ok, d’accord. Blackface. Islamophobie. PFR : Racisme et définition de soi. Ça faisait un moment, non?

PFR : Racisme et définition de soi

Je suis contente de vous présenter ce témoignage de Joanne Tatham. Joanne tient un blog qui traite de simplicité, intitulé Vie Simple. Ignorance ou racisme? Ou quand le premier reflète le second. Je me retrouve plus souvent à parler de racisme que de sexisme dénué de ce premier, parce qu’il me semble qu’il y a plus de voix pour défendre le féminisme.

Ignorance ou racisme? Ou quand le premier reflète le second.

Beaucoup moins pour défendre l’antiracisme dans une perspective féministe. Donc voici un énième article sur ce thème. Aujourd’hui, je voulais répondre à l’une des critiques qu’on nous adresse souvent, quand on pointe une attitude raciste. Limites et mérites de la tolérance. A l’heure où l’appareil d’Etat, aux mains de la gauche, poursuit une politique intensive de rafles de roms et de sans-papiers, d’arrestations et d’expulsions de lycéens, de chasses aux voilées, à l’heure où des injures négrophobes et islamophobes sont proférées par une ministre socialiste, à l’heure où une campagne gouvernementale appelle à s’unir uniquement « contre la haine » et pas contre le mépris et la discrimination, à l’heure où la promesse des récépissés contre le contrôle au faciès a été jetée à la poubelle, à l’heure où le ministère de l’Intérieur conteste l’existence même des contrôles au faciès, et fait appel contre une condamnation judiciaire de contrôles discriminatoires avérés, à l’heure où Laurent Joffrin lance dans Libération une ahurissante campagne de recadrage idéologique et de rappel à l’ordre contre des collectifs comme le CCIF, Mwasi ou Stop le contrôle au faciès, un retour critique nous a paru nécessaire sur ce que nous appelons l’antiracisme d’Etat.

Limites et mérites de la tolérance

Critique de la raison nègre, de Achille Mbembe. De tous les humains, le Nègre est le seul dont la chair fut faite marchandise.

Critique de la raison nègre, de Achille Mbembe

Au demeurant, le Nègre et la race n’ont jamais fait qu’un dans l’imaginaire des sociétés européennes. Depuis le xviiie siècle, ils ont constitué, ensemble, le sous-sol inavoué et souvent nié à partir duquel le projet moderne de connaissance – mais aussi de gouvernement – s’est déployé. La relégation de l’Europe au rang d’une simple province du monde signera-t-elle l’extinction du racisme, avec la dissolution de l’un de ses signifiants majeurs, le Nègre ? Ou au contraire, une fois cette figure historique dissoute, deviendrons-nous tous les Nègres du nouveau racisme que fabriquent à l’échelle planétaire les politiques néolibérales et sécuritaires, les nouvelles guerres d’occupation et de prédation, et les pratiques de zonage ? Les gens et le racisme, un problème d’égo. On en parlait avec @mrsxroots, et ça m’a donné envie de faire un court post dessus (du moins, je vais essayer de faire court).

Les gens et le racisme, un problème d’égo

Les gens ont un problème avec le racisme. Déjà, ils ont un problème de définition. Et de ce problème de définition, ils ont face à celui-ci une attitude manichéenne, où il y aurait d’un côté les vilains racistes méchants pas-beaux, comme ces gens du FN (Bouuuh!) Et de l’autre, les gentils gens tous antiracistes qui voient pas les couleurs et qui ont des amis noirs d’abord (ou qui sont eux-même noirs!). Et quand vous dites à quelqu’un qu’il est raciste, voilà ce qu’il comprend : « Quoi!?