background preloader

Pédagogie numérique

Facebook Twitter

What Is Generation Z, And What Does It Want? Poor Generation Z.

What Is Generation Z, And What Does It Want?

The oldest members of this cohort are barely 18 and they’re already getting a bad rap. Media and market research companies have labeled them "screen addicts" with the attention span of a gnat. And the pressure: They only have the weight of saving the world and fixing our past mistakes on their small shoulders. Really? While generational research is an inherently messy process—older generations study "the kids" to figure them out—much of the recent research is awash in normative preconceptions, biases, and stereotypes. My firm Altitude set out to dig below the surface to understand not only what Gen Z were doing but why—in their own words.

What we learned was surprising. 1: It’s not an attention problem, It’s an 8-second filter The recent headline-grabbing studies suggest that Gen Z attention spans have shrunk to eight seconds and that they’re unable to focus for extended amounts of time. 2: They’re not screen addicts, They’re full-time brand managers. The Space In Between. L'école numérique.

La stratégie pour faire rentrer l'école dans l'ère numérique vise à développer un écosystème global de l'e-Education, depuis les contenus et services jusqu'au matériel.

L'école numérique

Elle s'appuie sur la mobilisation coordonnée des différents acteurs pour mettre en place les conditions optimales d'un développement harmonieux et efficace des usages, des ressources, des équipements, des infrastructures, de la formation des enseignants et des compétences numériques des élèves. Le PLAN NUMÉrique à l'école. Différencier avec le numérique ? La différenciation est à la mode ?

Différencier avec le numérique ?

Le numérique est-il la nouvelle clé pour faire avancer le système éducatif sur de nouveaux chemins éducatifs qui prennent davantage en compte les personnes ? Les scientifiques qui se penchent sur la sociologie de l'école montrent pourtant que c'est d'abord l'individualisme qui émerge avant le souci de la différenciation. A l'instar de Robert Ballion qui dès les années 1980 le mettait en évidence (stock 1990), les consommateurs d'école sont devenus de plus en plus nombreux.

Pégagogie numérique. Numérique et enseignement - le numérique en langues vivantes. Lu dans les textes officiels.

numérique et enseignement - le numérique en langues vivantes

Rubrics - Bloom's Digital Taxonomy. Taxonomie OutilsTIC 3. L’illectronisme, nouvelle grande cause nationale? Selon une étude de l'Insee parue en décembre dernier, la France compte 2,5 millions de personnes illettrées. 7% des adultes de 18 à 65 ans ayant été scolarisés en France, mais ayant perdu les acquis de base, souffrent de ce handicap.

L’illectronisme, nouvelle grande cause nationale?

C’est pourquoi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a officiellement érigé l’illettrisme grande cause nationale 2013 le 1er mars dernier. Or, outre la lecture, l’écriture ou le calcul, une autre compétence clé —selon les termes de l’Union Européenne— est apparue il y a quelques années: la maîtrise des technologies de l'information et de la communication. Si ceux qui lisent ces lignes ne sont, à priori, pas concernés, une partie non négligeable de la population souffre de ce que l’on appelle «l’illectronisme». La première occurrence du terme serait à attribuer à Lionel Jospin lors d’un discours à Hourtin, en Aquitaine, le 26 août 1999: Générations X, Y, Z ! La révolution cognitive. Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain).

La révolution cognitive

Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité - en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations - : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie. Cela replace les choses dans une échelle temporelle intéressante.

Mais si on perd, on gagne. La perte de mémoire, selon Michel Serres, est compensée par le fait d’être libéré de l’écrasante obligation de se souvenir. Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde". Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque.

Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde"

Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres.

Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur. Avec un constat pareil, un autre que lui serait grognon et inquiet. Serres est un optimiste impénitent. Numérique. Pédagogie Numérique.