background preloader

Open Access

Facebook Twitter

Le rôle transformateur des prépublications dans la communication scientifique. L’objectif du rapport du Knowledge Exchange (KE) Accelerating scholarly communication – The transformative role of preprints est d’explorer la place des prépublications du point de vue des différentes parties prenantes – chercheurs, organismes de recherche, organismes de financement de la recherche et prestataires de services. Il couvre différents champs : les avantages et usages pour les chercheurs, y compris les mesures incitatives et dissuasives ;l’attitude des organismes de recherche et des bailleurs de fonds de la recherche ;les valeurs, stratégies et objectifs des prestataires de services. Selon les auteurs, cinq messages sont à retenir de cette étude : Ce rapport final fait suite au rapport The evolving preprint landscape, datant de 2018.

Et à un article, publié au printemps 2019 : Are preprints paving the way to science in real time? Cet article est disponible en français : Les prépublications ouvrent-elles la voie à une science en temps réel ? Projet d’accord Elsevier : quelle proportion de postprints en Open Access au bout de 2 ans ? – Carnet'IST. Les conditions d’abonnement à la base ScienceDirect d’Elsevier pour 2019-2022 ont été renégociées par le consortium Couperin et l’accord de principe émanant de Couperin adressé à Elsevier a été dévoilé le 16 avril 2019.

Cet accord inclut notamment une diminution de 13% sur le prix d’abonnement et une remise de 25% sur les frais de publication en accès ouvert (APC). Il inclut aussi un volet “Green Open Access” assez intriguant ; en effet le postprint (manuscrit auteur accepté) des chercheurs des institutions abonnées à ScienceDirect sera mis à disposition automatiquement en streaming par Elsevier au bout de 12 mois sur ScienceDirect, puis, sans que l’on sache comment, au bout de 24 mois sur HAL ou une autre archive ouverte. Le projet d’accord indique en effet : “Les fichiers seront fournis au format PDF et intégrés à une dark archive et pourront être ouverts publiquement et exposés 24 mois après la date de publication.” Constitution d’un corpus test de références.

Elsevier peut-il interdire les liens hypertexte vers Sci-Hub. Vendredi dernier, le site BoingBoing expliquait que l’éditeur international Elsevier a adressé une plainte au site Citationsy (un outil de gestion des références bibliographiques à destination des chercheurs) pour la simple raison qu’il contenait des liens hypertexte vers le site Sci-Hub. L’affaire n’a cependant pas tardé à tourner au ridicule pour Elsevier, car on a appris le lendemain que des revues scientifiques distribuées par l’éditeur contenaient elles-même… de nombreux liens hypertexte vers des contenus de Sci-Hub !

Cette histoire n’en soulève pas moins une question juridique intéressante et comme elle m’a déjà été posée dans un contexte professionnel, il n’est sans doute pas inutile de l’examiner dans un billet de blog : est-ce que, dans l’absolu, Elsevier peut interdire de faire des liens hypertexte vers le site Sci-Hub en se fondant sur des arguments juridiques valables ? Pour répondre, je vais me placer dans le cadre du droit applicable au sein de l’Union européenne. Revues en open access : les bibliothécaires plus concernés que jamais ?

Après avoir exercé comme journaliste dans les affaires européennes, Marie Herbet est élève-conservatrice à l’Enssib. Elle a accompagné le développement du portail de revues en open access porté par la BU de Lyon 3 à l’occasion d’un stage en 2018. « Le pilotage de publications par la communauté académique ne signifie rien si l’on ne reconnaît pas que l’acte de publier est profondément politique. Comme l’est aussi le fait de choisir à qui l’on donne accès à ce qui est publié. »[1] Le modèle éditorial dominant issu des majors de l’édition scientifique a paradoxalement conduit les bibliothèques à se soumettre à des schémas contraires à ce que l’on attendrait d’elles : diffusion restreinte des savoirs, acquisition de bouquets imposés de ressources numériques et déséquilibre de la répartition des dépenses au détriment de la bibliodiversité.

. [1] GUYNES-VISHNIAC, Sean. . [3] Library publishing directory, 2019. . [4] Réseau de pépinières de revues scientifiques. Open Access : Bras de fer mondial dans les négociations avec les éditeurs. En février dernier, l’Université de Californie annonçait l’échec des négociations avec Elsevier et la rupture d’accès aux ressources de cet éditeur. Ce n’est pas la première université Nord-Américaine à mettre fin aux abonnements groupés aux revues de grands éditeurs - ou à menacer de le faire - mais l’exemple de l’Université de Californie est important car elle représente un volume conséquent des publications aux Etats-Unis. En mars, c’était au tour des institutions norvégiennes de dénoncer les accords avec Elsevier, pour des raisons similaires, et de décrire les principes directeurs dorénavant applicables à toutes leurs négociations : Les articles des auteurs correspondants norvégiens sont librement accessibles au moment de la publication.

La publication en libre accès n'augmente pas les coûts totaux. Les institutions dépensent actuellement des sommes importantes pour leurs abonnements et payent en plus des frais de publication pour permettre le libre accès à leurs publications. S’orienter dans les ressources en open access avec ISIDORE, OpenAIRE et BASE. Aujourd’hui, nous vous proposons d’explorer une plateforme, une base et un moteur de recherche qui vous permettront de vous orienter au mieux dans les ressources en libre accès. ISIDORE est une plate-forme de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS). Ouverte à tous et en particulier aux enseignants, chercheurs, doctorants et étudiants, elle s’appuie sur les principes du web de données et donne accès à des données en accès libre (open access).

ISIDORE est une réalisation de la très grande infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num (Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Aix-Marseille Université, Campus Condorcet). Elle contient actuellement près de 6 millions de références. C’est un excellent outil exploitant les techniques de moissonnage et d’interopérabilité. OpenAIRE OpenAIRE offre également un panel de services en fonction du profil d’utilisateur (chercheur, fournisseur de contenus, …). Open access et Open science en débat. 1 Les textes de ces déclarations sont accessibles sur le site (...) 1Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la communication scientifique ne cesse de se repenser dans un contexte numérique étroitement associé à un monde de plus en plus ouvert : archives ouvertes de chercheurs, revues électroniques sans barrières d’accès, mutation progressive des offres éditoriales. Confrontées à des coûts inflationnistes de revues STM, les bibliothèques ont joué un rôle majeur pour refonder les modalités de cette communication scientifique.

Le mouvement open access aux résultats de la recherche s’est consolidé par des déclarations politiques fondatrices au début des années 20001. À partir de 2012, une nouvelle ère a suivi qui croisa les crises économiques et financières et dans un tel contexte, l’accès ouvert aux résultats de la recherche financée sur fonds publics fut progressivement associé à l’enjeu de l’innovation. CNRS : Message d’Alain Schuhl , directeur général délégué à la science. Chères et chers Collègues, Dans le cadre du développement de la science ouverte, nous avons décidé de donner une forte impulsion au dépôt des publications scientifiques dans notre archive ouverte HAL.

Ainsi, pour la prochaine campagne 2019, la rubrique « publications scientifiques » de CRAC sera alimentée uniquement par le flux HAL, sans qu’il ne soit possible de la modifier. La DIST avec l’INIST et le CCSD, et les correspondants IST des instituts du CNRS, seront disponibles pour aider à mettre les publications à jour dans HAL. En ce qui concerne le RIBAC utilisé essentiellement pour les SHS, la campagne 2019 ayant déjà débutée, cette mesure sera appliquée à partir de la campagne 2020.

Il est toutefois important que vous incitiez aussi les chercheuses et chercheurs SHS à enregistrer et déposer leurs publications dans HAL. Je vous demande de bien vouloir de relayer le message ci-dessous aux chercheuses et chercheurs du CNRS et vous remercie de l’attention que vous portez à ce dossier. Open access et SHS : Controverses. 1Peut-on être contre l’Open Access (OA) ?

Qui serait contre l’idée de pouvoir accéder librement à toutes les connaissances disponibles ? Cette vision nous rapproche inévitablement de la maxime fondatrice de Google qui, par ailleurs, en début 2014, vient d’être classé comme la deuxième capitalisation boursière mondiale, derrière Apple… Philanthropie ? Idéologie utopique ? Sacrifice des acteurs producteurs de contenu au profit des acteurs de la technologie ? À qui profite l’OA ? 2Une certaine prise de recul est nécessaire afin de mesurer les risques que l’impératif du libre accès peut faire courir aux équilibres et aux dynamiques en place dans la production éditoriale de nombreux champs scientifiques, somme toute de qualité, diversifiée et intéressante. 1.1. 1 Les textes de référence sont accessibles sur le blog de l’INIST : < 5L’OA est-il devenu illisible au fil du temps ? 1.2. 1.3. 2.1. 14 Au sein même des champs STM, R. 2.2. 3.1. 3.2. 3.3. 3.4. 4.1. 4.2. Sorbonne Université - fact sheets.

Comment récupérer son postprint sur une plateforme éditeur | ENPC. La loi pour une République Numérique vous autorise à déposer le postprint de votre article dans un entrepôt en accès ouvert au bout de 6 mois (pour les Sciences, Techniques et Médecine) ou 12 mois (pour les Sciences Humaines et Sociales). Si vous n’avez pas conservé le postprint et que vous êtes auteur correspondant, vous pouvez le récupérer sur le portail de l’éditeur auquel vous l’avez soumis. Chaque éditeur utilise un outil de publication différent : the Open Access Button a publié le guide Direct2AAM pour vous aider à vous y retrouver. Elsevier, SpringerNature, Wiley, Taylor & Francis Background Tool: Editorial ManagerOther names: EMOwned by: ElsevierOften used by: Taylor & Francis, SpringerNature, Wolters Kluwer, Wiley, University of Chicago Press. Complete list. Instructions for authors Find your journal submission page.

Nature, APS, AGU, SIAM Important Note: Nature have their own version of this known as Manuscript Tracking System. Find your journal submission page. Generic.