background preloader

Conseils aux doctorants

Facebook Twitter

Le jour d’après | Ici et là. Ça y est. J’ai soutenu ma thèse. Comme tout moment attendu, rêvé, fantasmé pendant des semaines (si ce n’est des années…), la réalité est toujours différente. Et une fois encore, je ne suis pas vraiment ce que tout le monde me met dans la bouche (« tu dois être soulagée », « tu dois te sentir vide »), peut-être, tout simplement, parce que je n’en suis pas encore là. La veille, une amie m’a envoyé cette petite histoire en émoticônes pour annoncer ce que pourraient être cette journée ainsi que la soirée qui la précédait : A part le flamenco, c’est exactement ça. Le pot de thèse est un grand moment, qui, comme souvent, n’est que la succession de phrases à la volée, de sourires, d’embrassades souvent brèves. Merci à tou·te·s celles et ceux qui ont ensoleillé ce 28 janvier. 3 ans de thèse en 180 secondes : la dictature du pitch. Survivre à la rédaction de sa thèse.

Doctorat à la loupe – Association Nationale des Docteurs. Doctorants : retourner à l'école pour transmettre le goût des sciences. À une époque où les informations sont disponibles en quantité grâce au numérique, il est parfois facile de s’y noyer, et pourtant, la culture scientifique fait partie du bagage essentiel du citoyen éclairé. Notre système éducatif doit à ce titre nous donner à tous les capacités d’appréhender ce thème de manière critique. Mais que reste-t-il des multiples connaissances acquises sur les bancs de l’école en biologie, chimie ou physique, si l’on s’est contenté de copier des leçons et de bachoter pour un contrôle ? En s’investissant dans des projets concrets, les élèves expérimentent le plaisir de découvrir et, en menant leurs propres recherches, développent une vraie familiarité avec des domaines qui pourraient sembler arides au premier abord. C’est sur cette conviction que nous avons lancé en 2017 le programme « Retour à l’école ». Dialogue et créativité Recherche citoyenne Cela a donné lieu à des activités dépassant nos premières attentes.

Le français perd-il du terrain dans les thèses de doctorat ? La loi Toubon du 4 août 1994 fait du français la langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Elle impose le français mais n’interdit pas l’usage d’autres langues. Dès sa promulgation, des exceptions ont été introduites pour l’enseignement supérieur et la recherche, afin de faciliter les échanges scientifiques et les cursus internationaux. La loi Fioraso du 22 juillet 2013 en modifiant la liste des exceptions possibles a suscité, à l’époque, un débat très vif entre défenseurs du rayonnement de la culture et de la langue française et défenseurs de la visibilité de la recherche française dans une mondialisation principalement anglophone. Deux ans après, cette question reste toujours sensible. Quelle est la réalité des pratiques ? Les thèses de doctorat font l’objet d’un dépôt légal et sont référencées sur les bases de données bibliographiques.

En 1987, moins de 3 % des thèses de doctorat sont rédigées dans une autre langue que le français. Et demain ? Droits et responsabilités | Étudiants actuels. UDL - Lutte contre le plagiat à l'Université de Lyon. Zoom sur ORCID et DOI. Signature des publications scientifiques : les bonnes pratiques. Lorsque vous rédigez un manuscrit en vue de publier les résultats de votre recherche dans une revue scientifique, vous devez considérer que sont auteurs de droit tous ceux qui : ont joué un rôle substantiel dans la conception du projet et du protocole expérimental, dans l’élaboration des résultats, et/ou dans l’analyse et l’interprétation des résultats ont participé à la rédaction de l’article ou ont effectué une relecture correspondant à un apport significatif au niveau du contenu intellectuel approuvent explicitement la version finale du manuscrit, à la fois le contenu scientifique et la liste des signataires, et engagent ainsi directement leur responsabilité - une exigence également des éditeurs Ces règles de signature s’appliquent indépendamment de toute considération de statut, et restent valables si vous avez changé entre temps de laboratoire.

Ceux qui ont contribué au travail sans répondre aux trois critères devront être remerciés en fin d’article, avec leur accord. Dans quelles revues puis-je publier? – Lab & doc. Dans les laboratoires, j’entends depuis plusieurs années des questions (plaintes?) Récurrentes au sujet des revues scientifiques en architecture: mais où peut-on publier? Il n’y a pas de revues scientifiques en archi!

Je ne sais pas comment les trouver! Au secouuuuuuuuurs! C’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans un petit inventaire des revues en architecture et urbanisme… Six mois plus tard est née, non sans transpiration, douleur et souffrance, une liste de près de 300 revues dans les domaines de l’architecture, l’urbanisme, la géographie… Pour en arriver à ce résultat, j’ai fusionné plusieurs listes existantes: la liste de l’HCERES dans le domaine Géographie-Aménagement-Urbanisme et des listes personnelles de chercheurs. La liste que je vous propose dans cet article n’est pas exhaustive, elle n’est pas immuable non plus. Liste des revues scientifiques en Architecture, urbanisme et géographie, version PDF À vous de jouer! Préparer l’après-doctorat | Jeunes Chercheurs TELEMME. Petit guide à destination des doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s (par Anne Montenach, directrice adjointe de l’UMR 7303 TELEMMe) Pour les offres d’emploi à l’Université – Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), Professeur agrégé à l’Université (PRAG), Professeur certifié à l’Université (PRCE), Maître de conférences… –, consulter le site Galaxie : Il est recommandé de s’inscrire à la liste de diffusion des mails d’alerte lorsque paraît un poste correspondant à ses intérêts signalés et de vérifier chaque année son inscription effective.

Cette procédure est particulièrement importante pour les postes paraissant « au fil de l’eau » (i.e. hors du calendrier habituel). 1. La campagne annuelle de recrutement se déroule entre fin janvier et début juillet. Attention : certaines universités ne passent pas par Galaxie ; il faut donc surveiller régulièrement leur site. 2. Candidature En France : Les jeunes chercheur.e.s dans la course aux publications | Jeunes Chercheur.e.s Asie. Journée méthodologique des jeunes chercheur.e.s du GIS AsieMercredi 6 Juin 2018 Compte-rendu de la journée “Les jeunes chercheur.e.s dans la course aux publications” Comment publier un article scientifique?

Dans quelle revue publier? Quand et où publier sa thèse? En anglais ou en français? Avec la participation de: Mathilde Lefebvre, éditrice de la revue Moussons Thionois, éditrice de la revue Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines (EMSCAT) Madavan, membre du comité de rédaction de la revue Carnets de Géographes Conseil n°1: Prendre le temps La publication est une étape essentielle de la carrière, traversée de tensions: chacun.e éprouve la nécessité d’être publié rapidement, pourtant la publication se fait sur un temps long.

Conseil n°2: Cibler la revue Bien cibler le champ disciplinaire et géographique. Conseil n°4: Soigner la forme. Biologiste, un métier passé au microscope. Lundi Début de semaine : comme tous les matins, je fais le tour de mes mails et regarde les articles sortis la veille (les flux RSS = la vie). Coup d’œil à mon agenda : quelles expériences sont prévues pour cette semaine ? Isolation de monocytes (un certain type de globules blancs) demain, parfait, il faudra aller chercher du sang cet après-midi au centre de don du sang de la ville. Et transformation de bactéries pour exprimer mon plasmide (c’est-à-dire faire entrer un plasmide, petit bout circulaire d’ADN, dans des bactéries « gentilles » et attendre qu’elles me le multiplient), à faire en rentrant de la clinique. En attendant, je vais prendre soin de mes cultures de cellules et lire un article scientifique (ma liste est longue comme le bras, autant lire un peu quand c’est possible).

Mardi Mes bactéries ont bien poussé cette nuit, je vais pouvoir les faire se multiplier dès ce soir (extraction de mon plasmide demain). Mercredi Mercredi matin, c’est séminaire. Doctorants, nous ne sommes pas d’éternels étudiants ! Pendant que leurs camarades de promo multiplient les envois de CV et quittent définitivement les bancs de la fac pour un poste en entreprise, les diplômés de master qui ont choisi de poursuivre leur parcours en thèse renouvellent quant à eux leur carte d’étudiant. Mais, derrière la formalité administrative, gare aux faux-semblants.

Si les chercheurs en herbe vont continuer à fréquenter amphis et bibliothèques, le doctorat marque une rupture avec la vie étudiante qu’ils ont connue auparavant. Ces trois à cinq années ne sont pas seulement un tremplin vers l’emploi mais une expérience professionnelle en soi. Une place dans l’industrie Le « thésard » est généralement imaginé comme un étudiant enfermé entre quatre murs, engloutissant tous les ouvrages et articles qu’il lui est possible de trouver sur son sujet de recherche.

Si cette représentation est très populaire, elle ne traduit qu’une partie de la réalité. De l’enseignement au conseil Compétences « hors catalogue » Prise de notes : faut-il privilégier le stylo ou le clavier ? Cette chronique est dans la droite ligne et se nourrit des recherches et rencontres publiées sur mon site Les cahiers de l’imaginaire. Lorsqu’il s’agit de lire ou de prendre des notes, papier et écran ne logent pas à la même enseigne.

Lorsque nous lisons, si la longueur du texte ne dépasse pas une page ou, en d’autres termes, si le texte n’a pas besoin d’être déroulé à l’écran, il n’y a aucune différence de compréhension entre les deux supports. Toutefois lorsque le texte dépasse les 500 mots, le recours aux outils de navigation entame la qualité de la compréhension. Certaines études précisent toutefois que le papier et l’écran sont sur un pied d’égalité lorsqu’il s’agit d’évaluer la compréhension générale d’un texte, quelle que soit sa longueur, si on n’exige pas du lecteur de fournir un compte rendu détaillé ou nuancé. Cela est particulièrement vrai pour les adolescents confrontés à des textes longs et complexes. Conceptualisation Qu’en est-il de la prise de notes ? Révisions.