background preloader

Homosexualité en afrique

Facebook Twitter

Il boit un Baileys et est déclaré coupable d'homosexualité. Au Cameroun, l'homosexualité est un crime puni d'une amende et d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 5 ans.

Il boit un Baileys et est déclaré coupable d'homosexualité

En vertu de l'article 347 bis du code pénal du pays africain : "les relations sexuelles entre deux personnes de même sexe" sont interdites par la loi. Pas besoin d'aller jusqu'à la "relation sexuelle", puisqu'il a suffi à un homme de boire un verre d'alcool pour être accusé d'homosexualité. Le breuvage en question ? Du Baileys, une liqueur à base de whisky irlandais et de crème, venue de Dublin. RDC : la vie des homosexuels entre ombre et lumière. Un Kinois de 25 ans qui dit avoir découvert son homosexualité pendant son adolescence.© AFP Mal dans leur peau ou bien dans leurs baskets, les gays et lesbiennes préfèrent rester discrets en RDC, l'un des rares pays d'Afrique qui ne pénalise pas l'homosexualité.

RDC : la vie des homosexuels entre ombre et lumière

Dida, coiffeur ayant pignon sur rue à Kinshasa, dit n'avoir aucun complexe. "Mes propres parents m'ont accepté tel que je suis, les autres, je n'en ai rien à foutre ! ", lâche-t-il avec assurance. À l'inverse, Arthur - les prénoms ont été changés -, basketteur de 30 ans qui ressent "beaucoup plus de plaisir avec les hommes", est tétanisé par la perspective du rejet. En RDC, la loi ne condamne pas l'homosexualité et contrairement à ce qui peut se passer dans des pays à la législation homophobe, le programme gouvernemental de lutte contre le sida prévoit un volet de prévention à destination de la population homosexuelle. Loi antigays en Ouganda: la chasse aux sorcières médiatiques est de retour. Quels pays condamnent l'homosexualité ?

L'Ouganda déclare la guerre aux homosexuels. Au risque d’irriter son allié américain, le président ougandais Yoweri Museveni a promulgué lundi une loi controversée durcissant la répression de l’homosexualité, disant rejeter les diktats de l’Occident.

L'Ouganda déclare la guerre aux homosexuels

«Le président vient de signer la loi anti-homosexualité (...) la loi entre de ce fait en vigueur», a déclaré à l’AFP une porte-parole de la présidence, Sarah Kagingo. Les relations homosexuelles sont déjà passibles de la prison à vie en Ouganda mais cette législation, adoptée à une écrasante majorité le 20 décembre par le Parlement, interdit notamment toute «promotion» de l’homosexualité et rend obligatoire la dénonciation de quiconque s’affichant homosexuel(le).

Des ONG internationales ont appelé les partenaires de l’Ouganda à reconsidérer leur aide et, lundi, le Danemark a annoncé qu’environ 6,3 millions d’euros d’aide à des agences gouvernementales ougandaises seraient redirigés vers des initiatives du secteur privé et des ONG et qu’il en serait ainsi à l’avenir. Loi antihomosexualité : « Un triste jour pour l'Ouganda » «La criminalisation de l'homosexualité gagne du terrain en Afrique»#xtor=AL-155#xtor=AL-155#xtor=AL-155. INTERVIEW - Pour Dorothée Delaunay, d'Amnesty International France, la législation sur le continent élargit de plus en plus le champ des infractions liées à l'homosexualité.

«La criminalisation de l'homosexualité gagne du terrain en Afrique»#xtor=AL-155#xtor=AL-155#xtor=AL-155

Après la promulgation la veille d'une loi durcissant la répression de l'homosexualité dans le pays, un journal ougandais a publié mardi une liste de 200 personnes qu'il dit être homosexuelles. Une chasse aux sorcières qui atterre les défenseurs des droits LGBT, mais qui n'est pas une exception. Le mois dernier déjà, le Nigeria avait promulgué une loi prévoyant 10 ans d'emprisonnement contre les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation. Selon un rapport d'Amnesty International publié en juin 2013, l'homosexualité reste passible des tribunaux dans près de trois quarts des 54 pays africains. Une criminalisation qui a des conséquences graves sur la santé publique, explique Dorothée Delaunay, responsable de la commission Orientation sexuelle et identité de genre pour l'ONG Amnesty International France.

L'homosexualité, un crime dans de nombreux pays d'Afrique et du Moyen-Orient. Le Nigeria promulgue une loi interdisant l'homosexualité. La loi, adoptée à l'unanimité par les parlementaires nigérians en mai dernier, prévoit notamment une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel.

Le Nigeria promulgue une loi interdisant l'homosexualité

Le président nigérian Goodluck Jonathan a promulgué une loi interdisant explicitement les unions entre personnes de même sexe et restreignant les droits des homosexuels, a affirmé Reuben Abati, son porte-parole, lundi 13 janvier. La loi, adoptée à l'unanimité par les parlementaires nigérians en mai dernier, prévoit une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel et 10 ans d'emprisonnement pour les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation. >> Voir la carte : L'homosexualité, un crime dans de nombreux pays d'Afrique et du Moyen-Orient Elle été approuvée par le président parce qu'elle « correspond aux croyances culturelles et religieuses » des Nigérians, dont « plus de 90 % (…) sont opposés au mariage entre personnes de même sexe », a fait valoir M. Abati.