background preloader

Lyon prjpt

Facebook Twitter

VIDEO. Emission spéciale - Musée des Confluences - France 3 Rhône-Alpes. Musée des confluences Fier vaisseau solidement amarré sur la pointe sud de Lyon, là où la Saône se jette dans le Rhône-Alpes, première vision des visiteurs qui traversent la ville dans l'axe nord-sud, le futur musée des confluences est quasiment achevé. Première visite vendredi à 9h50. Par Kathleen Garon Publié le 24/06/2014 | 08:25, mis à jour le 24/06/2014 | 08:30 Les travaux du Musée des Confluences ont débuté à Lyon en 2006. Au fil des ans, le projet ambitieux initié par le Conseil Général du Rhône pour abriter les collections du Musée Guimet d'Histoire Naturelle s'est transformé en cauchemar. Travaux interrompus, budget qui explose, rumeurs sur la stabilité du bâtiment… Les Lyonnais désespèrent de mettre les pieds dans ce nouveau musée des sciences et des sociétés. © Capture écran film Musée des Confluences Mais depuis quelques mois, la construction prend forme.

Vous entrerez à l'intérieur du Musée Guimet, fermé depuis 2007. Wolf D. Confluence ou comment les amateurs de bouchons ont résolu leur problème de transit. Un examen de la configuration urbaine de l’hyper-centre lyonnais montre que le quartier de La Confluence, jusqu’alors appelé «derrière les voûtes» par les Lyonnais, s’apparentait plutôt à une banlieue séparée du centre, non par l’enceinte de Thiers mais par le fameux, fumeux et enfumé «centre d’échanges de Lyon-Perrache». Ce «centre d’échanges», inauguré en 1976, constitue l’immense système digestif des différents transits lyonnais avec une capacité de traitement digne de la Brasserie Georges, capable d’avaler la jonction de deux autoroutes (A6 et A7) dans le prolongement du tunnel de Fourvière, le tram, le métro, le bus, les TER, les TGV sans compter une bonne partie du transit local Est/Ouest : gaz, encombrements, remontées acides, ballonnements, constipation, sensation de somnolence, lourdeur digestive ?

D’aucuns le savent, les Lyonnais savent digérer plats en sauce et charcuteries des plus grasses. Mais pour passer de l’autre coté des voûtes «on s’en voyait drôlement !» *. Musée des Confluences à Lyon : une architecture audacieuse signée Coop Himmelb(l)au. Le Département du Rhône, maître d’ouvrage En tant que maître d’ouvrage, le Département du Rhône a imaginé le concept, décidé des orientations, conçu la programmation et assure le financement. Le musée des Confluences illustre également les valeurs portées par le Département parmi lesquelles le souhait de rester ouvert sur le monde, la volonté d’innover et le devoir de solidarité. C’est pourquoi le musée des Confluences sera un lieu de rassemblement pour tous, où chacun y trouvera, à sa convenance, pédagogie et plaisir, enseignement et détente, culture et citoyenneté.

Un geste architectural fort En 2001, la conception du musée des Confluences a été confiée à l’agence autrichienne Coop Himmelb(l)au, réputée dans le monde entier pour ses bâtiments à l’architecture déconstruite. L’ensemble repose sur un socle, qui abrite les ateliers de production, les auditoriums et les espaces d’accueil des groupes. Le Nuage - L’étendue métal / inox Le Cristal - L’ouverture vers le monde. Lyon Confluence, Collombarium à la com' Voyage organisé. Départ Paris - Gare de Lyon, arrivée Lyon-Perrache. Par delà les voûtes*, la prostitution. Image d’Epinal. A moins que... «Pratique de la débauche pour des motifs plus ou moins intéressés», dixit le dictionnaire. Amplia est la dernière des filles objet de cette attention. La «presse nationale», parapluie à la main, file tout droit vers l'espace d'informations de Lyon Confluence ; un joyeux bordel ! En préambule, un panégyrique sur les attributs du quartier.

Une heure durant, la leçon : 'fait ceci', 'fait cela'. Aux dernières nouvelles réchauffées : Herzog & de Meuron. Les Suisses envisagent même l'érection monumentale de deux tours... qu'ils se réservent ? Et puis Amplia, une opération de logements collectifs, deux architectes importés de la capitale - l'herbe est plus verte ailleurs - Lipsky+Rollet. Non. Les minutes passent sous la tente blanche, la foule trépigne. La visite commence enfin. Le discours. Et Amplia ? A la vacuité du discours, un quartier sans vie. LyonSiegCommWi.jpg (680×450) Un Hôtel de Région signé Christian de Portzamparc : Déshabillez-le !

Il aura fallu presque une demi-journée pour parcourir le nouveau siège de la Région Rhône Alpes. De long en large, de haut en bas mais jamais dehors. Appréhender l’édifice de l’extérieur est sans doute plus à même de souligner l’effet manqué, celui d’une masse, creusée, en suspens. Aux façades ternes, beigeasses, qu’une lumière pourtant idéale peine à rehausser, jouxtent de larges baies vitrées aux effets réfléchissants, involontaires selon Christian de Portzamparc.

Il s’agit là, à n’en point douter, d’un vif regret pour son concepteur qu’une anecdote répétée en l’envi peine à effacer : «une Lyonnaise m’a dit qu’il était formidable de ne pas voir l’intérieur et de réserver la surprise à celui qui le visite». Il ne fut offert pareil délice à la joyeuse troupe de journalistes venus en nombre visiter l’événement architectural. «On ne montre pas, on ne s’expose pas. Le Lyonnais est assez monobloc et rude. Pas exactement. «Peu d’argent impose un travail dans le simple», assure-t-il. Prisons Saint-Paul et Saint-Joseph. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Portail de Saint-Paul, cours Suchet. Les prisons Saint-Paul et Saint-Joseph étaient un ensemble de deux prisons construites au XIXe siècle à Lyon au sud de la gare de Perrache. Désaffectées depuis 2009, elles sont en cours de reconversion en campus. Histoire[modifier | modifier le code] Les prisons sont construites au XIXe siècle sous la direction des architectes Louis-Pierre Baltard et Antonin Louvier.

Les travaux s'étalent de 1849 à 1852. Devenues vétustes et surpeuplées au cours du XXe siècle[1], l'État lance la construction d'un nouveau centre pénitentiaire à Corbas. Après le déménagement des détenus, l'avenir des bâtiments est incertain et leur destruction est envisagée par la Préfecture. Le bâtiment en cours de réfection en 2013 En novembre de la même année, le projet porté par la Sofade, l'Université catholique de Lyon et Habitat et Humanisme est retenu.

Les prisons dans la culture populaire[modifier | modifier le code] Lyon 2e arrondissement, Confluent, Verdun (cours de), Gare de Lyon-Perrache. La gare de Lyon-Perrache : le "bâtiment-voyageurs" Les lignes Paris-Lyon et Lyon-Marseille sont à l'origine construites et gérées par deux compagnies distinctes, la compagnie Paris-Lyon et la compagnie Lyon-Méditerranée.

En découle une longue polémique sur la nécessité de créer à Lyon deux gares ou une seule. Lyon est partagée entre les partisans d'une gare placée à l'est du Rhône et les partisans d'une gare située à Perrache. Dans les deux cas, d'ailleurs, la voie ferrée ne peut pénétrer dans l'agglomération que par un tunnel. L´implantation de la gare entraîne de grandes transformations dans le quartier : hôtels, brasseries et immeubles s´élèvent au sud et au nord des voies, tandis que la partie la plus au sud de la presqu´île confirme son caractère industriel par l´implantation d'entrepôts, d´usines.