background preloader

Loi travail

Facebook Twitter

Loi Travail: ce qui attend les salariés. Encore un article problématique dans la loi travail par Denis Sieffert. On considère sans doute, en haut lieu, que notre pays n’a pas assez de débats et de conflits en ce moment autour de la place de l’islam, et que c’était l’occasion avec la loi travail d’en rajouter.

Encore un article problématique dans la loi travail par Denis Sieffert

C’est ainsi que la loi que l’Assemblée s’apprêtait à adopter définitivement après un troisième recours au 49.3, s’est enrichi le 19 juillet d’un article 1er bis qui n’a rien à voir avec le reste, mais qui peut tout de même faire de gros dégâts. L’article stipule que « le règlement intérieur (d’une entreprise) peut contenir des dispositions inscrivant le principe de neutralité et restreignant la manifestation des convictions des salariés ». L’Observatoire de la laïcité et la Commission nationale consultative des droits de l’homme ont immédiatement demandé le retrait de cet amendement. En vain. Ces deux instances jugent ce texte contraire à la Constitution qui garantie la liberté de conscience. La loi travail votée dans l'indifférence via un troisième et dernier 49.3. Contre la loi Travail: 58 signatures pour une tribune. Et pour la Motion de censure? Cinquante-huit député.e.s, très majoritairement de gauche, ont réagi le 20 juillet sur le JDD.fr à l'utilisation du 49-3 par le gouvernement pour faire passer la loi Travail en force une dernière fois.

Contre la loi Travail: 58 signatures pour une tribune. Et pour la Motion de censure?

Nous, citoyen.ne.s participant.e.s de Nuit Debout Paris, souhaitons leur répondre. Vous osez signer une tribune à cinquante-huit député.e.s plutôt qu'une motion de censure ? C'est que nous aurions préféré l'inverse en fait. Et pas seulement nous, mais vos électeur.ice.s aussi, sans nul doute ! La loi travail adoptée à l'Assemblée nationale. LE SCAN ÉCO - Au lendemain d'un deuxième recours gouvernemental à l'arme constitutionnelle du 49-3 pour forcer l'adoption du projet de loi travail, une nouvelle tentative de motion de gauche a échoué.

La loi travail adoptée à l'Assemblée nationale

Les mesures principales du texte de loi. Alors que Manuel Valls, Premier ministre, a de nouveau utilisé l'arme constitutionnelle du 49-3 pour forcer l'adoption du projet de loi relatif «au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels». Le texte a donc été adopté, ce mercredi 6 juillet, à l'Assemblée nationale. Que contient-il? Illégale, la loi travail par Politis. Loi travail : des interdictions de manifester à Lyon prises par le préfet du Rhône. Le préfet du Rhône a pris des arrêtés pour interdire à 18 personnes d’aller manifester ce mardi soir contre la loi travail.

Loi travail : des interdictions de manifester à Lyon prises par le préfet du Rhône

C’est une première à Lyon depuis le début du mouvement social. Rémi (prénom d’emprunt), un étudiant lyonnais de 23 ans, a reçu ce matin la visite d’un policier. Il lui a remis en main propre un arrêté signé du préfet du Rhône qui lui interdit de se rendre sur le parcours de la manifestation contre la loi travail et d’aller en Presqu’île. 18 personnes sont visées par ce genre d’arrêté d’interdiction. La plupart des personnes concernées sont des militants contre la loi travail qui ont été interpellés lors de deux manifestations sauvages en marge du précédent cortège officiel, le 28 juin dernier. Loi travail : « Le droit d’amendement méprisé » par Chloé Dubois. Alors que le projet de loi travail revient mardi 5 juillet à l’Assemblée nationale pour un nouvel examen, le gouvernement fait tout pour accélérer les débats.

Loi travail : « Le droit d’amendement méprisé » par Chloé Dubois

Quitte à malmener les droits du Parlement. Ce qui suscite les protestations du président du groupe Gauche démocrate et républicaine (GDR), au sein duquel siègent les députés du Front de gauche. Dans un communiqué, André Chassaigne s’est indigné des conditions de travail et du calendrier imposés aux députés concernant le projet de loi travail. En cause, un délai trop court entre la publication du texte et le dépôt des amendements avant son entrée dans l’hémicycle : Les députés – déjà privés de débat en première lecture après l’utilisation par le Gouvernement de l’article 49.3 de la Constitution – sont maintenant empêchés d’exercer de manière effective leur droit d’amendement puisque les exigences de clarté et de sincérité des débats posées par le Conseil constitutionnel ne sont pas respectées.

Pourquoi est-il difficile pour les journalistes de travailler en manifestation ? Violences policières : le rapport accablant de «Reporterre» Fin avril, une Mission civile d’information a été décidée par un ensemble de journalistes, citoyens et députés afin d’évaluer les violences policières lors des manifestations contre la loi travail.

Violences policières : le rapport accablant de «Reporterre»

Leur rapport, long de 80 pages, et publié mercredi sur le site de Reporterre, énumère de nombreux témoignages et entretiens réalisés à Rennes, Paris, Toulouse et Nantes. «Oreille fendue» et «mollet pété» «Le policier en tête jette une grenade. Romain Dussaux, un observateur indépendant filmant les événements, est touché à la tête. Il s’effondre au milieu de la foule, la tête ensanglantée. Divisé en plusieurs parties, il recense les différentes violences dont sont victimes les manifestants. Les violences ? « Une volonté politique que ça dégénère » « On est en train d’assister, et c’est peut-être ça le plus grave, à un changement de doctrine dans le maintien de l’ordre dans notre pays. » Le constat, alarmant, est dressé par Noël Mamère, député (non inscrit) de Gironde.

Les violences ? « Une volonté politique que ça dégénère »

Il a été largement partagé par tous les témoins – représentants de syndicats de journalistes, de policiers, de salariés, personnalités politiques et membres de la société civile – présents à l’Assemblée nationale, mercredi 29 juin, pour la présentation à la presse du Rapport d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début des manifestations d’opposition à la loi travail réalisé par Reporterre.

Une commission d’enquête parlementaire sur le maintien de l’ordre a déjà été créée suite à la mort de Rémi Fraisse, tué le 26 octobre 2014 par une grenade offensive lors d’une manifestation contre le projet de barrage de Sivens. M. L'entreprise liquidée. Violences policières : le rapport qui dit les faits. La situation devenait insupportable : manifestation après manifestation, nous observions des violences de plus en plus nombreuses de la part des forces de police, bien au-delà de ce que pourrait exiger le maintien de l’ordre.

Violences policières : le rapport qui dit les faits

C’est pourquoi, fin avril, avec l’appui initial de plusieurs députés, nous avons lancé une Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début, en mars 2016, des manifestations d’opposition à la loi sur le travail. Ce rapport, établi par les correspondants de Reporterre à Nantes, Rennes, Toulouse et Paris, nous le présentons ce mercredi 29 juin, alors qu’à l’Assemblée nationale, une conférence de presse réunit des députés, des organisations des droits de l’homme et de la société civile, des syndicats de salariés et de policiers, pour tirer l’alarme sur la dérive dangereuse en matière de maintien de l’ordre. Nous avons conduit cette mission avec le souci d’assurer que le droit de manifester soit pleinement respecté. Violences policières : le rapport qui dit les faits. Le mouvement social ne désarme pas. Au cœur du Black Bloc. Pont d’Austerlitz, jeudi 31 mars – Les CRS, harnachés de la tête aux pieds, font face à la tête de cortège. « On était près de 800, habillés tout en noir », raconte Jonathan.

Au cœur du Black Bloc

Les projectiles commencent à voler. En réponse, les policiers sortent les gazeuses. Sauf que cette fois, le Black Bloc ne recule pas. « Ahoo ! Ahoo ! » Le cri de guerre des spartiates s’élève de la foule quand 200 militants masqués chargent la police. La manifestation du 14 juin 2016 et le maintien de l’ordre politique : une observation participante. Mardi dernier, j’étais à Paris pour un colloque.

La manifestation du 14 juin 2016 et le maintien de l’ordre politique : une observation participante

Mais comme il y avait grève et manifestation, je suis allé rejoindre quelques dizaines de milliers d’autres personnes pour dire de cette façon, comme plusieurs fois depuis deux mois, mon opposition à la réforme du Code du travail telle que voulue par la loi El Khomri. Je n’étais pas venu exprès de Lyon avec mes camarades de l’ENS, je ne suis pas syndiqué, je n’ai pas retrouvé sur place des connaissances parisiennes, et donc je me suis retrouvé tout au long de cette manifestation dans une position ambiguë, entre le manifestant et le spectateur. Pour qualifier cette position, en ethnologie on parlerait d’observation participante, un terme et une méthode dont l’anthropologue Bronislaw Malinovski a été l’un des premiers utilisateurs au début du siècle dernier, pour étudier des tribus des îles Tobriand, dans le Pacifique.

Un graffiti sur un mur du boulevard du Montparnasse Un policier frappe un journaliste devant l’hôpital Necker Photos : P.M. Laurence Blisson : Intimidation et intoxication par Blisson Laurence. Loi travail: le préfet de police interdit la manifestation de jeudi. Le préfet de police de Paris a finalement décidé, mercredi 22 juin, d'interdire la manifestation de jeudi contre la loi sur le travail. Après une journée de discussions avec les syndicats et d'atermoiements du pouvoir politique, la décision a été annoncée mercredi matin dans un communiqué de la préfexture (il est à lire intégralement ici). «Après examen attentif, ces propositions alternatives (les centrales syndicales ont proposé plusieurs parcours - ndlr) ne permettent en aucune façon de répondre à la nécessaire sécurité des personnes et des biens , ni aux exigences de mobilisation maximale des forces de police et des forces mobiles contre la menace terroriste qui se situe à un niveau élevé imposant des sollicitations exceptionnelles sur le territoire national.

Dans ces conditions le Préfet de police considère qu’il n’a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation», indique le communiqué. Loi travail: le préfet de police annonce l'interdiction de la manifestation de jeudi à Paris. Les sept syndicats, réunis autour de la CGT et de Force ouvrière (FO), souhaitaient à l'origine organiser une manifestation entre les places de la Bastille et de la Nation mais la préfecture préférait un rassemblement statique. Des tractations se sont engagées mais, selon la préfecture, elles ont échoué. "Ces discussions n'ont (...) pas conduit à l'émergence d'un accord sur cette proposition de conciliation, les représentants des syndicats refusant catégoriquement la tenue d'un rassemblement statique et formulant ensuite des propositions alternatives", peut-on lire dans un communiqué de la préfecture.

"Après examen attentif, ces propositions alternatives ne permettent en aucune façon de répondre à la nécessaire sécurité des personnes et des biens", lit-on également. L'arrêté d'interdiction doit être pris dans la journée de mercredi, précise la préfecture. Pour le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, le "Premier ministre (est) enferré dans son autoritarisme". Interdiction de manifester: le gouvernement joue avec le feu. Loi travail: ce blessé grave qu'ont oublié Valls et Cazeneuve. Prétexte providentiel : l’enfant, les casseurs et l’hôpital Necker.

Depuis le temps qu’ils se frôlent, les deux thèmes. Ou plutôt, qu’on les frotte l’un à l’autre comme des silex, qu’on les tricote dans le récit politico-médiatique dominant. Terrorisme et contestation sociale : depuis le temps que les Giesbert, les Gattaz et les autres essaient de les apparier, de les marier, de faire prendre la mayonnaise. Depuis le temps qu’on exploite les concomitances, qu’on sollicite les rapprochements, qu’on déchaine le matraquage sémantique : voyous, chantage, violences, barbares, intimidations, preneurs d’otages, terroristes. Depuis le temps qu’on interdit des manifs anti-Cop 21, au motif de l’état d’urgence. Qu’on perquisitionne des maraîchers bio, au nom de l’état d’urgence.

Vague d'indignation après la dégradation de l'hôpital Necker. VIDÉO - Lors de la mobilisation contre la loi travail, des casseurs ont jeté des projectiles, brisé 15 vitres et tagué une façade de cet hôpital spécialisé dans les soins des enfants malades. Sur les réseaux sociaux, citoyens et responsables politiques laissent éclater leur colère et l'AP-HP porte plainte. 1. Sur l'instrumentalisation des vitres de l'hôpital Necker - Témoignage d'un parent. Loi sur le travail: la manip’ judiciaire anti-manifestants. Loi Travail : à Rennes, forte tension entre police et journalistes lors d'une manifestation. Eloi Laurent : "En 40 ans, aucune baisse du chômage n'a jamais été liée à la flexibilité" Serge Halimi devant l'intersyndicale du Havre. La tenace volonté de proposer la paix entre policiers et manifestants.

Loi Travail : on a remonté le cortège parisien. [Direct] «Tout le monde déteste le PS !». Le meeting de Valls sérieusement chahuté. C’était une provocation, mais ni Valls, ni El Khomri, ni Cambadélis ne sont à ça près. Loi sur le travail: «Le gouvernement ne peut pas avoir raison tout seul» Loi travail : le militant anarchiste Julien Coupat visé par la DGSI. Loi Travail: les sénateurs suppriment les 35 heures. A Rennes, la police charge sur des manifestants en voiture, plusieurs blessés. Rennes : la police charge en voiture des manifestants, et les blesse par Michel Soudais et AFP. Saint-Malo : onze enfants blessés après l'évacuation musclée du collège Surcouf.

Communiqué Street Medic Paris sur la journée du 26 mai 2016. Article 2 de la loi Travail : pourquoi NON, Hollande n'a pas été élu pour ça. Un CRS a tiré une grenade sur un réalisateur - et l’a blessé - pour l’empêcher de filmer. Voici la vidéo. L’éditocratie unanime : haro sur les grèves ! Pdf 29 04 2016 communique CGT Police manifestation du 28 avril 2016. Violences policières : un comité de l'ONU "préoccupé" par la situation en France. France : RSF condamne les violences policières contre les journalistes en marge des manifestations.

Une nouvelle aristocratie née après 1981, par François Hollande (Le Monde diplomatique, avril 2007) Loi travail : le gouvernement en rêvait, le Sénat va le faire. La fabrique de la violence. « Tout est mis en place pour que ça dégénère. Code du travail : «Cette loi va être un calvaire pour tous» Manuel Valls utilisera l'article 49-3 pour faire adopter la loi Travail sans vote au parlement. La loi travail votée à l'Assemblée mais encore loin de l'adoption définitive. Pour une radicalité non violente: bloquer l’économie! Greve conso. État d'urgence: un journaliste interdit de couvrir une manifestation contre la loi Travail. Déluge de bombes sur le code du travail, par Martine Bulard (Le Monde diplomatique, février 2016)


  1. alwen Jun 7 2016
    Belle association et bonne suite. Je te la pique, merci !