5/5 : Beaucoup de bruit pour rien acces rapide a la navigation principale acces rapide a la navigation secondaire acces rapide au contenu acces rapide au contenu de droite acces rapide au footer Recevez la lettre d'information retour en haut de page retour en haut de page retour en haut de page 5/5 : Beaucoup de bruit pour rien
4/5 : Coriolan
3/5 : Le conte d'hiver Avec Michael Edwards, poète et professeur au Collège de France, spécialiste de Shakespeare, et François Laroque, professeur à l'Université Paris III - Sorbonne Nouvelle. Le Journal des Nouveaux Chemins, avec Jonathan Pollock, à propos de Déclinaisons, le Naturalisme poétique de Lucrèce à Lacan (Hermann). Réalisation : Mydia Portis-Guérin. Michael Edwards, François Laroque et Jonathan Pollock. F. Salmeron©Radio France 3/5 : Le conte d'hiver
2/5 : La Tempête
Philippe05.10.2010 Bonsoir. Contrairement à un précédent commentaire, je trouve que le Richard III de Pacino se prend décidément beaucoup trop au sérieux, avec ses gros sabots et ses effets sonores appuyés il donne une vision trop dramatique et grandiloquente de ce chef d'oeuvre: nous sommes dans une reconstitution historique à l'américaine bien éloignée de la subtilité avec pointe d'humour et coups fourrés à l'anglaise; je regrette que vous lui ayez donné tant de temps d'émission. Le Richard III de Laurence Olivier (film anglais de 1955) par exemple,montrant en revanche toute la rouerie et la finesse de Richard, me parait bien plus fidèle à l'auteur. De même l'interprétation d'un Robert Hirch ( Comédie Française mars 1972 ) était aussi beaucoup plus juste en montrant bien le côté joueur et la gaieté méprisante et sarcastique du personnage; il est vrai qu'il était alors mis en scène par Terry Hands de la Royal Shakespeare Company. Non vraiment Richard III n'a rien d'américain. 1/5 : Richard III 1/5 : Richard III