background preloader

France années 1930

Facebook Twitter

Histoire@Politique n°01 : Le dossier : Introduction : Femmes au pouvoir. Obtenue le 21 avril 1944, l’égalité des droits politiques a peu modifié peu la distribution sexuée du pouvoir exécutif.

Histoire@Politique n°01 : Le dossier : Introduction : Femmes au pouvoir

La fonction gouvernementale reste masculine, et les rares femmes nommées ne marquent ni l’histoire, ni la mémoire nationale, à l’exception de Simone Veil et, dans une moindre mesure, de Françoise Giroud. L’alternance de 1981 permettra à davantage de femmes de s’affirmer comme ministres. Les premières femmes au Gouvernement ressemblent donc à des oubliées de l’histoire et sont trop peu nombreuses pour intéresser la science politique. Janine Mossuz-Lavau et Mariette Sineau, qui ont impulsé en France les études sur le genre en politique, s’intéressent, pour la première, surtout au vote et, pour la seconde, au personnel politique féminin sous la Ve République. La politique française de réarmement de 1936 à 1940 : une production tardive mais massive.

Notes Il s’agit de fixer des ordres de grandeur et non de procéder à un dénombrement exhaustif : aussi les quantités sont toujours arrondies aux chiffres inférieurs.

La politique française de réarmement de 1936 à 1940 : une production tardive mais massive

Mais on pourrait en dire tout autant de certains matériels allemands : par exemple chars légers Pzkpfw I et II, faiblement armés et blindés, qui furent relégués à des missions secondaires après la campagne de France, ou encore canon AC de 37 mm médiocre qui sera sources de déconvenues dès la campagne de France mais aussi en Union soviétique. Dans un domaine où les erreurs ou les approximations sont particulièrement nombreuses, il est nécessaire de croiser, vérifier et mettre en perspectives des données d’origines différentes. Les sources les plus précises sont : R. Jacomet, L’armement de la France, 1936-1939, Éditions Lajeunesse, 1945 ; Général Gamelin, Servir, t. 1 : Les armées françaises de 1940, Plon, 1946, p. 149-184 (chap. Léon Blum et le Front populaire - Les congés payés - France 5 Education. 1- La montée du fascisme et l'émeute du 6 février 1934 Dans les années 1930, le fascisme et l'antisémitisme progressent en Italie et en Allemagne.

Léon Blum et le Front populaire - Les congés payés - France 5 Education

La crise économique mondiale, qui a commencé aux Etats-Unis avec le krach de Wall Street en octobre 1929, touche toute l'Europe. Le 6 février 1934. Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le régime parlementaire de la IIIe République est l’objet de critiques croissantes, visant à la fois ses dysfonctionnements en matière institutionnelle et son incapacité à traiter les problèmes économiques nouveaux.

Le 6 février 1934

Cette critique est portée à son comble à partir des années 1930, lorsque la grande crise frappe durement l’ensemble des classes sociales françaises. Au premier rang des mécontents figurent les classes moyennes, principal appui d’un régime parlementaire dont le parti radical constitue la pierre angulaire. En 1932, les radicaux au pouvoir paraissent plus que jamais enfoncés dans leur contradiction native : idéologiquement « de gauche », sensibilité renforcée par leur alliance vitale avec les socialistes, ils n’entendent pratiquer qu’une politique économique d’orthodoxie financière – monnaie forte, maîtrise des déficits – qui leur aliène ces mêmes socialistes en même temps qu’une part croissante de l’opinion.

La crise de 1929 en France. Contexte historique Le déclenchement de la crise en France Si la France sembla tout d’abord épargnée par la crise économique qui frappa de plein fouet les États-Unis dès 1929, il n’en alla pas de même au cours des années suivantes : subissant les effets de la dévaluation de la livre sterling survenue en septembre 1931, le pays doit faire face à une baisse des prix et à un ralentissement de la production agricole et industrielle, tandis que réapparaît le déficit budgétaire.

La crise de 1929 en France

Mais la crise revêt un visage différent en France. D’une part, elle s’est manifestée tardivement, car les structures archaïques de l’économie française, fondées sur la petite entreprise, et la faiblesse des investissements étrangers ont permis à la France de demeurer un temps à l’abri du marasme, à la différence des grands pays industriels comme les États-Unis, l’Allemagne ou le Royaume-Uni qui pratiquent un capitalisme à grande échelle.

Analyse des images. Le 14 Juillet 1936. Contexte historique 14 juillet 1936 14 juillet 1936, le Front populaire victorieux célèbre pour la première fois la fête nationale.

Le 14 Juillet 1936

Le Front populaire en marche. Contexte historique De la violence ouverte à l’affrontement symbolique En février 1934, Paris renoue avec une violence de rue qu’on croyait disparue.

Le Front populaire en marche

Pendant plusieurs semaines, l’espace public devient le terrain de possibles affrontements entre la droite extraparlementaire et les antifascistes. La violence va cependant progressivement céder le pas à des affrontements symboliques et à des démonstrations où chacun s’essaie à montrer sa force pour éviter d’avoir à s’en servir. Cette mutation se précipite après la ratification du pacte d’unité d’action antifasciste par les socialistes et les communistes (juillet 1934). Analyse des images. 1932 - La campagne de la S.F.I.O. 1932, un tournant électoral Aux élections de 1913, le parti socialiste S.F.I.O., porté par Jean Jaurès et la mobilisation croissante de l’électorat populaire, obtient le plus grand nombre de suffrages.

1932 - La campagne de la S.F.I.O.

L’assassinat de Jaurès (30 juillet 1914), l’Union sacrée puis la scission de Tours en 1920 portent de rudes coups à un parti désormais dirigé par Léon Blum. L'Union des gauches de 1932. Le retour du parti radical au pouvoir : l’Union des gauches de 1932 L’expérience du Cartel des gauches a laissé un souvenir très mitigé à ses acteurs principaux et aux Français.

L'Union des gauches de 1932

La permanence de l'imagerie de la Grande Guerre dans les affiches politiques. La IIIe République, fondée en 1870, est sortie victorieuse de la Grande Guerre.

La permanence de l'imagerie de la Grande Guerre dans les affiches politiques

Ce combat de quatre années continue pourtant de marquer les Français tout au long des années 1920 et 1930. Pas une campagne politique qui ne le mentionne, pas un parti qui ne s’en approprie la victoire pendant l’entre-deux-guerres. Le conflit mondial a eu un coût humain, social et économique d’une telle ampleur qu’il reste une référence omniprésente. La crise des années 1930 : la démocratie en question. La France a été le pays d’Europe occidentale le plus touché par la Première Guerre mondiale sur les plans économique, humain et social. Dans l’entre-deux-guerres, les gouvernements qui se succèdent sont fortement polarisés : Chambre « bleu horizon » de 1919, « Cartel des gauches » de 1924, nouvelle « union nationale » sous l’égide de Poincaré.

L’instabilité ministérielle le dispute à l’ampleur de la crise économique et sociale dans laquelle est durement plongée la France depuis 1931. À chaque fois que la gauche radicale et socialiste gouverne (1924-1926 et 1932-1934), des ligues d’extrême droite se développent. Groupuscules (Action française) ou véritables mouvements de masse (Croix-de-Feu), elles se rejoignent dans les attaques contre la démocratie parlementaire, qui culminent lors des violentes manifestations du 6 février 1934 à Paris.

Le suffrage universel. Les progrès du suffrage universel Le suffrage universel est le fils aîné de la République : héritage des scrutins à deux degrés de 1789 et 1792, il est imposé pour tous les hommes âgés de vingt et un ans au moins par la IIe République, le 23 avril 1848 ; la IIIe République l’instaure définitivement. Tout au long du XIXe siècle sont périodiquement (1814, 1830, 1849, 1852) restaurées les limitations de l’accès aux urnes et au statut de représentant, notamment par l’impôt. Le scrutin de 1879 octroie pour la première fois une confortable majorité aux républicains et marque l’entrée décisive dans le nouveau régime.

Mais, outre l’éviction des femmes (jusqu’aux municipales de 1946), le suffrage dit universel ne satisfait pas tous les partis et toutes les couches sociales : un long débat s’engage autour de sa représentativité. République contre réaction. Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire. Les grèves de mai-juin 1936. La victoire du Front populaire Constituée le 14 juillet 1935, la coalition du Front populaire rassembla aux côtés des socialistes le Parti communiste et le Parti radical, réalisant ainsi pour la première fois cette « alliance des classes moyennes avec la classe ouvrière » que Maurice Thorez appelait de ses vœux. Fiche d'histoire - Les crises des années 1930, causes et conséquences.