background preloader

L'inachevé

Facebook Twitter

L'humain, un être inachevé ? Comment expliquer la part si importante que prend l’apprentissage – d’une langue, des codes sociaux, d’un métier dans l’existence humaine ?

L'humain, un être inachevé ?

Comment expliquer que certains apprentissages se déroulent tout au long de la vie ? Pour répondre à cette question, une nouvelle théorie de l’homme a été forgée au début des années 1940 : la théorie de « l’être inachevé ». Cette théorie a connu plusieurs variantes et reçu les faveurs de nombre de biologistes, anthropologues et philosophes. L’idée de base est que l’être humain est un être biologiquement inachevé. Ni son organisme ni ses instincts ne connaissent le plein développement atteint chez d’autres espèces qui sont adaptées dès la naissance à survivre seules sans apprentissage ni assistance extérieure. Article de 2412 mots. Le cycle Quelque part dans l'inachevé. Les Nouveaux Chemins de la connaissance Date de diffusion : 10.11.2008 Invité : Olivier Schefer (maître de conférence d’Esthétique et de Philosophie de l’art à Paris I) Les Nouveaux Chemins de la connaissance Date de diffusion : 11.11.2008 Invités : Pierre Boulez (compositeur et chef d’orchestre), Franck Madlener (directeur de l’IRCAM) et David Moreau (réalisateur et scénariste)

Le cycle Quelque part dans l'inachevé

L'inachevé, de Claude Lorin. L’inachevé dans les arts. Sousse, les 06, 07 et 08 mars 2020 Organisé par le Centre International de recherche et de documentation sur les Arts vivants et l’Unité de Recherche sur les Esthétiques et les Pratiques des Arts UR 13ES57, ISBAS, Université de Sousse.

L’inachevé dans les arts

Le monde des arts s’offre au regard, peut-être beaucoup plus aujourd’hui que par le passé, comme une scène bigarrée où tous les possibles concourent à l’expression du monde, une expression subjective engageant un je, singulier ou pluriel, mais revendiquée comme telle, et quelle qu’elle soit : directe, donnée au figuré, sous enveloppe métaphorique, hybride, protéique ou …carrément inachevée. L’inachevé est ainsi devenu une détermination délibérée de l’œuvre vue ou appréhendée comme inachevée. Œuvre en devenir et à venir (reprise et prolongée) l’art processuel, la genèse de l’œuvre serait du coup plus importante, Le libre jeu esthétique des possibles. Comment comprendre ce phénomène ? Quelque part dans l'inachevé - Vladimir Jankélévitch. …Je me trouvais un jour dans une synagogue de Safed, en Israël, avec d'autres voyageurs ; visiteurs discrets et plus ou moins christianisés, nous marchions sur la pointe des pieds pour ne pas troubler la méditation de quelques sages à la barbe blanche qui se trouvaient là, enfoncés dans leur livre.

Quelque part dans l'inachevé - Vladimir Jankélévitch

Le guide, comprenant que nous nous croyions à Notre-Dame de Paris, nous dit à peu près ceci : Vous pouvez parler, rire, chanter, ils ne vous entendent pas, ils ne vous voient pas, vous n'existez pas pour eux ! Ils sont absents, et vous êtes absents pour ces absents… Nous avions affaire à un silence qui ne pouvait pas être entamé par le vain bruit des paroles, à un silence plus fort que le bruit. Les règles du silence sont inséparables de la mystique chrétienne : mais pour les juifs la synagogue est un lieu de réunion où le silence est sans doute le secret de chacun. Au recueillement chrétien (et platonicien) peut-être nous sera-t-il permis d'opposer l'extase juive. . + Lire la suite. INACHEVÉ : Définition de INACHEVÉ. A)[En parlant d'une œuvre]Le dernier mot du christianisme dans l'art, la cathédrale de Cologne est restée inachevée (Michelet, Introd.

INACHEVÉ : Définition de INACHEVÉ

Hist. univ.,1831, p. 423).Le Capital est resté d'ailleurs inachevé, parce que Marx se penchait à la fin de sa vie sur une nouvelle et prodigieuse masse de faits sociaux et économiques auxquels il fallait de nouveau adapter le système (Camus, Homme rév.,1951, p. 233) : 2. ... saint Thomas conçut une œuvre digne de lui : ce fut une vaste synthèse des sciences morales, où serait dit tout ce qui se peut savoir de Dieu, de l'homme, et de leurs rapports; une philosophie vraiment catholique, summa totius theologiae.

Quelque part dans l’inachevé, Vladimir Jankélévitch. Dans Les cahiers de Malte Laurids Brigge, le roman de Rainer Maria Rilke, Malte raconte sa méfiance à l’égard de la musique depuis l’enfance : « non parce qu’elle me soulevait plus violemment que tout hors de moi-même, écrit-il, mais parce que j’avais remarqué qu’elle ne me déposait plus où elle m’avait trouvé, mais plus bas, quelque part dans l’inachevé ».

Quelque part dans l’inachevé, Vladimir Jankélévitch

C’est pourtant par la grâce d’un philosophe amoureux de musique que cette belle expression, « quelque part dans l’inachevé », connut une certaine renommée. En 1978 paraissait sous ce titre un dialogue entre Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz, dans lequel l’auteur du Traité des vertus acceptait de présenter les grands thèmes qui animaient sa réflexion : l’innocence, la mort, le temps, la nostalgie, l’humour, le je-ne-sais-quoi et le presque-rien, et la musique.