background preloader

L'entreprise

Facebook Twitter

Bibibliotèque virtuelle Jéco manifestation. Conférence organisée le 13/10/2015 Présentation de la conférence Dans la conception classique, l’entreprise n’a qu’une seule finalité : le profit.

Bibibliotèque virtuelle Jéco manifestation

Ce point de vue a été résumé par Milton Friedman (1912-2006) dans la formule célèbre « the business of business is business ». Pour l’essentiel des économistes – et sans doute la plupart des chefs d’entreprise – c’est en recherchant le profit maximal que l’entreprise rend les meilleurs services à la société. Cette recherche incite en effet les entreprises à mieux adapter leurs produits à la demande, à produire dans les conditions plus efficaces, à réaliser des gains de productivité qui se traduisent en baisse de prix ou en hausse de salaires...

Les entreprises en France. Insee. Octobre 2015. Économie - La place du secteur associatif et de l'action sociale dans l'économie. Imprimer la page Deux dimensions de la vie sociale à l’aune des comptes nationaux Mélanie Vanderschelden, division Synthèse générale des comptes, Insee Résumé Les institutions sans but lucratif au service des ménages employaient 900 000 personnes en 2008, soit 3 % de l’emploi total.

Économie - La place du secteur associatif et de l'action sociale dans l'économie

Elles ont versé 23 milliards d’euros de rémunérations et acheté pour près de 17 milliards d’euros de biens et services (y compris investissement). Sommaire Encadré Évaluation de la production d’action sociale et construction du compte des ISBLSM dans les comptes nationaux Publication En 2008, les institutions sans but lucratif au service des ménages représentent 3 % de l’emploi total Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent une des catégories institutionnelles que distingue la comptabilité nationale, en France comme dans le reste de l’Europe. En 2008, les ISBLSM dégagent une valeur ajoutée de 27 milliards d’euros, soit 1,4 % du produit intérieur brut (graphique 1). Encadré. Travail-Emploi - Structure de l'emploi total par grand secteur d'activité en 2012 : comparaisons régionales.

Théories sociologiques et transformations des organisations. Téléchargez ici le texte au format pdf [PDF - 117 Ko]. 1 - Comment c'est construit ?

Théories sociologiques et transformations des organisations

Le modèle bureaucratique2 - Comment ça vit ? Analyse économique de l'entreprise : au-delà de la "black box" « Dans le monde que décrit la théorie, il n'y a pas de firmes, il n'y a pas de gouvernement.

Analyse économique de l'entreprise : au-delà de la "black box"

C'est un monde "suspendu en l'air" : il n'y a aucun lien avec les institutions qu'on trouve dans le monde réel. C'est ce que j'ai appelé "l'économie du tableau noir" ». Ronald H. Coase[1]. La mondialisation et la financiarisation de l'économie ont bouleversé le mode de gouvernement des grandes entreprises en accentuant le pouvoir des actionnaires et des investisseurs, et en fragilisant le statut de salarié. Comment l'analyse économique, mais aussi son croisement avec d'autres disciplines, peut-elle éclairer ce débat ?

Sommaire du dossier 1. 1. Jean Tirole : de la théorie des jeux et de l'information aux sciences humaines. Jean Tirole est aujourd'hui un économiste de renommée internationale, auteur de plusieurs ouvrages de référence, il a été reconnu premier économiste européen et second mondial au classement par publications (pondérées par l'impact des revues scientifiques).

Jean Tirole : de la théorie des jeux et de l'information aux sciences humaines

Il est par ailleurs le second économiste médaillé d'or du CNRS, après Maurice Allais en 1978. Son parcours et ses rencontres l'ont conduit à mesurer très tôt les enjeux de la recherche en théorie des jeux et de l'information, objet essentiellement exploré au départ par des mathématiciens et très modélisé. Il va contribuer à développer ces théories en s'efforçant d'inscrire ses travaux dans des problématiques concrètes. Son goût pour les sciences humaines et sociales le mène en outre à mobiliser la sociologie, la science politique et surtout peut-être la psychologie dans ses recherches. Sommaire du dossier. La nature de la firme. À propos de l’émergence de la théorie des incitations. Financiarisation de l'entreprise : la grande déformation. L’entreprise n’est pas la propriété des actionnaires. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Margherita Nasi.

L’entreprise n’est pas la propriété des actionnaires

Civiliser l’entreprise. Recensé : B.

Civiliser l’entreprise

Roger (ed.), T. Barreto, A. Chaigneau, F. Eymard-Duvernet, O. Favereau, S. Pour libérer la croissance, transformons l’entreprise. Le consommateur, plutôt que l’entreprise, est au centre de la loi Macron.

Pour libérer la croissance, transformons l’entreprise

C’est dommage. Pour « libérer la croissance et l’activité », la concurrence est utile mais pas suffisante. Il faut tout autant libérer la coopération, qui est le contraire de la concurrence. Réformer l’entreprise pour sortir de la crise. L’entreprise est devenue aujourd’hui, à travers le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou encore à travers le pacte de responsabilité et la recherche d’un nouveau dialogue social, la cible des politiques économiques conjoncturelles gouvernementales fondées sur l’offre.

Réformer l’entreprise pour sortir de la crise

Elle est considérée désormais comme l’acteur économique principal pouvant sortir notre économie de la crise de l’emploi et de la faible croissance. L’enjeu est de taille, la réforme qui en découle l’est tout autant ! Notre économie dispose d’une pensée sur le marché, mais n’a pas de pensée de l’entreprise. En effet, l’entreprise n’a pas d’existence propre en droit ni en économie. Elle n’existe qu’à travers les personnes. D’où ce paradoxe : les salariés, qui sont pourtant les parties prenantes essentielles de l’entreprise, sont étrangers au contrat de société. Une variable d’ajustement. Refonder l'entreprise.