background preloader

Marjolaine et Justine

Facebook Twitter

C'est quoi ... l'ADN? Non à l’invisibilité des femmes scientifiques : l’expo WAX et Animafac. Oups!

Non à l’invisibilité des femmes scientifiques : l’expo WAX et Animafac

Javascript est désactivé chez vous. Wax en a pourtant besoin! Boîte à Outils Des conseils, des astuces, des supports innovants ! Non à l’invisibilité des femmes scientifiques : l’expo WAX et Animafac A l'occasion des Solidays, WAX Science a travaillé avec Animafac pour présenter une expo sur les femmes scientifiques. VOus pouvez télécharger toutes les affiches au format pdf ici : WAX_AFFICHES_SOLIDAYS Article publié par: WAX Science Officiel Partager: 1 373 vues Êtes-vous un robot? Share Email Facebook Google Plus LinkedIn Twitter No match found. More Ad Choices. Rosalind Elsie Franklin, génie dépossédée. Rosalind Elsie Franklin (1920 – 1958) est une biologiste moléculaire britannique qui a participé à la découverte de la structure de l’acide désoxyribonucléique (ADN).

Rosalind Elsie Franklin, génie dépossédée

Fille de Muriel Frances Waley et d’Arthur Ellis Franklin, Rosalind nait le 25 juillet 1920 à Notting Hill (Londres) dans une famille très influente. Elle est la seconde enfant d’une fratrie de cinq. Dès sa petite enfance, Rosalind montre de grandes prédispositions pour l’école et les études. A la St Paul’s Girls’ School de Londres, elle excelle en sciences, en latin et en sport. En 1938, Rosalind part étudier la chimie à Cambridge et elle obtient son diplôme en 1941 avant de passer sa thèse en physique chimie en 1945 ; elle y travaille sur les propriétés du charbon. Rosalind Franklin, une femme à l’origine de l’ADN - Noémie Grynberg. Biologiste moléculaire et cristallographe, Rosalind Franklin est à la fois le produit de la haute bourgeoisie juive anglaise, intellectuelle et commerçante, et de l’université de Cambridge.

Rosalind Franklin, une femme à l’origine de l’ADN - Noémie Grynberg

Mais dans les années 50, le caractère bien trempé de cette pionnière dans la recherche biomoléculaire médicale dérange dans un monde scientifique encore presque exclusivement masculin. Rosalind Franklin nait en Angleterre en 1920 dans une famille riche et instruite, comptant parmi ses ancêtres le premier Professeur juif dans une Université anglaise et le premier Lord Mayor juif de Londres ainsi que plusieurs femmes bien connues pour leur efficacité dans la gestion d’œuvres de bienfaisance. Rosalind est la deuxième d’une fratrie cinq enfants. James Dewey Watson 1928- Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

James Dewey Watson 1928-

Pour les articles homonymes, voir Watson. James D. Watson James Dewey Watson Signature James Dewey Watson (né le à Chicago) est un généticien et biochimiste américain, codécouvreur de la structure de l'ADN et dont la personnalité porte à polémiques. Codécouvreur de la structure de l'ADN[modifier | modifier le code] James Watson fit des études d'ornithologie et de biologie à l'université de l'Indiana, et soutint sa thèse en 1950.

James Watson, qui a vingt-trois ans, décide alors de s'attaquer à la structure des acides nucléiques. Watson et Crick sont guidés vers leur découverte par celle - partiellement erronée- de Linus Pauling sur la structure hélicoïdale de la molécule d'ADN et par celle d'Erwin Chargaff sur les bases puriques et pyrimidiques[1] Francis Crick 1916-2004. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Francis Crick 1916-2004

Francis Crick Francis Harry Compton Crick Signature. Maurice Wilkins 1916-2004. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maurice Wilkins 1916-2004

Pour les articles homonymes, voir Wilkins. Maurice Wilkins Maurice Hugh Frederick Wilkins (Pongaroa, district de Tararua, Nouvelle-Zélande, - Blackheath, Londres, Angleterre, ) est un physicien britannique d'origine néo-zélandaise principalement connu pour ses travaux sur les rayons X. Au King's College il poursuivit, parmi d'autres choses, des travaux sur la diffraction des rayons X. Rosalind Franklin, dépossédée de l'ADN. La médaille de la Royal Society D.R. © Radio France Le 18 octobre 1962, le prix Nobel de médecine est attribué à trois hommes, James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins, pour la découverte de la double hélice de l’ADN.

Rosalind Franklin, dépossédée de l'ADN

Un nom manque à l'appel, celui d'une jeune femme, anglaise, sans laquelle rien ne serait advenu à ce moment là. Elle est décédée deux ans auparavant, mais de son vivant déjà, par une série de manigances qu’elle ne perçut pas, son rôle primordial avait été dissimulé au regard de l’histoire ! Rosalind Franklin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rosalind Franklin

Pour les articles homonymes, voir Franklin. Sa mort prématurée l'a très certainement empêchée d'obtenir le prix Nobel de médecine. Biographie[modifier | modifier le code] Rosalind Franklin est née à Notting Hill, Londres, dans une famille juive britannique très influente. Son père était Arthur Ellis Franklin, un marchand londonien et sa mère Muriel Frances Waley. Après l'obtention d'un doctorat en physique-chimie à Cambridge au Royaume-Uni en 1945, elle travaille en France de 1947 à 1950 au Laboratoire central des services chimiques de l'État, où elle apprend les techniques de diffractométrie de rayons X[2],[1]. Kings's College[modifier | modifier le code] De retour au Royaume-Uni en 1951, elle obtient un poste au King's College de Londres où elle applique la diffraction des rayons X à l'étude des matériaux biologiques.

Birkbeck College[modifier | modifier le code] Fin de vie[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Rosalind Franklin, génie incompris réhabilitée par Google.