background preloader

Unitées militaire Armée Romaine Antique

Facebook Twitter

ORGANISATION DES ARMEES ROMAINES - LE ROUGE ET LE NOIR. 14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 19:57 Parler de l'organisation de l'armée est trés compliqué, car un officier supérieur comtemporain de Jules César se plaignait des nombreuses réformes qu'ils avait connues.

ORGANISATION DES ARMEES ROMAINES - LE ROUGE ET LE NOIR

A notre époque en France c'est toujours d'actualité. J'ai connu en 33 ans 5 à 7 réformes importantes. L'armée de terre est passé des brigades aux divisions puis de nouveau aux brigades, sans parler des expérimentaions incessantes d'unité qui se créaient et disparaissaient en fonction des besoins. L'armée Romaine - Histoire des Temps Anciens.

L'armée romaine est organisée en légions et son général en chef est l'empereur.

L'armée Romaine - Histoire des Temps Anciens

Subdivision d'une légion : Durant le siège d'Alésia l'armée romaine comptée 12 légions, soit près de 70000 légionnaires (dont certains étaient d'origine gauloise). Les romains parviendront par leur siège à vaincrent les 80000 gaulois retranchés dans leur oppidum et résisteront aux 240000 fantassins et 8000 cavaliers de l'armée de secours gauloise. La Légion Romaine.

La légion romaine La légion romaine est réputée pour ses conquêtes sur tout le continent européen.

La Légion Romaine

C'est grâce à cette célèbre armée que Rome a pu prendre le contrôle de du VIIIème siècle avant J.C jusqu'au Vème siècle. L'armée romaine s'inspire directement des célèbres phalanges d'hoplites grecques. Entre le IVème siècle avant J.C et le IVème siècle après J.C, l'armée romaine subit plusieurs réformes qui lui donnèrent la puissance et l'organisation qui ont fait sa réputation. Ainsi, beaucoup d'armées plus contemporaines prirent modèle sur l'organisation sans faille des légions. I- Recrutement des soldats romains : Sous , le cens (recensement) servait aussi de base au recrutement dans la légion, à la délimitation des droits politiques, au calcul des impôts. Cohortes urbaines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cohortes urbaines

Les cohortes urbaines (Latin:Cohors urbana) assument un triple rôle : garde d’honneur pour la ville de Rome dans l'Antiquité romaine, police municipale et aussi, force militaire. Elle sert principalement à maintenir l'ordre dans les grandes villes comme Rome si besoin et elle peuvent aussi combattre afin de défendre la ville ; elle est armée et entrainée comme les légionnaires. Vigiles urbains. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vigiles urbains

Les Vigiles Urbani, les « yeux de la ville », sont sous la Rome Antique les fonctionnaires chargés de la lutte contre l'incendie et la police. Malgré leur nombre relativement faible, ces soldats jouent un grand rôle dans la vie de la ville. Ils ne sont pas toujours aimés, en raison de leur arrogance et de leur brutalité, comme le dit Juvénal. Mais ils ont aussi de nombreux liens avec les civils. Garde prétorienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Garde prétorienne

Dans l'Antiquité romaine, la garde prétorienne était une unité de l'armée romaine constituée de soldats d'élite initialement recrutés en Italie. Ces unités tirent leur origine du petit groupe d’hommes dont s’entouraient les magistrats républicains connus sous le nom de préteurs et leur nom du camp des légions romaines où était dressée la tente du commandant de la légion, le prétoire (latin : prætorium), quand ils partaient en campagne.

Manipule romain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manipule romain

Le manipule (latin manipulus, au sens propre une "poignée", sous-entendue d'hommes ici) est une subdivision de la légion romaine antique. Origines[modifier | modifier le code] Formation[modifier | modifier le code] Centurie. Centurion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Centurion

Le centurion (en latin : centurio ; en grec : εκατονταρχος hekatontarchos) était un des degrés de la chaîne de commandement de l'armée romaine. Il s'agit d'un officier qui peut (mais pas forcément) commander une centurie dans la légion romaine. Il y en avait 60 dans chaque légion. Celui de la 1re centurie, qui était le premier après les tribuns, s'appelait le centurion primipile. Celeres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Celeres

Les Celeres The Comic History of Rome Gilbert Abbott A. Beckett Les Celeres étaient une unité militaire romaine de trois centuries, qui constituaient une garde personnelle de 300-500 hommes armés rassemblée par Romulus[1], le fondateur mythique de Rome, pour la protection du roi de Rome[2]. Mais, l'unité fut supprimée par le roi de Rome suivant, Numa Pompilius[3].

Contubernium. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Contubernium

Le contubernium était la plus petite unité militaire de l'armée romaine, constituée de légionnaires. Sous la République, l'unité minimale devient une décurie de dix hommes. Chaque contubernium pouvait compter sur deux "serviteurs", équivalents au support de troupe actuel, qui conduisaient les mules portant le paquetage et approvisionnaient les légionnaires en eau durant les déplacements de troupes. Contubernales. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les contubernales (« compagnons de tente ») sont selon la définition de Festus Grammaticus[1] les soldats ou les personnes qui habitent dans la même tente ou la même baraque. Dans son plaidoyer pour Ligarius, Cicéron déclare avoir connu dan sa jeunesse L.

Tubéron, parent de l'avocat adverse, comme militiae contubernales (camarades de chambrée)[2]. Voir aussi[modifier | modifier le code] Contubernium. Décurion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la Rome antique, un décurion est un officier subalterne de l'armée qui porte comme signe de son rang un pugio ou une Dague. Assemblée municipale[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Troupes auxiliaires. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les troupes auxiliaires (du latin: auxilia) étaient des unités de l'armée romaine, à l'origine composée de soldats qui n'étaient pas des citoyens romains. Leur but principal était de soutenir les légions romaines dans la bataille, composées exclusivement, en principe - mais pas toujours[1]-, de citoyens romains. Ils se sont battus principalement au cours du Principat de 30 av. Speculatores. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Speculatores est un terme dérivant du verbe latin speculare (« observer »), par lequel on désigne en général tous ceux qui jouent le rôle d'éclaireurs ou d'espions, mais plus particulièrement un petit nombre d'hommes attachés à chaque légion romaine, dont le devoir est de se procurer des renseignements sur le nombre et les mouvements de l'ennemi, et de transmettre les ordres aux différents corps de l'armée.

Origine[modifier | modifier le code] Sous la République romaine, les termes de speculatores et exploratores sont indifféremment utilisés pour désigner les courriers, éclaireurs, guides, guetteurs, espions, agents clandestins et unités de reconnaissance de l'armée romaine. Protectores. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Protector (protector Augusti ou protector divini lateris) est un titre de l'armée romaine à partir du IIIe siècle. Historique[modifier | modifier le code] Le titre est peut-être apparu sous le règne de Gordien III (225-244), mais le premier protector connu est Lucius Petronius Taurus Volusianus sous Valérien et Gallien, entre 253 et 258.

On ne sait bien pas quelle est alors sa signification ni sa véritable fonction, sans doute de garde du corps de l'empereur au sein de la garde prétorienne. Hospitalitas. Vexillation. Tactiques de l'infanterie romaine. -=- Legion Romaine -=- Légion romaine. Equipement cavalerie. Le cavalier portait les sandales militaires (caligae), un pantalon de cuir (bracae), une tunique courte en laine rouge, une veste en cuir (subarmalis) qui protégeait sa tunica des frottements de la cuirasse, et enfin une cotte de mailles (lorica hamata) ou d'écailles (lorica squamata) en bronze ou en fer.

Le casque de cavalerie était d'un type tout à fait différent de celui du fantassin : le couvre-nuque était beaucoup plus petit et la protection du front était absente. En revanche, une protection spéciale couvrait les oreilles et la finition en fer repoussé ou en bronze était particulièrement soignée (elle représentait souvent la chevelure humaine. Certains casques portaient même une vraie chevelure en cheveux humains, en crins de cheval ou en poils d'ours, tressés en nattes.

Les armes étaient employées de la main droite : la lance (hasta), qu'on tenait à bout de bras, ou l'épée longue (spatha). La selle romaine est, en fait, le perfectionnement de la selle gauloise. Top. Maître de cavalerie. Cavalerie au temps de la Rome antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la Rome antique, la cavalerie ne constituait pas, à l'origine, une arme indépendante au sein de l'armée romaine : chaque légion avait sa cavalerie organique (300 cavaliers, organisés en dix escadrons commandés chacun par un décurion).

À l'instar des Grecs qui développèrent leur cavalerie au contact des Perses[note 1], c'est essentiellement au contact de ses adversaires — Carthaginois, Celtes, Germains, Parthes, Sassanides et Huns — que Rome entreprend progressivement la mise sur pied d'unités de cavalerie — souvent d'ailleurs par le biais de recrutement de mercenaires issus des peuples soumis (equites singulares) — qui ne resteront cependant que des « auxiliaires » de la légion d'infanterie, clé de voûte de la tactique militaire romaine[1]. La cavalerie romaine : equites romani et mercenaires[modifier | modifier le code] Limitanei. Legio I Germanica. Legio II Adiutrix. Legio II Augusta. Legio II Parthica. LEGION VIII AUGUSTA: reconstitution de l'armée romaine et du monde romain du 1er siècle. Histoire succinte des légions romaines. Cohorte romaine. Hastati. Principes. Triarii. Vélite (Rome antique) Legio I Adiutrix. Les romains 1 : Organisation des légions romaines.

L'ARMEE IMPERIALE ROMAINE. VIA ROMANA. Le soldat romain - Histoires de batailles.