background preloader

Persécution de Néron

Facebook Twitter

Persécutions des chrétiens. Persécution de Néron. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Persécution de Néron

Persécutions[modifier | modifier le code] Le mot (diogmos en grec, persecutio en latin) désigne initialement simplement une poursuite judiciaire. Ce sont les auteurs chrétiens qui, dès le Nouveau Testament, vont lui donner, ainsi qu'au terme « persécuteur », un sens dépréciatif[1]. Ces persécutions, dans leur diversité, vont jouer un rôle fondamental dans le développement du christianisme et de sa doctrine[2].

L'historiographie chrétienne (et donc la très grande majorité des sources[3]), qui s'est développée en même temps que le culte des martyrs, a présenté ces persécutions comme une « politique d'intolérance religieuse, cohérente et systématique ». En fait au cours des Ie et IIe siècles, le christianisme est persécuté de façon sporadique et non systématique dans le temps et l'espace par l'État romain. Discussion:Persécution de Néron. Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Discussion:Persécution de Néron

Pertinence du titre[modifier | modifier le code] Comme le démontrait Polydore Hochart, la mention des Chrétiens sous Néron attribuée à Tacite est anachronique. En revanche, la mention de la "haine du genre humain" semble reprendre un cliché antisémite classique. Il serait donc prudent de revenir au premier titre de cet article "Persécution sous Néron" et sans doute de le fusionner avec Grand incendie de Rome. MLL (d) 12 septembre 2008 à 19:11 (CEST) J'ignorais l'existence de Polydore Hochart mais sa notice est édifiante et j'ai parcouru son article, rien de bien excitant. Irdnael(d) 15 février 2010 à 21:12 (CET) Institutum neronianum[modifier | modifier le code | Ajouter un sujet] Une thèse réchauffée sur l'Institutum N. comme texte normatif quel qu'il soit n'a plus vraiment sa place en 2010 dans un débat sur les persécutions des chrétiens à Rome: on en a fait trop dire à Tertullien et on torture le texte de Pline.

La persecution des chretiens dans la Rome antique. Les empereurs utilisèrent volontiers les chrétiens comme boucs émissaires dans les périodes de crise.

La persecution des chretiens dans la Rome antique

C'est ainsi qu'on a expliqué (suivant Tacite) la persécution de Néron, après l'incendie de Rome de 64. Le souvenir de ces exécutions resta dans la mémoire des fidèles: personnes attachées à des croix et enduites de poix pour être enflammées dans les jardins de l'empereur ; hommes et femmes vêtus en animaux et conduits dans l'arène devant les fauves. Histoire de Saint Martial, apôtre des Gaules, ou la défense de son apostolat - Bonaventure de Saint-Amable. Les persécutions antichrétiennes des premiers siècles 2/3. Première partie de l'article : ici II.

Les persécutions antichrétiennes des premiers siècles 2/3

Les persécutions au Ier siècle. 1. Leurs caractères. Il y eu deux persécutions générales au premier siècle : la première sous Néron, la seconde sous Domitien. 2. Ce prince cruel avait fait mettre le feu à Rome pour le plaisir de la voir brûler et pour la rebâtir ensuite à son goût. Les uns furent couverts de peaux de bêtes et exposés aux chiens pour être déchirés ; d’autres, attachés à des croix, enduits de poix et brûlés comme des torches, pour éclairer les jeux du cirque. Persécution des Chrétiens (Néron,Domitien,Trajan,Adrien,Antonin,Décius,Valérien,Dioclétien,Maximien) Persécutions sous Néron (en 74) L'église avait déjà beaucoup souffert de la part des Juifs et des païens, mais ces persécutions n'étaient pas générales.

Persécution des Chrétiens (Néron,Domitien,Trajan,Adrien,Antonin,Décius,Valérien,Dioclétien,Maximien)

L'empereur Néron fut le premier qui employa le pouvoir souverain contre les chrétiens. Ce prince cruel, irrité de ce que plusieurs personnes de son palais avaient abandonné le culte des idoles, publia un édit pour défendre d'embrasser la religion chrétienne : ce fut à l'occasion de l'incendie qui dévora presque toute la ville de Rome. Néron avait fait mettre le feu à la ville pour le seul plaisir de la voir brûler, et pour la rebâtir ensuite avec plus de magnificence.

La Persecution Des Chretiens Sous Neron listes des fichiers PDF la persecution des chretiens sous neron. Persécutions des Chrétien dans l'Empire romain. Les historiens catholiques comptent Dix persécutions générales subies par la religion chrétienne, sous les empereurs : Néron, 66-68; - Domitien, 93; - Trajan, 107; - Marc-Aurèle, 164; - Septime-Sévère, 199-204, - Maximin, 235; - Decius, 250 ; - Valerius, 257- 258; - Aurélien, 273-275, Dioclétien et Maximien, 303-311.

Persécutions des Chrétien dans l'Empire romain.

Ce nombre dix est devenu en quelque sorte un nombre orthodoxe; mais il est très sérieusement contesté par l'histoire, qui ne tient compte que des faits, des documents authentiques et des vraisemblances. L. WANKENNE : Néron et les Chrétiens (II) M. LAVENCY : Néron et les Chrétiens (I) Persécution des chrétiens dans la Rome antique. « Persécution des chrétiens dans la Rome antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Les chrétiens étaient des croyants d'une religion créée dans la première moitié du Ier siècle par les disciples de Jésus.

Persécution des chrétiens dans la Rome antique

Les chrétiens ne voulaient pas faire certaines choses de la religion romaine, ce qui mécontentent et inquiètent les Romains et aboutira à des persécutions. Les persécutions des chrétiens[modifier] Portrait de Néron. Marbre, œuvre romaine, Ier siècle ap. Du Ier au IIIe siècle, les Romains ne comprenaient pas les chrétiens car ces derniers ne participaient pas au culte de leurs dieux (par exemple, jeter de l'encens sur le foyer de l'autel de Rome et d'Auguste). Cependant une grande partie des Romains acceptaient les dieux étrangers et en pratiquaient le culte. Persecutions. La religion romaine n'était pas exclusive et avait englobé bien d'autres mythes (notamment le panthéon grec).

persecutions

Elle consistait plutôt en des rites extérieurs qui étaient percus comme des marques de loyalisme et d'intégration. D'où l'accusation de misanthropes sur les juifs et les chrétiens qui refusaient de faire ces rites. Toute nouvelle religion pouvait être légalement intégrée pourvu qu'elle ne trouble pas l'ordre public et qu'elle ne mette pas en doute la divinisation de l'empereur. On accusait les chrétiens de prendre leurs distances par rapport à la vie sociale (jeux du cirque, théâtre), de se réunir à l'écart pour prier, de refuser certaines professions, des fonctions publiques et de ne pas prendre part à la défense de la cité. La Réference de Tacite est-elle une Interpolation? Dans tous les écrits romains, il n'existe aucun indice que le Christ a été mis à mort sous Ponce Pilate... excepté peut-être l'extrait ci-dessous.

La Réference de Tacite est-elle une Interpolation?

Le 19 juillet 64 CE, un feu a débuté à Rome et brula pour neuf jours, détruisant ou endommageant finalement presque les trois-quarts de la ville, dont de nombreux bâtiments publiques. Selon Tacitus, des rumeurs se répandirent que le feu avait été planifié par Néron. La persécution de Néron dans l’Empire. Après 64, la persécution contre les chrétiens s’est étendue hors de Rome Ilaria Ramelli _____La persécution de Néron a eu des rebondissements dans d’autres parties de l’empire également.

La persécution de Néron dans l’Empire

Une preuve en est l’édit de Nazareth, étudié par les Professeurs Sordi et Grzybek. Ce décret, en zone palestinienne, prescrivait la mort aux Chrétiens en tant que voleurs de cadavres (Mt 28, selon l’accusation juive) et adorateurs d’un homme. Il proclamait de plus qu’un procès de diis, c’est-à-dire pour faute d’ordre religieux, serait intenté contre ceux qui rendaient un culte aux hommes – toujours les Chrétiens qui adoraient le Christ comme Dieu. _____Une autre preuve est une épigraphe espagnole de Néron (CIL II 231) que j’ai étudiée il y a quelques années, qui remercie Néron pour la persécution des premiers Chrétiens ibériques.

Www.louisemichelchampigny.ac-creteil.fr/IMG/pdf/Les_persecutions_des_chretiens_EED.pdf.