background preloader

Guerres 1870

Facebook Twitter

Vidéo Guerre 1870

Guerre 1870 en Images. Histoire Guerre 1870. Cartes Guerre 1870. Récits Guerre 1870. Conséquences éfaite de 1870. Cartes Postales guerres 1870. Archives Guerre 1870. Kerfank - Le camp de Conlie. Le plan Trochu. […] "On n’ignore pas, et il (Trochu) le rappelle à l’occasion (il a déposé un document sur la question entre les mains de maître Ducloux, notaire) qu’il fut en juillet le seul général à désapprouver l’entrée en campagne et à prévoir « un grand désastre ».

Maintenant on croit, on continue de croire qu’il a dans sa tête «un plan ». Il l’écrira en toutes lettres, le 16 octobre, dans une lettre au maire de Paris, en se félicitant des perfectionnements de la défense qui rendent l’enceinte inabordable : « M’inspirant des désirs qui nous sont communs à tous, et des responsabilités que personne ne partage avec moi, je suivrai jusqu’au bout le plan que je me suis tracé, sans le révéler, et je ne demande à la population de Paris, en échange de mes efforts, que la continuité de la confiance dont elle m’a jusqu’à ce jour honoré. On commence bien à trouver que Trochu manque un peu de fougue, mais on admet qu’il ait ses raisons. […] "Il (Trochu) se prépare. Tout se prépare. Refrain. Les armées. (Abbréviations : Div = division, Bgd = brigade, Rgt = Régiment, Btl = Bataillon, Esd = Escadron, Cpg = Compagnie) Récapitulatif : Carte du trajet des armées, Tableau des grandes batailles de la guerre L'Armée française : l'Armée du Rhin, L'Armée de Châlons, l'Armée du Nord, l'Armée de Paris, l'Armée de la Loire, l'Armée des Vosges, l'Armée de l'Est, L'Armée de Bretagne L'Armée Allemande : La Ie Armée, la IIe Armée, la IIIe Armée, l'Armée assiégeante de Paris Récapitulatif Carte du trajet des armées : Au début de la guerre la France poste sa seule armée, l'armée du Rhin, à 3 endroits : Forbach, Wissenbourg (et Strasbourg, Bitche, Phalsbourg), et Belfort.

Une "armée du Nord" se forme en Normandie pour stopper l'avance de l'ennemi sur Paris. La IIIe armée et un détachement de la IIe (la IIe reste assurer le siège de Metz) avancent donc sans obstacle sur Paris, qu'ils assiègent. Gambetta crée une "armée de la Loire" à Orléans, destinée à délivrer Paris. Paris capitule. L'Armée Française. Musée de la Guerre 1870. Un musée d'histoire racontant la guerre de 1870, ses causes et ses conséquences, un musée utilisant les techniques de la muséographie d'aujourd'hui, en particulier l’audiovisuel et le multimédia, un musée tête de pont de la découverte des champs de bataille et des nombreux monuments qui s'y trouvent ! Un musée de portée internationale, entièrement bilingue et plus !

A découvrir à partir du 18 avril 2014… Et en préambule à l'ouverture : colloque D'une guerre l'autre : que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ? Relations internationales, armées et sociétés. Du 27 au 29 mars 2014 à Gravelotte. Histoire du musée Les combats autour de Metz d’août 1870 ont été certainement les plus violents de la guerre et marquèrent les esprits, tant en France qu’en Allemagne. Informations pratiques Fermeture annuelle : du 15 décembre au 15 janvier ; 1er mai. Boutique-librairie du musée Livres pour adultes et enfants, cartes postales, marque-pages, jeux et coloriages, objets-cadeaux,... Les collections. LYON dans la GUERRE de 1870-1871 - Musée d'histoire militaire. LYON dans la GUERRE de 1870-1871 : "MOBILES" et "LEGIONS" du RHONE : Pendant la guerre de 1870-1871, Lyon et sa région sont épargnées par les combats, mais vont participer à l’effort de guerre par une mobilisation sanitaire et par l’envoi de renforts en hommes.

Les RÉGIMENTS de MOBILES : En effet après les troupes d’active, il est fait très vite appel en août à la réserve mobilisable, la Garde Nationale mobile composée des hommes qui ont échappé au service militaire par tirage au sort que l’on appelle les "Mobiles", appelés familièrement "Moblots". Chaque département met en route un ou deux régiments de mobiles : le 16° et le 65° dans le Rhône, réunis le 13 août au camp de Sathonay, le 27° et le 80° en Isère...Beaucoup de régiments de mobiles du sud passent par Lyon et peuvent y rester quelques temps en garnison. Les deux régiments de mobiles du Rhône sont envoyés à Belfort, ville fortifiée qui ne tarde pas à être assiégée du 3/11 au 16/02/1871.

Les "Enfants du Rhône" Monument aux morts de la guerre de 1870 en France. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les monuments aux morts de la guerre de 1870 constituent les premiers exemples de monuments rendant hommage aux Morts pour la Patrie citant à égalité les hommes de troupe et les officiers. Les premiers sont élevés dès les années 1870. Leur intérêt architectural et artistique réside dans leur grande diversité, réalisés par des artistes affirmés, à l'âge d'or de la sculpture de la fin XIXe siècle ou simples stèles, ils ont des formes variées : colonne, colonne tronquée, obélisque, obélisque tronqué, pyramide etc. accompagné ou non de statues avec inscription d'une dédicace et éventuellement du nom des victimes. Contrairement aux monuments de la Première Guerre mondiale produits le plus souvent en série, à une époque postérieure, ce sont, dans leur grande majorité, des œuvres uniques.

Cependant, les statues du "marin", du "mobile en armes" ou du "mobile au drapeau" furent produites en plusieurs exemplaires. Alsace[modifier | modifier le code] Monument de la guerre de 1870 | Histoire Postale de Denain. La guerre franco-allemande (19 juillet 1870 – 29 janvier 1871) opposa le Second Empire français et les royaumes allemands unis derrière le royaume de Prusse (aussi est-elle parfois appelée guerre franco-prussienne). Le conflit marqua le point culminant de la tension entre les deux puissances, résultant de la volonté prussienne de dominer toute l’Allemagne, qui n’était alors qu’une fédération d’États indépendants.

La défaite entraîna la chute de l’Empire français et la perte d’une partie de l’Alsace-Moselle… Le 19 juillet a donc eu lieu la déclaration de guerre entre la France et la Prusse. La veille à Denain, la réserve se met en route. À la station Denain Mines, au train de 7 heures du matin, plus de 1500 personnes assistent aux adieux des soldats.

Le 23 juillet, une partie de « la mobile » est appelée au front et la classe de 1850 se fait inscrire au début d’août. Sur cette seconde carte postale qui a circulé en 1906, on peut lire une inscription supplémentaire : Www.revue-des-sciences-sociales.com/pdf/rss35-denis.pdf. Commune de Paris en 1871.