background preloader

Energie hydrogène

Facebook Twitter

Générateur HHO

KANAREV. Pile à combustible. La pile de bagdad. Hydrogène. Ramone Talarico Salt Water Battery project. Hydrogène. Scientist Develops Self-Sustaining Solar Reactor That Produces Clean Hydrogen Fuel. Hydrogen is a fuel that has seemingly limitless potential, but scientists have only been able to produce it from fossil fuels, like natural gas.

Scientist Develops Self-Sustaining Solar Reactor That Produces Clean Hydrogen Fuel

That is, until now. A doctoral student in mechanical engineering at the University of Delaware has designed a new type of reactor that produces hydrogen using nothing more than concentrated sunlight, zinc oxide, and water. And best of all, the zinc oxide used by the reactor can be reused, meaning that once the reactor is up and running, it would be self-sustaining. Doctoral candidate Erik Koepf designed a large cylindrical reactor that is made of heat-insulating ceramic materials. With some help from gravity, zinc oxide powder is fed into the system from 15 hoppers, and concentrated sunlight enters through a quartz window and the aperture ring.

This week, Koepf will bring his reactor to Switzerland, where it will be tested for the first time at the Swiss Federal Institute of Technology in Zurich. Via geek.com photos © University of Delaware. Générateur Moller par JLN. Générateur à Hydrogène Atomique de Moller : M.A.H.G.

Générateur Moller par JLN

Depuis le 24 mai 2005 dans le site de Jean-Louis Naudin on peut voir une expérimentation fort intéressante. Ce MAHG 100 % propre et sans danger en cours d'expérimentation est basé sur une découverte de Irving Langmuir Dans le MAHG, l'hydrogène qui n'est pas consommé pendant le processus, est simplement dissocié et recombiné et on peut donc le recycler encore et encore sans consommer plus d'hydrogène que celui utilisé au démarrage.

Le tube du MAHG a été conçu tout spécialement. La partie principale du MAHG est un filament de tungstène de 0,25 mm de diamètre, placé au centre de l'appareil. Tous les résultats, mesures, schémas, et films sont sur le site de Jean-Louis Naudin, y compris ceux publiés en 2004. Les durées d'expérimentation sont de plus en plus longues, jusqu'à 2 heures et les pourcentages d'efficacité plus qu'encourageants de l'ordre de 231 à 243 % . Le MAHG est 100 % propre et sans danger. Voici ce qu'en dit Nicholas Moller : Produire de l’énergie à partir d’eau et d’énergie solaire : une piste sérieuse pour le futur. Des recherches récentes développées au MIT par le Professeur Dan Nocera ont permis de développer de nouveaux catalyseurs qui facilitent la dissociation des molécules d’eau en utilisant seulement l’énergie solaire et ainsi, produire massivement de l’hydrogène.

Produire de l’énergie à partir d’eau et d’énergie solaire : une piste sérieuse pour le futur

A partir de travaux de recherche développés depuis plusieurs années, Daniel Nocera et ses collaborateurs du MIT ont mis au point une nouvelle formule catalytique basée sur des matériaux peu coûteux et très accessibles, qui permet d’accélérer efficacement la division des molécules d’eau en utilisant de l’électricité. A terme, cela pourrait favoriser le développement d’un nouveau système de production et de stockage d’énergie qui permettra aux immeubles d’être complètement indépendants et autonomes. . [ NDLR : A noter qu’a une autre échelle « atomique », les énergies mises en jeu sont encore plus considérables car les forces de liaison interparticulaires sont beaucoup plus élevées.]

La production d’hydrogène accessible à bas coût. Avec la découverte d’un nouveau catalyseur à prix abordable, les chercheurs de l’université de Cambridge ont fait le premier pas vers l’industrialisation de la production d’« hydrogène vert » à partir d’eau.

La production d’hydrogène accessible à bas coût

L’origine renouvelable de ce gaz pourrait renforcer les bénéfices écologiques des véhicules électriques équipés d’une pile à combustible. Le principal obstacle au développement des technologies basée sur l’utilisation de l’hydrogène est sa production qui reste aujourd’hui essentiellement basée sur les énergies fossiles, fortement émettrices de CO2. De plus, afin que l’électrolyse de l’eau puisse être industrialisable, ce procédé doit fonctionner sous des conditions atmosphériques bien spécifiques : pression de 1bar, température ambiante, pH neutre, et forte concentration d’oxygène provenant de l’air. Aucun catalyseur fonctionnant dans ces conditions avec une efficacité et des coûts satisfaisants n’avait encore été trouvé à l’heure actuelle.

Illustration : © university of cambridge. Quatre adolescentes créent un générateur d'électricité alimenté à l'urine. Duro-Aina Adebola (14 ans), Akindele Abiola (14 ans), Faleke Oluwatoyin (14 ans) et Bello Eniola (15 ans) ont présenté leur invention lors de la "Maker Faire Africa" (un évènement dédié aux projets scientifiques et à l’esprit de débrouille) à Lagos.

Quatre adolescentes créent un générateur d'électricité alimenté à l'urine

Le système a l’avantage d’être parfaitement écologique et durable. Leur générateur d’électricité est effectivement alimenté par… de l’urine. Il permet de produire six heures d’électricité avec un litre de liquide. Le système sépare simplement l’hydrogène contenu dans le fluide grâce à une cellule électrolytique bricolée. Un système pas encore commercialisable. Une société britannique développe un procédé de fabrication d'une essence de synthèse à partir de l'air.