background preloader

Déchiffrement des Hiéroglyphes

Facebook Twitter

Jean-François Champollion

Projet Rosette. Toute l'équipe Rosette vous souhaite la bienvenue Vie, Intégrité, Santé () Cet espace est dévolu à l'étude des hiéroglyphes.

Projet Rosette

Loin de prétendre en avoir maitrisé toutes les subtilités, l'Équipe Rosette s'efforce de collecter le maximum d'informations et de mettre à la disposition de tous quelques outils permettant de les approcher. Déchiffrement des hiéroglyphes. Le plus célèbre et le plus romanesque de tous les déchiffrements fut sans doute celui des hiéroglyphes.

Déchiffrement des hiéroglyphes

Pendant des siècles, ceux-ci avaient gardé leur mystère, et l'on ne pouvait que spéculer sur leur signification. Les plus anciens hiéroglyphes remontent à 3000 avant J. -C., et cette forme d'écriture dessinée se perpétua pendant trente-cinq siècles. Les hiéroglyphes déchiffrés il y a 1000 ans. Le 28 octobre 2004 Retour au sommaire des capsules Les hiéroglyphes déchiffrés il y a 1000 ans (Agence Science-Presse) - L’histoire nous apprend que c’est le Français Jean-François Champollion qui a déchiffré le premier, en 1822, les hiéroglyphes égyptiens.

Les hiéroglyphes déchiffrés il y a 1000 ans

Sauf que si l'Europe avait été moins repliée sur elle-même, elle aurait pu les déchiffrer bien plus tôt... puisque les Arabes y étaient parvenus 1000 ans auparavant! L'égyptologue Okasha El Daly, de l’Institut d’archéologie du Collège universitaire de Londres, vient en effet de découvrir des documents qui prouvent que les savants arabes avaient percé le mystère des hiéroglyphes égyptiens dès le IXe siècle. Les hiéroglyphes mystifiaient les savants européens depuis un long moment, jusqu'à la découverte de la pierre de Rosette lors de l’expédition militaire de Napoléon en Égypte. Les découvertes du docteur Daly seront publiées dans un livre d’ici la fin de l’année. Capsule suivante Retour au sommaire des capsules Vous aimez cette capsule? Le traducteur de hiéroglyphes ! Nom en Hiéroglyphes. Introduction Les hiéroglyphes sont l'un des systèmes d'écriture utilisés par les égyptiens anciens pour transcrire leur langue.

Nom en Hiéroglyphes

Il s'agit de dessins, souvent très soignés, qui écrivent aussi bien des sons que des mots entiers. Pour les besoins de la vie courante, les égyptiens utilisaient une écriture dérivée des hiéroglyphes, mais où les signes étaient très simplifiés : l'hiératique. L'écriture apparaît en Égypte un peu avant -3000 av. JC. Principes généraux Le principe de base des hiéroglyphes est analogue à celui du rébus. . , car le mot "scarabée" se dit aussi "kheper". On peut, en simplifiant, distinguer trois grandes familles de hiéroglyphes : signes phonétiques, ou phonogrammes, qui représentent une, deux, ou trois consonnes, les idéogrammes, qui sont des signes-mots, et les déterminatifs. quelques exemples : Signes phonétiques : écrit la consonne "m" ; écrit la suite de deux consonnes "b" et "aleph" ; le plateau de jeu écrit la séquence de consonnes "m+n".

Idéogrammes . Déterminatifs et. Égyptien démotique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Égyptien démotique

Cet article concerne l'égyptologie. Pour la forme du grec moderne, voir Grec démotique. Le terme démotique (du grec δημοτικά / dêmotiká « populaire »), désigne, dans le contexte de l'égyptologie, tout à la fois un type d'écriture et l'état de la langue égyptienne qu'elle note, par opposition aux formes hiératique et hiéroglyphique. L'écriture démotique s'est constituée à l'époque saïte.

La plus ancienne attestation actuellement connue date de Psammétique Ier. Le démotique est, avec le grec et l'écriture hiéroglyphique, l'une des trois écritures utilisées sur la célèbre pierre de Rosette, l'inscription d'époque ptolémaïque qui a permis à Champollion d'effectuer le déchiffrement des hiéroglyphes. L'alphabet copte, créé à partir du grec oncial, a utilisé plusieurs signes démotiques pour élargir son éventail de lettres. Bibliographie[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Cartouche (hiéroglyphe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cartouche (hiéroglyphe)

Un cartouche (shenou en égyptien) est un symbole hiéroglyphique, de forme allongée et fermé par un nœud, qui contient le nom d'un pharaon. Il symbolise tout ce que le soleil entoure, c'est-à-dire l'univers et a pour fonction de protéger le nom de Pharaon. Ils étaient le plus souvent peints de jaune ou d'or (couleur du soleil) et étaient utilisés pour deux des cinq noms d'un pharaon. L'avant-dernier nom (celui commençant par « Roi de Haute et de Basse-Égypte »)Le dernier nom (celui commençant par « fils de Rê ») Le cartouche, qui se dit Shen en égyptien, fut utilisé à partir du roi Khéphren (IVe dynastie). Délimitant de façon visible le nom d'un pharaon dans une phrase, le cartouche fut un élément primordial dans le processus de déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. La langue et l'écriture hiéroglyphique.