background preloader

Web 2.0 et 3.0 & Modèles de recommandation

Facebook Twitter

Music Discovery Sites. Le nouvel ordre documentaire du numérique. La circulation des informations et des biens culturels a toujours (en tout cas depuis les premières bibliothèques) été régie par un ordre documentaire. Dans notre histoire contemporaine s'est imposé un "ordre documentaire antérieur dominé par l’édition qui vend des objets et protège le contenu par la propriété intellectuelle. " (Source) Avec le numérique, cet ordre ancien est bouleversé. Quelles sont actuellement, les différentes "variables" du nouvel ordre documentaire inauguré par le numérique ? Il peut être caractérisé par (au moins) 3 grands régimes : Ceux-ci concernent à la fois les ordres lexicométriques (dont l'outil Culturomics et son "n-gram viewer" sont emblématiques et avec eux la question de la maîtrise des corpus), et les ordres linguistiques (mes billets sur l'affaire DSK attestaient, parmi d'autres, des spécificités et des variabilités de ces ordres linguistiques) ** L'autoritativité est à distinguer de "l'autorité".

Et le stock devint le flux. Nouveaux gardiens du temple. What’s Spotify’s Secret For Its Dec 6th Event? Discovery Via Twitter-Style Influencer Following. In the post-FM era of streaming music, anyone can be a DJ. Spotify wants to provide the audience. That’s why, industry sources confirm, Spotify will launch an enhanced influencer following system at simultaneous events in New York and London on December 6th. Spotify will start recommending you follow expert listeners, celebrities, and big name artists. It’ll even have a superstar musician on hand at the event(s). In September I broke the news that Spotify was planning to launch a browser-based version of its desktop software, as well as a total revamp of its discovery system centered around influencers.

Seems those are both correct. Last week The Verge learned that Spotify had just begun testing this new browser version; you can check out my review here. Where Spotify’s At Now Currently, Spotify’s following system is primarily focused around seeing what your friends listen to. What’s Actually Next I’ve learned Spotify’s third-party application platform partners will get in the mix, too. Libboo : un outil marketing de recommandation de livres. Dans son fonctionnement, Libboo ressemble quelque peu à JellyBooks (voir “JellyBooks : la méthode Groupon appliquée aux livres“) : il s’agit d’un service de recommandation de livres qui apprend de vos comportements de partage pour vous en proposer d’autres livres sur le même thème (méthode Zite et Last.fm).

La différence se fait au niveau des récompenses : sur JellyBooks, si vous êtes nombreux à “faire un deal” sur un livre, vous obtenez des réductions; sur Libboo, plus vous faites du “buzz” (expression consacrée) selon un barème défini (partager d’un clic sur Facebook/Twitter rapportera sans doute moins que l’ajout d’un code sur un blog), plus vous obtenez des chances de l’obtenir gratuitement : À cela s’ajoute un système de classement des membres par livre en fonction de leur investissement et un système de progression qui doit encourager à dépasser le premier “buzzer” pour gagner en influence : L'économie de la multitude. ParisTech Review – Dans L’Âge de la multitude (Armand Colin, mai 2012), vous affirmez que la révolution numérique a déjà eu lieu, mais que la numérisation du monde économique et social continue, avec la diffusion de nouveaux modèles économiques et industriels. Les plateformes, véritables infrastructures du monde de demain, sont parfois aussi puissantes que les Etats, mais elles sont elles-mêmes tributaires de leurs échanges avec la multitude, qui est au centre du jeu.

Qu’appelez-vous « la multitude » ? Henri Verdier – Nous avons repris ce concept à une tradition philosophique ouverte par Antonio Negri et Michael Hardt, reprise et développée en France par Yann Moulier-Boutang. Pour ces auteurs, la multitude succède au prolétariat. Nicolas Colin – Ce concept qui décrit parfaitement le nouveau monde social a un autre avantage : il nous permet de pallier les difficultés de traduction de ce que les Américains désignent par « People ».

Est-ce du revenu libéré, ou de la destruction de valeur ? Réutilisation des données personnelles (4/4) : Quels services pour les données personnelles. Par Hubert Guillaud le 26/06/12 | 1 commentaire | 1,658 lectures | Impression L’une des questions que pose la restitution des données aux utilisateurs est de savoir ce qu’ils vont pouvoir en faire. Pour les entreprises, la question de la réutilisation est au coeur des questionnements sur le retour sur investissement. Quant aux utilisateurs, beaucoup se demandent encore comment utiliser ces données qui vont leur être rendues. Qu’allons-nous pouvoir faire des données qui demain, devraient nous être rendues ? Quels outils nous permettront de tirer sens de ces données ? Et plus encore, quels services nous permettront de les réutiliser, de les coupler à d’autres, pour qu’elles nous deviennent utiles ? Que faire de nos données ? Force est de constater que pour l’instant peu d’acteurs ont des réponses à ces questions.

Ces questions n’ont pas beaucoup de réponses aujourd’hui. Il n’y aura pas de MiData sans services Dans certains domaines, des services commencent à émerger. Social CRM et SRM (Social Relationship Management) : définitions. Quand vous ne voyez pas le service, c’est que vous êtes le produit ! La lecture de la semaine, il s’agit d’un article de l’hebdomadaire américain The Nation, il est signé par Ari Melber, journaliste et spécialiste des réseaux sociaux, il s’intitule “Le secret de la valorisation de Facebook”. L’occasion de revenir sur un événement largement commenté et dont nous avions dit quelques mots ici même. “Une chose manque dans tous les commentaires au sujet de la valorisation boursière de Facebook”, commence Ari Balmer.

“Tout le monde sait à quel point l’entreprise est populaire, avec ses 845 millions d’utilisateurs, et à quel point elle marche bien, avec une valorisation potentielle à 100 milliards de dollars (soit 5 fois celle de Google quand il fut introduit en Bourse en 2004). Mais qu’est-ce qui fait vraiment de Facebook une entreprise aussi rentable ?” Demande Ari Melber. C’est vous, répond-il. Ses utilisateurs. Image : Mark Zuckerberg nous dit merci ! Le mot “volontaire” est, selon Melber, une façon plutôt gentille de voir les choses. Xavier de la Porte. Qu’est-ce que l’identité numérique ? Je ne suis pas le premier à tenter de vulgariser le concept d’identité numérique, Leafar (Raphaël pour les intimes) a ainsi déjà proposé une représentation de l’identité numérique (voir son billet : U.lik unleash Identity 0.2), j’avais également déjà abordé la question dans un précédent billet.

Je souhaite avec cet article compléter cette vision et y apporter ma touche personnelle. Les utilisateurs au coeur du web 2.0 Avec la prolifération des blogs et wikis, la multiplication des réseaux sociaux et l’explosion du trafic sur les plateformes d’échanges, les contenus générés par les utilisateurs prennent une place toujours plus importante dans notre consommation quotidienne de l’internet. Tous ces contenus laissent des traces sur les sites qui les hébergent et dans les index des moteurs de recherche, ils sont également systématiquement rattachés à un auteur.

De la volatilité de l’identité numérique Les différentes facettes de l’identité numérique. Splash.FM, a Klout for music discovery, opens up beta. New York-based social music startup Splash.fm opened up its site to the public Tuesday, allowing anyone to sign up and discover new tunes. The site allows users follow friends and tastemakers in a Twitter-like fashion, share songs with their own network and “splash” the song recommendations of others to show their approval. Users who “splash” a lot of songs and whose recommendations get reshared by others will over time accumulate a high “Splash Score,” which is something like a Klout score for your music curation skills. Splash.fm co-founder Jason Fiedler explained the Splash score to me via email: “I think a Klout-type score is extremely powerful for two reasons. First, it quantifies something that is extremely abstract- influence. Second, the ability to compare people’s influence as a score creates competition and a gamification layer that drives further engagement.

“The most important thing we’ve learned from Klout is that user’s cannot lose confidence in the score… ever. Facebook, Google : à l'heure du croisement des courbes. Un jour, Facebook dépassera Google en apport de trafic. Ceci n’est plus une prédiction, c’est une réalité bien tangible notamment mise en exergue par Frédéric Filloux dans sa Monday Note du 26 mars . Le cas du Guardian y illustre le croisement des courbes : celle de Facebook prend le pas sur celle de Google, jusqu’ici affluent principal. J’ai lu très peu de choses là-dessus et j’en suis surpris.

C’est quand même un retournement important. A moins que nous soyons tellement convaincus de la prise de pouvoir du participatif que ce ne soit que le fait qui valide l’idée reçue. Il est patent de constater que le phénomène se développe avec le lancement de l’application du Guardian sur Facebook. Faire le pari de l’engagement de son public sur Facebook, c’était également celui des changements importants apportés par Facebook , dont nous avons surtout retenu la timeline.

Quitte à caricaturer un peu, nous aurions ici : {*style:<i>Cet article a été initialement publié sur le blog de Emakina.fr </i>*} High-Tech : Google paie les internautes pour scruter leur vie privée. Le géant de l'Internet propose de rémunérer ses utilisateurs en échange d'un accès complet aux sites qu'ils visitent. Google vient de présenter son programme Screenwise, qui permet de suivre à la trace les internautes en échange d'une rémunération pouvant monter «jusqu'à 25 dollars en cartes cadeau». Tous les utilisateurs américains du navigateur Chrome de plus de 13 ans, disposant déjà d'un compte Google, peuvent s'inscrire à ce programme qui, selon l'entreprise, l'aidera à «améliorer ses produits et services et à créer une meilleure expérience en ligne pour tout le monde». Concrètement, après l'inscription, les utilisateurs devront installer une extension sur leur navigateur. Chaque inscrit recevra alors une carte cadeau Amazon d'une valeur de 5 dollars au moment de l'inscription, puis de 5 dollars supplémentaires tous les trois mois.

En échange, Google aura accès, de façon anonyme promet-il, à l'intégralité des sites visités par l'internaute. Linked Pages : Bing socialise un peu plus ses résultats. Google Knowledge Graph Could Change Search Forever. Google has a confession to make: It does not understand you. If you ask it “the 10 deepest lakes in the U.S,” it will give you a very good result based on the keywords in the phrase and sites with significant authority on those words and even word groupings, but Google Fellow and SVP Amit Singhal says Google doesn’t understand the question.

“We cross our fingers and hope someone on the web has written about these things or topics.” The future of Google Search, though, could be a very different story. In an extensive conversation, Singhal, who has been in the search field for 20 years, outlined a developing vision for search that takes it beyond mere words and into the world of entities, attributes and the relationship between those entities. To understand where Google is going, however, you need to know where it’s been. Eventually Google transitioned from examining keywords to meaning. Big Changes Coming It’s a challenging task, but the work has already begun. Beyond Search. Pourquoi le succès de Google+ est assuré. En ce moment la blogosphère est particulièrement agitée et surtout très partagée au sujet de Google+ : il y a ceux qui n’y croient pas, et ceux qui attendent de voir. Il faut dire que depuis le lancement de sa plateforme sociale (Google lance sa plateforme sociale unifiée Google+), Google peine à convaincre, même si les équipes avancent dans la bonne direction.

Force est de constater qu’au fil des années, Google s’est éparpillé et qu’ils payent maintenant le retard accumulé sur le volet social. Qu’importe, même si ça n’a pas été officiellement confirmé, Google+ est au coeur de la stratégie de Google et je suis intimement convaincu que son succès est assuré. Des avis contradictoires Il y a eu ces dernières semaines pas mal de bruits autour de la chute de l’audience de Google+ : Google+ Traffic Falls 60% From Post-Launch Highs. Je ne suis pas un spécialiste de la mesure d’audience et ne peux pas juger de la fiabilité de ces données. Les annonceurs n’auront pas le choix. The Attention Economy: An Overview. Written by Alex Iskold and edited by Richard MacManus It is no secret that we live in an information overload age.

The explosion of new types of information online is a double-edged sword. We both enjoy and drown in news, blogs, podcasts, photos, videos and cool MySpace pages. And the problem is only going to get worse, as more and more people discover the new web. Consider the two charts below, illustrating the growth of the Blogosphere at large and also in number of posts published by tech news blog TechCrunch: Because of this information explosion, we no longer read - we skim. The news that used to last a day now lasts just a few hours, simply because we need to pay attention to the new news.

Economics of Attention Things get more interesting when we realize that our attention crisis is not only our problem. When information is abundant, the false positives are very costly - they are basically deal breakers. Attention Economy Concepts AttentionTrust Technology of Attention. Diffusion/accès : une économie de l'attention antagonique. Dans la continuité d'un billet récent, qui soulignait théoriquement la différence radicale entre l'économie de l'accès et celle de la diffusion, voici quelques éléments plus concrets sur les stratégies des acteurs, la structuration des marchés et les chiffres.

Le double marché de l'économie de l'attention On trouvera chez A. Iskold (repéré par InternetActu) une éclairante synthèse de ce que lui, et bien d'autres analystes du Web, entendent par le terme "économie de l'attention", en réalité une appropriation du concept pour l'économie de l'accès, c'est à dire pilotée par le service aux usagers comme le montre clairement le schéma ci-dessous, tiré de son billet : Bien souvent (comme par exemple dans Wikipédia), il sera fait référence au prix Nobel H. Simon qui déclarait en 1971 : ...in an information-rich world, the wealth of information means a dearth of something else: a scarcity of whatever it is that information consumes. Mais H. Acteurs et mesure Structure du marché. Do recommendation systems make the ‘tail’ longer or shorter? | IPdigIT.

Earlier this month, Netflix (an American provider of on-demand Internet streaming media) offered some details about the working of its recommendation system. It is explained that recommendations are provided through various channels (“Top 10” lists, different genres appearing on the front page, ordering of movies) that are combined in a dynamic way. And apparently, the whole system is quite efficient: “The company says that its customers are so confident in the system at this point that 75 percent of all movies watched by members come from recommendations.”

Two weeks later, Splash.FM (a NewYork-based social music startup) announced its intention to push recommendations several steps further. The site allows users follow friends and tastemakers in a Twitter-like fashion, share songs with their own network and “splash” the song recommendations of others to show their approval. But which songs? The question is far from simple. As explained in Belleflamme and Peitz (2010, p. 660): Economie de l'attention et marché de la recommandation. Heuristique et sérendipité : un exemple en images. Prescription et recommandation : des pairs et des tiers. Science et curation : nouvelle pratique du Web 2.0. Numérique - Article - Goodreads, la nouvelle référence des sites de recommandation de livres. Médias & Publicité : Les internautes délaissent un peu Google. De la conquête du far-web à celle du near-me. The Attention Economy: An Overview. The attention economy explained by David Gauntlett.

The Implicit Web: Last.fm, Amazon, Google, Attention Trust. Pour une écologie informationnelle. Goldhaber. Turntable.fm's Seth Goldstein On Monetizing Music Discovery & User Engagement. The digitization of the music industry vs. the book world: the ultimate overview (part II) Qu'y aura-t-il demain sous nos moteurs ? Active vs. Passive Fans: Why Radio & TV Still Rank Tops For Music Discovery. Market Research | Consumer Market Research - NPD - NARM and The NPD Group Unveil Results of Research Report on Consumers and Music Discovery. Experiential Rights - blackrimglasses.com.

The Most-Wanted Music Apps from Evolver.fm’s Poll. Le graphe secret de Google + Music discovery takes center stage as digital-track availability just keeps on rising « Music & Copyright's Blog. Des social graph aux interest graph. Du contenu roi aux données reines. Big Data : la nécessité d’un débat. L'homme, un visible. Eloge de la redocumentarisation. MTV Tries Music Discovery: New Tune Or Catch-up? Top 10 Free Ways To Discover New Music Online. The Echo Nest Makes Pandora Look Like a Transistor Radio.

L’ENJEU DES MÉTADONNÉES MUSICALES La musique n’est pas qu’un fichier son. Ingénieries de la sérendipité. Is The New Digital Ecology More In Harmony With Music Than The Industrial Model Ever Was?  Ils ont (méta)donné leur avis. Facets of Web3.0 « Music News Online. Les leviers d’innovation du web pour les 5 prochaines années. Musique - Article - Turntable.fm, réseau social musical d'un nouveau genre. Médias & Publicité : Les internautes délaissent un peu Google. Ces algorithmes qui nous divisent. Du Web personnalisé au Web personnel. Numérique - Article - Les nouveaux réseaux sociaux qui montent.