background preloader

Economie numérique - Généralités

Facebook Twitter

Makers, pro-amateurs, consom’acteurs… de qui parle-t-on. Par Fabien Eychenne le 12/07/12 | 8 commentaires | 2,905 lectures | Impression Dans le cadre du programme Refaire, nous al­lons abo­r­der des modèles d’i­n­no­va­tion émer­ge­nts, pa­rfois à co­n­tre-cou­rant des pra­ti­ques cla­ssi­ques d’une in­no­va­tion linéaire.

Makers, pro-amateurs, consom’acteurs… de qui parle-t-on

Dans ce bi­llet, nous sou­ha­i­tons déve­lo­pper un “le­xi­que” des te­r­mes que nous uti­li­serons de façon récurre­nte. Il s’a­git ici, de s’intére­sser à l’i­n­no­va­tion as­ce­nda­nte, une in­no­va­tion conçue par les co­n­so­mma­te­urs eux-mêmes ai­nsi que de ca­ractéri­ser ces in­no­va­te­urs du quo­ti­dien. Eric Von Hi­ppel dans son ou­vrage Demo­cra­ti­zing In­no­va­tion (ou­vrage pu­blié sous li­ce­nce li­bre et télécha­r­gea­ble en ligne) s’est attaché à ex­pli­quer le pro­ce­s­sus d’i­n­no­va­tion menée par les uti­li­sa­te­urs. Co­m­ment in­nove-t-on ? Dans les trois pays ana­lysés, la fi­gure de ces in­no­va­te­urs est assez pro­che. Qui sont les in­no­va­te­urs ? Which is best: hardware, software or services? Apple’s recent margins are nothing short of spectacular.

Which is best: hardware, software or services?

It’s hard to convey just how remarkable 47% gross margin and 39% operating margins are. For a company that sells hardware these are simply unheard-of numbers. The best way I can illustrate this is by comparing Apple’s operating margins with those of two other platform-based companies, Google and Microsoft. Microsoft invented the software-as-a-business model and, as software is easily reproduced, their margins are phenomenal.

The gross margins are typically in the 80% range for software. Google also has led a charmed life free of inventory and factories. As the chart above shows, Apple has been creeping up on both these benchmark companies with exceptional operational leverage and, as of this last quarter, overtaken them. The impact of iOS on Apple is shown in the right-most two charts below. But the temptation is to compare the “core” business models and ask which is best: hardware, software or internet services. Quel va être l’impact de la fin de l’ordinateur individuel ? Le week-end dernier, j’ai essayé d’expliquer à mes petits garçons ce qu’est l’internet.

Quel va être l’impact de la fin de l’ordinateur individuel ?

Un exercice de style à priori pas si complexe, mais qui nécessite d’expliquer également ce que sont les ordinateurs et les contenus numériques. Je ne vais pas vous raconter ma vie privée, mais pour faire court, disons que je les ai perdus en route (pourtant j’avais fait des schémas et tout). La fin de l’ordinateur individuel est programmée. Nous sommes en 2011, cela fait donc 30 ans que l’ordinateur individuel a été mis sur le marché (source : Wikipedia). 30 ans que nous utilisons la combinaison unité centrale / écran / clavier / souris. 30 ans de croissance quasi ininterrompu pour les constructeurs et éditeurs de logiciels qui ont bénéficié du phénomène de comoditisation de l’offre (une baisse des prix obtenue par économie d’échelle en vendant des produits quasiment identiques aux entreprises et particuliers).

La fin de l’ordinateur individuel est programmée

Plusieurs signaux du marché sont néanmoins en train de participer au déclin de l’ordinateur individuel tel que nous l’avons connu : l’arrivée à maturité de l’internet et des offres de cloud computing, la montée en puissance des terminaux mobiles et des usages en mobilité. Avec les annonces de ces dernières semaines, il semble clair que Microsoft, Google et Apple sont en ordre de bataille pour faire basculer l’informatique dans le 21ème siècle. «Industries du copyright» et fair use. La saison 2010 du cours sur l'économie du document est terminée depuis un moment déjà.

«Industries du copyright» et fair use

L'ensemble est disponible ici, moins la partie d'interaction avec les étudiants, qui reste sur un serveur dédié. Néanmoins les billets rédigés par les étudiants et leur discussion sont accessibles (ici, là, là et là). L'été est là. Les billets vont donc s'espacer. En voici un, un peu plus long, pour la route. The Great Tech War Of 2012. Apple, Microsoft, Google, Adobe à la recherche du nouveau paradigme des logiciels. Apple, la stratégie de la forme. À l'occasion du départ de S.

Apple, la stratégie de la forme

Jobs, voici une petite analyse de la stratégie de Apple à partir de la théorie du document qui synthétise plusieurs billets de ce blogue. Pour un bref rappel de cette dernière, voir la vidéo. Steve Jobs déclarait dans la dernière présentation des comptes de la firme dont il était le Pdg « Nous sommes ravis de présenter notre meilleur trimestre depuis la fondation de la firme, avec des revenus en hausse de 82% et des bénéfices en hausse de 125% . » Apple était un fabricant d’ordinateur, concurrent en difficulté de Microsoft sur la bureautique, malgré de fortes compétences en design. Apple est aujourd'hui la deuxième capitalisation boursière mondiale après être passée devant Microsoft en janvier 2011.

Voici l'évolution de la répartition de son chiffre d'affaires ces dernières années. La deuxième économie. Pour McKinsey Quarterly, l’économiste Brian Arthur, chercheur invité au Laboratoire de systèmes intelligents du Parc, le Centre de recherche de Palo Alto, professeur externe à l’Institut de Santa Fé et auteur de The Nature of Technology : What it is and How it Evolves (La nature des technologies : ce qu’elle est et comment et évolue) a livré une très intéressante réflexion sur l’économie numérique, qu’il a baptisée “La deuxième économie”.

La deuxième économie

En 1850, explique-t-il, l’économie américaine était comparable à celle de l’Italie. 40 ans plus tard, elle était devenue la plus grande économie du monde. Que s’est-il passé entre les deux dates ? Le chemin de fer a relié le pays, donnant accès aux biens industriels de l’Est, réalisant des économies d’échelles et stimulant la fabrication. Où va l’économie numérique ? (1/3) : Vers une innovation sans emplois. Par Hubert Guillaud le 01/02/12 | 24 commentaires | 11,251 lectures | Impression Même s’il est toujours difficile à mesurer, l’impact d’internet sur l’économie a toujours été observé avec attention, notamment par les acteurs de la nouvelle économie eux-mêmes, toujours à la recherche de métriques pour valoriser leurs résultats face aux pesanteurs de l’ancienne économie.

Où va l’économie numérique ? (1/3) : Vers une innovation sans emplois