background preloader

Le personnage de roman du XVII s à nos jours

Facebook Twitter

La Symphonie pastorale (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Symphonie pastorale (roman)

La Symphonie pastorale est un roman écrit par André Gide en 1919, qui traite du conflit entre la morale religieuse et les sentiments. Gertrude, une jeune fille aveugle et orpheline de sa tante qui vient de mourir, est recueillie par un pasteur qui lui offre de vivre avec sa femme, Amélie, et ses enfants dans une petite chaumière du Jura neuchâtelois, en Suisse. Dans son journal, le pasteur raconte l’éducation protestante qu’il offre à Gertrude, dont il finit par tomber amoureux. Son fils Jacques tombe également amoureux de Gertrude. Les Misérables. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Misérables

Dans ce roman emblématique de la littérature française qui décrit la vie de miséreux dans Paris et la France provinciale du XIXe siècle, l'auteur s'attache plus particulièrement au destin du bagnard Jean Valjean. C'est un roman historique, social et philosophique dans lequel on retrouve les idéaux du romantisme et ceux de Victor Hugo concernant la nature humaine.

Le roman Genèse Préoccupé par l'adéquation entre la justice sociale et la dignité humaine, Victor Hugo a écrit en 1829 Le Dernier Jour d'un condamné, long monologue et réquisitoire contre la peine de mort. Histoire d'un saintHistoire d'un hommeHistoire d'une femmeHistoire d'une poupée[3]. Il interrompt sa tâche en février 1848, mais écrit à la même époque son Discours sur la misère (1849). Durant son exil, après la rédaction des Contemplations (1856) et de La Légende des siècles (1859), il se remet à l'écriture des Misérables, à Guernesey en 1860. Inspiration Influences. Claude Gueux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claude Gueux

Pour les articles homonymes, voir Gueux. Le roman[modifier | modifier le code] Genèse[modifier | modifier le code] Victor Hugo achève la dernière préface du Dernier Jour d'un condamné en 1832. Quand il découvre dans la Gazette des tribunaux du 19 mars 1832, le compte rendu du procès d'un certain Claude Gueux condamné à mort pour meurtre, il y découvre comme un écho de son plaidoyer contre la peine de mort et décide alors d'en faire un roman. . « Mais pourquoi cet homme a-t-il volé ? Le Dernier Jour d'un condamné. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Dernier Jour d'un condamné

Genèse[modifier | modifier le code] Résumé[modifier | modifier le code] Le roman se présente comme le journal qu'un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence dans lequel il relate ce qu'il a vécu depuis le début de son procès jusqu'au moment de son exécution, soit environ six semaines de sa vie. Ce récit, long monologue intérieur, est entrecoupé de réflexions angoissées et de souvenirs de son autre vie, la « vie d’avant ». Le lecteur ne connaît ni le nom de cet homme, ni ce qu'il a fait pour être condamné, mis à part la phrase : « moi, misérable qui ai commis un véritable crime, qui ai versé du sang ! Il se fera exécuter sous la clameur du peuple qui voit sa mort comme un spectacle. Les Chouans. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Chouans

Commencé à l’automne 1828 et presque terminé à Fougères, dans la maison du général Gilbert de Pommereul, qui fut l’hôte de Balzac et qui demeura toujours son ami, le roman eut d’abord pour titre Le Gars, puis Les Chouans ou la Bretagne il y a trente ans, avant de devenir provisoirement Le Dernier Chouan. La première édition, en 1829 chez Urbain portait finalement le titre Le Dernier Chouan ou la Bretagne en 1800.

En 1834, aux éditions Vimont, le titre changea encore pour Les Chouans ou la Bretagne en 1799. Dans l’édition Furne de 1845, Les Chouans paraît dans le tome XIII de La Comédie humaine dans la section Scènes de la vie militaire. Bien que grand admirateur de Walter Scott, qu'il a pastiché sous des pseudonymes divers dans ses œuvres de jeunesse, Balzac considère ses premiers écrits comme des « cochonneries », terme qu'il emploie dans une lettre à sa sœur Laure Surville[1] et qu'il maintiendra jusqu'à la parution de La Peau de chagrin.

Au Bonheur des Dames. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Au Bonheur des Dames

Au Bonheur des Dames est un roman d’Émile Zola publié en 1883, prépublié dès décembre 1882 dans Gil Blas, le onzième volume de la suite romanesque les Rougon-Macquart. Germinal (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Germinal (roman)

Fils de Gervaise Macquart et de son amant Lantier, le jeune Étienne Lantier s'est fait renvoyer de son travail pour avoir donné une gifle à son employeur. Chômeur, il part, dans le nord de la France, à la recherche d’un nouvel emploi. Il se fait embaucher aux mines de Montsou et connaît des conditions de travail effroyables (pour écrire ce roman, Émile Zola s'est beaucoup documenté sur le travail dans les mines). Il trouve à se loger dans une famille de mineurs, les Maheu, et tombe amoureux de la jeune Catherine.

Mais celle-ci est la maîtresse d'un ouvrier brutal, Chaval, et bien qu'elle ne soit pas insensible à Étienne, elle se refuse à passer d'amant en amant. L'Education sentimentale de Flaubert. Intro Biographie Œuvres Liens Résumé du roman 1840.

L'Education sentimentale de Flaubert

Fréderic Moreau, un bachelier de 18 ans, aperçoit sur le bateau, qui le mène à sa ville natale de Nogent sur Marne, Mme Arnoux. Elle est la femme de Jacques Arnoux, un spéculateur débonnaire . Il échange avec elle quelques mots et un regard : c'est le coup de foudre. L'Éducation sentimentale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Éducation sentimentale

Genèse[modifier | modifier le code] L'Éducation sentimentale est le fruit de trois essais de jeunesse de Flaubert. Ainsi de à il produit une première Éducation sentimentale qui succédait à la rédaction de Novembre, achevé le , et à une toute première ébauche de jeunesse intitulée Mémoires d'un fou en 1838[2]. Le roman définitif est rédigé à partir de et achevé le au matin. Madame Bovary. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Madame Bovary

Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Genèse du roman[modifier | modifier le code] Manuscrit de Madame Bovary. Flaubert commence le roman en 1851 et y travaille pendant cinq ans, jusqu’en 1856. Honoré de Balzac avait déjà abordé le même sujet dans La Femme de trente ans en 1831 sous forme de nouvelle-roman qui parut en 1842 dans l’édition Furne de La Comédie humaine, sans toutefois faire scandale. Le Rouge et le Noir. Le Père Goriot. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Résumé[modifier | modifier le code] « Goriot mettait ses filles au rang des anges, et nécessairement au-dessus de lui, le pauvre homme ! Il aimait jusqu’au mal qu’elles lui faisaient[2]. »

Corpus : Camus, Gary, Claudel - Première Français. Corpus : Hugo, Flaubert, Zola - Première Français. Sujet 1 : commentaire de texte Introduction La Fortune des Rougon, publié en 1871, est le premier volume de la série des Rougon-Macquart, l'ample somme romanesque d'Émile Zola qui en compte vingt. Dans sa préface, Zola présente ce cycle comme « l'histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire ». Le cadre temporel de ce premier épisode, sous-titré par Zola Les Origines, celles de la famille des Rougon-Macquart, correspond au début du Second Empire de Louis-Napoléon Bonaparte.

Comme le souligne bien l'auteur, la dimension « sociale » de l'histoire située dans ce contexte historique précis compte autant que sa dimension « naturelle » faisant intervenir l'hérédité.De fait, dès le premier chapitre du roman, le destin de la famille des Rougon-Macquart rencontre la grande histoire. I. 1. 2. II. Sans titre. Personnage romanesque et vision(s) du monde - Première Français. Le roman est la création d'un univers qui fonctionne comme un reflet du monde réel. Même lorsque ce reflet est déformé, même lorsque le récit semble se dérouler dans un espace ou un temps qui n'ont rien à voir avec les nôtres, le lecteur effectue entre l'univers de l'œuvre et son propre univers des « allers-retours » qui mènent à une réflexion sur notre monde.

Le roman, recréant une société d'hommes avec ses qualités et ses défauts, est ainsi porteur d'une ou plusieurs « visions du monde » – qui se transmettent au lecteur par le biais des personnages, des relations entre personnages et narrateur, mais aussi grâce à d'autres éléments du tissu romanesque. 1. Le personnage, porteur d'une vision du monde Un personnage de roman est en quelque sorte « plus que lui-même ». Le personnage de roman : du héros à l'anti-héros - Première Français. Un roman est une œuvre en prose, assez longue, retraçant le parcours d'un « héros » : comment se constitue l'identité du personnage, et que recouvre précisément le terme héros ?

1. Le personnage de roman : qui est-il ? • Le personnage principal du roman s'oppose au héros antique ou à celui du théâtre tragique : il n'a pas la grandeur et la noblesse des héros légendaires, il ne représente pas la lutte digne face à un destin implacable. De manière nettement moins glorieuse ou grandiose, il incarne des sentiments et un parcours qui pourraient être ceux des lecteurs.

Bien sûr, le protagoniste peut, dans certains romans, vivre des aventures extraordinaires ou faire preuve d'une grandeur admirable. 2. Définition(s) et évolution du genre romanesque du xviie siècle à nos jours - Première Français. Le roman a connu des formes et une reconnaissance variables entre le xviie siècle et notre époque. Quelles sont les sources du genre romanesque ? Quelles ont été les grandes étapes de son évolution ?

1. Aux sources du genre : de l'auditeur au lecteur.