background preloader

Stratégie économique

Facebook Twitter

Ford investit 1 milliard de dollars dans le véhicule autonome. Ford a annoncé le 10 février 2017 sa décision d'investir 1 milliard de dollars dans Argo AI, une start-up spécialisée dans le véhicule autonome. L'investissement se fera sur une période de cinq ans. Argo AI, dont le siège se trouve à Pittsburgh, a été fondée par Bryan Salesky, ancien directeur du projet de voiture autonome au sein de Google, et Peter Rander, qui a précédemment dirigé les efforts d'Uber en la matière. Argo AI travaillera désormais en étroite collaboration avec les ingénieurs de Ford sur la plate-forme de véhicule autonome de niveau 4 (autonomie complète dans certaines conditions spécifiques) que le constructeur entend mettre en place d'ici 2021.

La stratégie du constructeur avec cet investissement est de s'assurer un afflux de talents hyper spécialisés, Argo AI (qui n'a que 3 mois) ayant prévu 200 recrutements en 2017. A noter que Ford n'entend pas se réserver l'exclusivité de cette technologie et compte la vendre à d'autres constructeurs. [Véhicule autonome] Pour contrer Nvidia, Intel s'offre la pépite israélienne Mobileye. Intel poursuit ses emplettes dans l'univers de l'intelligence artificielle. Après l'acquisition de Nervana, spécialisée dans le deep learning, en août dernier, puis de la start-up Movidius et sa technologie de vision par ordinateur pour l'IoT, un mois plus tard, le géant du silicium vient de s'offrir la pépite israélienne Mobileye pour 15,3 milliards de dollars. Intel s'impose sur tous les marchés de l'IA Grâce à cette acquisition, qui devrait être finalisée d'ici la fin de l'année, le géant américain des semi-conducteurs va pouvoir concurrencer Nvidia dans la course au véhicule autonome et ainsi être au cœur de la plupart des marchés clés de l'intelligence artificielle.

Fondée en 1999 et basée à Jérusalem, Mobileye propose ses systèmes de vision à de nombreux constructeurs. Déjà un partenariat avec BMW pour faire rouler 40 prototypes Intel et Mobileye s'étaient déjà rapprochés dans le cadre d'un partenariat noué avec BMW. Un marché à plus de 70 milliards de dollars. Le pionnier de la livraison alimentaire Instacart met 400 millions de dollars dans son panier. A quelques jours de l'ouverture du festival South by South West d'Austin, un de ses bébés fait parler de lui. La start-up Instacart, dont le concept a été imaginé dans un bus en direction de l'événement texan, vient de boucler une nouvelle levée de fonds de 400 millions de dollars.

Deux fois plus que le précédent tour de table en 2015. L'opération est, à nouveau, menée par Sequoia Capital, aux côtés de Wellcome Trust, Y Combinator Continuity, Andreessen Horowitz, FundersClub, Khosla Ventures, Kleiner Perkins Caufield & Byers (KPCB), Initialized Capital, Thrive Capital et Valiant Capital. Cet apport de capitaux valorise la société 3,4 milliards de dollars. discipline financière Instacart promet d'utiliser sagement cet argent, alors qu'elle ne parvient toujours pas à être rentable. Cela lui suffira-t-il à dégager des bénéfices ? French Tech : plus de 55 millions d'euros levés par 11 start-up cette semaine.

GuestToGuest a levé 33 M€ GuestToGuest propose une plateforme en ligne d’échanges de maison non-réciproque. Un utilisateur gagnera des points en louant sa maison et pourra voyager grâce au cumul de points. Secteur : Loisirs & Tourisme Investisseurs : MAIF Avenir, Alyan Group InterCloud a levé 10 M€ InterCloud opère un réseau mondial pour faire transiter les données entre entreprises et cloud.

Secteur : Applications et technologies d’entreprises Investisseurs : CapHorn Invest, Ventech, Hi Innov, SNCF Digital Ventures, Bpifrance Brigad a levé 2,2 M€ Brigad développe une plateforme de mise en relation en ressources humaines automatisée. Secteur : RH, Formation, Education, Jobbing Investisseurs : Square Capital, 50 Partners Teach On Mars a levé 2,2 M € Tech On Mars produit des applications personnalisées pour la formation en ligne.

Secteur : RH, Formation, Education, Jobbing Investisseurs : TheFamily, Bpifrance, business angels Wistiki a levé 2 M€ Reachfive a levé 2 M € Teeps a levé 1,5 M € Google Cloud s’offre Kaggle, la plus grande communauté de data scientist au monde. "En intégrant Kaggle dans les équipes de notre activité Cloud, nous pourrons accélérer notre mission", a annoncé Fei-Fei Li, la nouvelle directrice scientifique de Google Cloud, lors de la conférence Cloud Next qui se déroule jusqu’au 10 mars 2017 à San Francisco. En quoi consiste cette mission ? "Abaisser les barrières d'accès à l'IA et mettre cette technologie à la disposition d’une plus grande communauté de développeurs, d’utilisateurs et d’entreprises afin qu’elles puissent l'appliquer à leurs propres besoins", a-t-elle précisé.

La mine d’or des données Kaggle Transformer les data sciences et le marching learning en compétition en ligne. Tel est le concept de Kaggle, une start-up californienne née en Australie en 2010 sous l’impulsion d’Anthony Goldbloom, un jeune économiste tout droit sorti de l’Université de Melbourne. La plateforme Kaggle permet aux entreprises d’organiser des tournois où se défient des milliers de développeurs venus résoudre un problème donné. E-commerce : Delticom veut créer un site logistique de 100 000 m² en Alsace. Le spécialiste allemand de la vente de pièces automobile, camions et engins agricoles sur Internet Delticom prévoit d’implanter un site logistique compris entre 100 000 et 150 000 mètres carrés à Ensisheim (Haut-Rhin). L’annonce de cet investissement qui sera compris entre 60 et 80 millions d’euros et doit créer environ 300 emplois d’ici 2018 a été confirmée par l’Agence d’attractivité de l’Alsace (AAA), le 7 mars 2017, sans préciser le nom de l’investisseur final.

Selon nos sources, il s’agit de Delticom, dont le siège est à Hanovre (RFA), initialement spécialisé dans la vente en ligne de pneumatiques dont il est le leader européen, et disposant désormais d’un catalogue plus étoffé. Le e-vendeur se développe également sur le B2C. 18 hectares au nord de Mulhouse Delticom va donc s’installer sur la zone d’activité de la Plaine de l’Ill, située au nord de Mulhouse, où il occupera 18 hectares, dans un premier temps. Feedly. Read more, know more. McDonald’s began testing mobile ordering and payments on Wednesday in select U.S. markets – the first to receive the technology as part of a pilot test aimed at working out the kinks ahead of a full rollout across the U.S. and to other international markets by year-end. Initially, mobile ordering is available in 29 restaurants in Monterey and Salinas, California, through the company’s mobile application. The test will then expand to 51 more restaurants in Spokane, Washington on March 20, McDonald’s says.

By Q4 2017, McDonald’s plans to have mobile ordering live in its 14,000 U.S. restaurants. In addition, 6,000 others in Canada, the U.K., France, Germany, Australia, and China will also receive the technology by year-end, Reuters noted. The McDonald’s mobile app already allowed customers to browse the menu, check out the weekly deals, find nearby locations and more.

Its implementation of the technology is a bit different from its fast food rivals. "Une technologie ? Mon assistante virtuelle", le portrait chinois de Clément Alteresco (Bureaux à partager) Si vous étiez une connexion, vous seriez… ? La 4G : fiable, rapide, acccessible et partagée ! Si vous étiez un site web, vous seriez… ? Bureauxapartager.com ou plus sérieusement, Facebook, je suis accro. Si vous étiez une appli, vous seriez… ? Brain it on, un jeux addictif Si vous étiez un système d’exploitation, vous seriez… ? Mac OS, je suis accro à mon Mac Fondateur de la société Bureaux A Partager en 2012, Clément Alteresco participe activement au développement du numérique et de l’entrepreneuriat depuis 10 ans, notamment en tant qu’associé de faberNovel, agence dédiée à l’innovation. Si vous étiez une start-up, vous seriez… ? Bureaux A Partager évidemment !

Si vous étiez un réseau social, vous seriez… ? Linkedin, le réseau idéal pour les modes de travail de demain. Si vous étiez une requête Google, vous seriez… ? "Gagner en productivité" Si vous étiez un #hashtag Twitter, vous seriez… ? #cestdutafmaiscestdukiff Si vous étiez un "fan" sur Facebook, vous seriez… ? Fan de Fermes d'avenir. Drones et robots de livraison : coup de com', rêve ou avenir réaliste ? Mi-temps du Superbowl aux Etats-Unis ; la perspective de voir des drones de livraison peupler nos villes prend un nouveau tournant. Dans la lignée du concept Amazon GO, supermarché 100% digitalisé sans caisse, qui a fait grand bruit en France, le géant américain dévoile un nouveau concept intitulé Amazon Air dans une publicité événement.

Un couple, lové dans un sofa, déguste des chips, rien de plus banal en apparence. Le bol vide, la femme confortablement assise, interpelle Alexa – l’assistant personnel d’Amazon – et passe commande pour se réapprovisionner afin de savourer la fin du match. Quelques secondes plus tard, un drone apparaît comme par magie par la fenêtre de l’appartement, avec la commande effectuée quelques minutes plus tôt. Si la scène peut prêter à sourire, on peut à juste titre s’interroger sur son caractère prophétique. Autrement dit, s’agit-il d’un message visionnaire ou d’un simple coup de com’ ? De nombreux tests Un défi logistique Repenser les villes.

Fintech : cinq start-up israéliennes à suivre. Très performants dans les secteurs big data et cybersécurité, les Israéliens ont attiré 650 millions de dollars en capital-risque pour le seul secteur des fintechs en 2016. Les grandes banques internationales sont de plus en plus présentes au sein de l’Etat hébreu. Pour preuve la Citibank ou la Barclays ont créé l’année dernière des centre de R&D à Tel-Aviv. Le marché local étant très restreint, les start-ups israéliennes n’hésitent pas à se développer sur d’autres places financières, notamment aux Etats-Unis. Lemonade Lemonade est une compagnie d'assurance fondée sur l'intelligence artificielle et l'économie comportementale. La plate-forme en ligne utilise les bots (logiciel informatisé de conversation) et l'apprentissage automatique pour fournir des assurances. "Notre bot "Mia" peut vendre simultanément un nombre illimité de polices, 24h/24, et à partir de n'importe quel appareil, explique Dan Schreiber, le fondateur de Lemonade.

Fundbox Backed Credifi Paykey Anthony Lesme, à Tel-Aviv. Premier mouvement social des livreurs à vélo à Paris, Lyon et Bordeaux. Après les chauffeurs VTC, c'est au tour des livreurs à vélo de se mobiliser en France pour réclamer une meilleure rémunération et une amélioration de leurs conditions de travail. Ils sont appelés à se déconnecter symboliquement et à se rassembler ce 15 mars à Paris, Lyon et Bordeaux en fin de journée. Objectif : se regrouper pour engager le dialogue avec les plates-formes du secteur, comme Uber Eats, Foodora, Deliveroo, Stuart… Plusieurs associations de livreurs, formées après la faillite de Take Eat Easy à l'été 2016, soutiennent cet appel, comme Le Club des coursiers lyonnais et Fusées vertes à Lyon.

A Bordeaux, la CGT travaille à la création d'un syndicat des livreurs à vélo. Un avant et un après "take eat easy" La faillite du service de livraison de repas belge Take Eat Easy en 2016 a été un électrochoc pour beaucoup de livreurs à deux roues. "J'ai compris que je n'étais qu'une donnée dans ce système", confie Arthur, cycliste lyonnais. La possibilité d'un dialogue ? [Salon de Genève] Pirelli et Goodyear dévoilent leurs pneus connectés. Un an après avoir présenté un concept-pneu sphérique, l'Eagle 360, Goodyear revient au Salon de Genève avec une version améliorée grâce à l'intelligence artificielle. Baptisé Eagle 360 Urban, cette boule high tech imprimée en 3D est capable de s'adapter à la route en temps réel grâce à une peau "bionique" en polymères super-élastiques intégrant un réseau de capteurs. Ce pneu se veut selon la marque un véritable "cerveau" du véhicule, capable de communiquer avec l'infrastructure, avec les autres véhicules et une intelligence artificielle dans le cloud.

Il serait capable de changer de formes en fonction des conditions atmosphériques, lisse sur route sèche, rainuré sur chaussée humide, voire de s'auto-réparer en cas de perforation. Pour mettre en scène ce concept de pneu du futur, Goodyear a fait plancher des étudiants de l'institut supérieur de design Rubika de Valenciennes. Ils ont été invités à créer un concept car autour de l'Eagle 360 Urban. Pirelli, un capteur et une application. Deliveroo veut innover sur le marché français pour ne pas se laisser grignoter. Fin février, Deliveroo a célébré ses quatre ans d'existence – dont deux ans d'activité sur le territoire français. Quatre années durant lesquelles la start-up britannique de livraison de repas à domicile a peaufiné sa technologie de "matching" entre restaurants, chauffeurs et clients. Mais la plate-forme a surtout conquis de nouveaux territoires à vitesse accélérée.

En France, fin mars, le service sera disponible dans dix-sept villes, dont deux nouvelles : Tours (Indre-et-Loire) et Reims (Marne). Soit une zone de chalandise de 8 millions de consommateurs potentiels, avec 3 000 restaurants partenaires. Preuve que les très grandes métropoles n'ont plus le monopole de la livraison de repas. "Au Royaume-Uni, Deliveroo est disponible dans une centaine de villes, dont certaines comptant moins de 50 000 habitants", fait remarquer Hugues Décosse, directeur général de Deliveroo France.

Élargir l'offre Des grands chefs et de nouveaux concepts 6 000 livreurs indépendants. [SXSW] Avec Spaceknow, l’intelligence artificielle analyse la Terre vue du ciel. "Pendant la guerre froide, les images satellites étaient exploitées uniquement par les gouvernements. Dans les années 90, les entreprises de commerce des marchandises et les renseignements financiers ont commencé à s’en servir. Maintenant, cet usage touche le monde des affaires", expliquait le cofondateur de Spaceknow, Pavel Machalek, en juillet 2015 au Washington Post. Avant de lancer sa start-up début 2014, l’entrepreneur d’origine tchèque est passé par le Ames Research Center de la Nasa dans la Silicon Valley, où il était data scientist.

Vendredi 10 mars, Pavel Machalek était au JW Marriot Hotel d’Austin aux côtés de Steve Coast, fondateur du projet collaboratif de cartographie OpenStreetMap, pour animer une conférence intitulée Eyes In The Sky : The Future of AI and Satellites. Convertir des images satellites en informations de pointe Croisées à l’intelligence artificielle, les images satellites peuvent analyser le monde entier. Les index de Spaceknow. ✔ Les urbanistes du système d'information passent au club. 01net. le 01/03/00 à 00h00 Né au début des années 90, le concept d'urbanisation des systèmes d'information, inventé par Jacques Sassoon (président d'honneur du club), a fait des émules dans un certain nombre d'entreprises en particulier les banques. En simplifiant, rappelons qu'il s'agit de concevoir une architecture de système d'information, elle-même découpée en sous-systèmes applicatifs, ainsi que les modalités d'assemblage de ces sous-systèmes.

Placé en dehors des maîtrises d'ouvrage et transversal à chacune d'entre elles, l'urbaniste des systèmes d'information est idéalement le bras droit d'un Dosi, directeur de l'organisation et des systèmes d'information. Selon le trésorier du club Urba-SI, Jacques Boudon (Lyonnaise des eaux), " il doit avoir une bonne connaissance des métiers, des enjeux de l'entreprise et être un bon diplomate au quotidien ". [Réalité augmentée] Un prototype de Magic Leap dévoilé en photo.