background preloader

INTRO POKEMON GO

Facebook Twitter

Niantic, l’éditeur de Pokémon Go, tente d’entretenir la flamme de son titre phare. Le nombre d’utilisateurs actifs hebdomadaires de Pokémon Go est passé de 40 millions à son lancement à moins de 15 millions à la mi-octobre.

Niantic, l’éditeur de Pokémon Go, tente d’entretenir la flamme de son titre phare

LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Vincent Fagot « Pokémon Go va bien, merci pour lui ! » C’est, en somme, le message qu’a voulu délivrer, mercredi 9 novembre, Mike Quigley, le directeur marketing de Niantic, l’éditeur du jeux vidéo pour mobiles, en déplacement au Web Summit à Lisbonne, qui s’est tenu du 7 au 10 novembre. L’enthousiasme suscité par la sortie du jeu en juillet semble pourtant s’être essoufflé. Les chiffres sont là pour le confirmer. Les Français et la sortie de Pokémon GO. La quasi-totalité des Français a entendu parler de Pokémon GO « Pokémon GO est-il un phénomène de société ?

Les Français et la sortie de Pokémon GO

» A en croire la proportion de Français qui en ont entendu parler, oui ! Interrogées au lendemain de la sortie française du jeu sur smartphone, presque neuf personnes sur dix (87%) déclarent en effet avoir eu vent des impressionnants rassemblements en extérieur qu’il provoque. Ce niveau de notoriété, étonnant eu égard à l’actualité estivale marquée par la menace terroriste, est ultramajoritaire dans toutes les sous-catégories de la population, indépendamment de l’âge ou de la catégorie socioprofessionnelle.

Un public plutôt jeune, féminin et connaisseur de Pokémon. Pokémon Go : quelles données Niantic collecte-t-il et que compte-t-il en faire ? Pokemon Go : en France l'UFC-Que Choisir condamne l'exploitation hallucinante des données personnelles. Pokemon Go fait un carton depuis sa sortie.

Pokemon Go : en France l'UFC-Que Choisir condamne l'exploitation hallucinante des données personnelles

Partout dans le monde l’engouement est phénoménal. Mais derrière ce jeu original se cache une toute autre réalité. Pourquoi autant de joueurs paient pour Pokemon Go. “Mince, j’ai plus de Pokéball” “T’aurais pas un leurre ?”

Pourquoi autant de joueurs paient pour Pokemon Go

“Faudrait que j’utilise de l’encens”. Il est très probable que vous ayez entendu ces quelques phrases ces derniers temps. Pokémon GO, l’un des phénomènes ludiques les plus importants de ces dernières années, variante pour smartphone du mythique jeu développé au milieu des années 90, a conquis le cœur d’un grand nombre de joueur. Gratuit au moment du téléchargement, il permet, entre autre, d’attraper des Pokémons grâce aux fameuses Pokéball.

En plus de la Pokéball, tout un tas d’objets sont disponibles pour faciliter la capture des créatures de poche. «Pokémon Go» : Déjà 6 millions de joueurs en France. Israël - Palestine. Pokémon Go s'invite dans le conflit. Depuis sa sortie le 5 juillet 2016, le jeu vidéo en réalité augmentée Pokémon Go emballe les esprits.

Israël - Palestine. Pokémon Go s'invite dans le conflit

Le phénomène est désormais arrivé en Israël et dans les Territoires palestiniens, alimentant de nouveaux différends. Alors que le jeu n’est pas officiellement sorti en Israël ou dans les Territoires palestiniens, “les amateurs de technologie, israéliens et palestiniens, ont déjà trouvé un moyen de se procurer le jeu”, souligne le site du magazine américain Newsweek. Toutefois, le jeu n’aura pas été capable de pacifier les relations, précise le magazine : Israéliens et Palestiniens ont rejoint le mouvement autour du jeu Pokémon Go, mais, au lieu de pousser les deux camps à se rapprocher, le jeu est utilisé comme un outil de revendications.” En Israël, le jeu gagne l’armée. Y'a-t-il déjà des doutes sur les retombées économiques de Pokémon GO ?

Depuis une semaine, la folie Pokémon GO a gagné la France.

Y'a-t-il déjà des doutes sur les retombées économiques de Pokémon GO ?

Pourtant, l’inventeur des Pokémon, le japonais Nintendo, chute en bourse. Y-a-t-il déjà des doutes sur les retombées économiques ? Pokémon Go ou quand le jeu se mêle au réel à très grande échelle. Jamais un jeu n'avait envahi le réel à une telle échelle.

Pokémon Go ou quand le jeu se mêle au réel à très grande échelle

Avec des mises en garde de quantité d'autorités et quelques accidents. Ce jeu "pervasif" (ou ubiquitaire) se conjugue à notre monde physique et brise des codes sociaux, temporels et spatiaux. Une révolution qui pose questions. Entretien. Ugo Schimizzi a réalisé un mémoire sur les jeux "pervasifs", dans le cadre d’un master en Médias Informatisés et Stratégies de Communication (MISC) obtenu au CELSA en 2011. Pokemon Go et AlphaGo : le jeu, c'est sérieux ! Pokémon Go, l'application qui veut tous nous attraper. Plus de 30 millions de téléchargements en l’espace de deux semaines, un immense emballement médiatique, des scènes d’attroupement réunissant des dizaines de personnes les yeux rivés sur leur téléphone : l’arrivée des Pokémon sur smartphone n’est pas passée inaperçue.

Pokémon Go, l'application qui veut tous nous attraper

Il faut dire que le jeu Pokémon Go a de quoi intriguer, puisqu’il est basé sur la réalité augmentée : il ne s’agit plus de jouer confortablement installé dans son canapé, il faut se balader dans la rue en quête d’un lieu fréquenté par ces créatures imaginaires afin d’espérer en capturer une dans son smartphone. Mais au-delà de cette question de jouabilité, Pokémon Go représente aussi une mini-révolution marketing : le jeu pourrait aussi devenir le meilleur moyen d’attirer les jeunes consommateurs. La folie Pokemon Go - Le Point.fr. Pokémon Go : un modèle économique très malin avec McDo. Comprendre la folie Pokémon Go, et ses retombées économiques - dossier.

- Décryptages - T'as tout compris - France TV éducation. Quel est le point commun entre Candy Crush et Clash of Clan ?

- Décryptages - T'as tout compris - France TV éducation

Un modèle économique rentable. Bien que ces applications soient gratuites, elles rapportent beaucoup d'argent à leur éditeur (600 000$/jour pour Clash of Clan, 470 000€/jour pour Candy Crush) À l'ère de l'ordinateur individuel et de la console vidéo non connectés, le modèle économique des jeux vidéos consistait à payer pour jouer (« pay-to-play »).

La fièvre Pokemon GO.